lundi 28 septembre 2015

Conflit entre Mauléon et Bayonne à propos des cendres d’Augustin Chaho

Fin 1968,le Président du Syndicat d’Initiative ,demandait le transfert de la tombe d'Augustin Chaho du cimetière Saint-Léon de Bayonne vers Mauléon .....

Cimetière Saint-Léon de Bayonne-Buste d'Augustin Chaho -6° ligne 9
Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne
à Monsieur le Maire de Bayonne
Le 29 novembre 1968
Au cours de la réunion du 25 novembre 1968 du Bureau de la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne,plusieurs membres présents ont évoqué l'état d'abandon regrettable dans lequel se trouve la tombe d'Augustin Chaho,au cimetière Saint-Léon.A l'unanimité des membres présents ,le bureau de la SSLA de Bayonne sollicite de votre bienveillance et de l'intérêt que vous portez à tout ce qui rappelle les grandes heures ou les grands noms de l'histoire de notre cité ,quelques travaux d'entretien et de rénovation de la tombe et de la grille qui l'entoure.
Recevez,Monsieur le Maire,l'expression de nos sentiments dévoués.
Pour le Bureau


Musée Basque
à Monsieur le Maire de Bayonne

le 30 novembre 1968
Monsieur le Maire,
Dernièrement,à la réunion de la Société des Amis du Musée Basque,a été évoquée la question de la tombe d'Augustin Chaho qui est située au cimetière Saint-Léon,à Bayonne.
Je me permets de vous présenter les deux problèmes qui s'y rapportent:
1°-le problème de la concession :Augustin Chaho est mort en 1858,voici 110 ans.Un tel délai ne met-il pas la tombe de cet écrivain en péril de disparition?
2°-le problème de la restauration :cette tombe est dans un état lamentable et il me semble qu'il y un devoir,de la part de la Ville de Bayonne,de sauver en premier lieu et de restaurer ensuite,la tombe de ce brillant écrivain qui a,par son talent de polémiste et ses articles de l'Ariel,animé la vie politique de Bayonne,à la fin de la Restauration et sous la deuxième République.
Je vous prie de croire,Monsieur le Maire,à l'expression de mes sentiments distingués.
Le Directeur
Jean Haritschelhar

Syndicat d'Initiative
Mauléon -Soule le 2 décembre 1968
à Docteur Grenet Maire