mercredi 4 mars 2015

1908:l'Association des Cités-Jardins de France au Maire de Bayonne

"J'ai eu connaissance par la voie des journaux que la ville de Bayonne se propose de supprimer une partie de ses fortifications pour les remplacer par des parcs et des jardins."

ASSOCIATION DES CITES-JARDINS DE FRANCE


PARIS, le 19 novembre 1908

Monsieur le Maire de BAYONNE,
Monsieur le Maire,
J'ai eu connaissance par la voie des journaux que la ville de Bayonne se propose de supprimer une partie de ses fortifications pour les remplacer par des parcs et des jardins.
Si vous croyez que le concours de notre Ass.peut vous être utile dans la campagne d'hygiène publique et d'esthétique urbaine que vous menez,nous serons heureux de collaborer à vos efforts.
Inclus vous trouverez un document se rapportant à la campagne que nous avons faits pour les fortifications de Paris.
Pourrais-je vous demander de m'envoyer un plan de Bayonne et quelques photographies de ses fortifications dans l'état actuel.
Croyez,je vous prie,à l'assurance de mes sentiments très distingués.

Georges Benoit Lévy.
N.B.- En réponse:Georges BENOIT-LEVY
9 Brd du Temple

  Tract

 L'Association des cités-jardins de France à la population Parisienne


Citoyennes et Citoyens
L'heure n'est plus aux vaines paroles,aux déclamations pompeuses,aux promesses trompeuses.

VOTRE VIE EST EN DANGER !
Alors qu'en 1789,dans l'enceinte des boulevards extérieurs il y avait 391 hectares d'espaces plantés,dans la même portion du PARIS ACTUEL il n'y en a plus que 137 HECTARES.
Les parcs des congrégations,les jardins des hôtels privés,les places publiques,disparaissent avec une rapidité effrayante.Le Champ de Mars,qui avait 44 hectares,est en train d’être réduit de moitié.Les fortifications,qui représentent des centaines d'hectares,vont être incessamment construites.

DE L'AIR,DE L'AIR,DE L'AIR !
Tel est le cri que vous devez faire entendre lors des prochaines élections.
Il n'est pas vrai que les espaces libres coûtent cher,qu'il est plus économique de vendre le terrain pour des maisons;bien au contraire,ils rapportent.Pour prendre un exemple entre cent,le fait d'avoir crée le parc central à New-York a donné une plus-value de 1.200% aux quartiers avoisinants,tandis que la valeur taxable des 19 autres n'augmenta que du double,durant le même laps de temps,c'est à dire de 1856 à 1881.Au contraire,pour avoir oublié de réserver des espaces libres dans la partie basse de la ville,NEW-YORK eut à payer,en 1902,26 millions de francs afin d'aménager,coûte que coûte,les nouveaux parcs dont le besoin se faisait absolument sentir.
Mais il ne doit pas y avoir là une question de gros sous,et il est encore plus instructif de constater que,dans cette même ville de New-York,la création de terrains de jeux pour les enfants a fait diminuer la criminalité juvénile de 50%.

LES APACHES !
Sont le produit de l'éducation de la rue,avec tous ses vices et tous ses dangers.C'est parce que la majorité des enfants du peuple n'ont pas de terrain où prendre leurs ébats juvéniles,d'instituts techniques où parfaire leur éducation,de centres sociaux où trouver l'asile accueillant et réconfortant que ne donnent malheureusement pas souvent les maisons si chères et si malsaines de nos faubourgs,-qu'ils finissent par embrasser la seule profession dont notre égoïsme leur a laissé le choix,celle d'apaches.
Notre responsabilité est écrasante,lorsque des statistiques comme celle du Professeur Drouardel prouvent qu'un même groupe de 10.000 PERSONNES perd chaque année,par tuberculose, 105 UNITES DANS LE QUARTIER DE PLAISANCE,et 11 SEULEMENT DANS LE QUARTIER DES CHAMPS-ÉLYSÉES.
Aucune considération monétaire ne doit nous empêcher de réaliser notre programme,-surtout lorsque nous pensons que la ville de Paris a,dans son budget annuel de 300 millions,43 millions rien que pour l'Assistance Publique,et 40 millions pour les services de police.
C'est à vous dire si vous préférez dépenser votre argent pour que les hôpitaux regorgent de malades et les prisons de criminels,-ou si vous voulez soutenir un programme qui,en multipliant les espaces libres,les terrains de jeux,les maisons et les quartiers salubres,donnera à la population parisienne le bonheur et la santé auxquels elle a droit.


Ce qu'est l'Association des Cités-Jardins de France

L'association des Cités-Jardins de France a pour but:
D'appliquer à l'habitation les derniers principes de l'hygiène;de former des centres industriels modèles;de développer dans les villes les systèmes de parcs,de jardins et de terrains de jeux;d'encourager à la création des Cités-Jardins.
Partout,dans l'atelier,dans la cité,au foyer,l'Association des Cités-Jardins de France a cherché à introduire des pratiques de vie plus saines et plus belles.Nous cherchons à créer des villes ou villages modèles,de toutes pièces,lorsque cela est possible.Nous cherchons à développer les institutions sociales qui rendent la vie plus clémente et plus efficace.Nous cherchons à développer  les pratiques qui peuvent améliorer le physique et le moral de notre race.Nous cherchons à rendre nos centres de vie urbains plus hospitaliers et plus sains.Pour cela nous avons contribué à la formation de Cités-Jardins,à la propagation du Social Welfare dans les usines,à la conservation et à l'extension des espaces libres des grandes villes.Que l'on songe une minute à l'effet qu'aura dans un atelier l'addition de quelques fenêtres qui laisseront pénétrer toute la journée l'air,la lumière et le soleil.Que l'on songe à l'effet qu'aura sur les ouvrières la disposition près de leur table de travail  de sièges ajustés à leur taille où elles pourront s'asseoir sans risquer de devenir difformes.Que l'on songe ,dans un autre ordre d'idées aux conséquences de la conservation d'un bouquet d'arbres ou d'un parc dans un quartier très peuplé.L'atelier bien éclairé,la cité ayant de vastes espaces libres,feront plus pour combattre la tuberculose que les sanatoria et leurs traitements dispendieux.
L'Association des Cités-Jardins a crée le Service Social qui fait gratuitement toutes enquêtes et délivre des consultations pour tous ceux qui voudraient améliorer les conditions de vie dans nos villes existantes,soit construire de nouvelles villes.

Il en est de la parole humaine comme de la poignée de grains que jette en terre "le geste auguste du semeur". Ils ne lèvent pas tous et il en faut semer beaucoup pour qu'il en germe quelques uns.Semons et répandons aussi les idées que nous croyons justes.-Si les effets s'en font attendre,ne nous décourageons pas pour cela:l'effort utile et vraiment fécond n'est pas l'effort d'un jour,l'effort bruyant,mais l'effort lent,soutenu,quotidien.
BRUNETIERE.

Pourquoi il faut adhérer à l'association des Cités-Jardins de France

Quelques chiffres.-Nous croyons qu'il est insensé de consacrer des millions et des millions à entretenir la misère publique,à créer des hôpitaux,des asiles,des prisons ,des maisons d'hospitalisation,etc.,à développer en un mot les pousses morbides de la société ,au lieu de préparer un sol noble et généreux où les germes futurs croîtront en force,en santé et en beauté.Il est impossible d'extirper de nos grandes cités les maladies sociales dont elles se meurent,tant que l'on n'aura pas modifié les conditions mêmes de leur vie économique et sanitaire.Les millions lancés dans la circulation pour réduire la tuberculose,la prostitution,l'alcoolisme,-et autres-sont comparables aux efforts qui seraient faits pour assécher les océans et les mers.
Le budget de l'assistance publique se chiffrait en 1904,pour la France,à 360 millions de francs.On peut au moins évaluer au double les œuvres d'assistance privée,ce qui donne le chiffre gigantesque de 720 millions.
Pour construire une Cité-Jardin de 1.200 cottages à 5.000 francs l'un en moyenne,et pour y loger 5.000 personnes,il n'en coûterait que 6 millions-10 millions tout au plus.
Pour adhérer à l'Association des Cités-Jardins de France et soutenir son activité,il n'en coûte que 20 francs par an,ou 100 francs pour l'éternité.
Les sociétés antituberculeuses,antialcooliques et autres d'Angleterre ont compris leur devoir.Au lieu de construire des sanatoria,des hôpitaux et des hospices,elles adhèrent à l'Association des Cités-Jardins anglaise.
Avantages réservés aux Membres de l'Association des Cités-Jardins de France.Un département de service social;une exposition permanente de 10.000 photographies;-une collection de 2.000 vues fixes et cinématographiques;-des voyages sociaux à prix réduits en France et à l’Étranger;-des lettres d'introduction auprès de nos correspondants dans tous les pays du monde;_des consultations gratuites sur toutes questions d’intérêt social ,industriel ou civique.
Publications.-Lire:la Cité-Jardin,Cités-Jardins d'Amériques,le Roman des Cités-Jardins,contenant tous de nombreuses illustrations d'après les photographies instantanées et récompensés par l'Institut de France.
Nous désirons votre coopération.-Encore n'auriez vous pas un intérêt personnel immédiat à devenir membre de notre Association,nous vous demandons votre coopération pour faire aboutir notre mouvement qui est d'un puissant intérêt national.

Source:Pôle de Bayonne et du Pays Basque (AD 64) -E Dépôt Bayonne 2 H art 38/1

Pour aller plus loin




Chroniques du Paris apache (1902-1905) 250 pages MERCVRE DE FRANCE
ISBN : 9782715233744

 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire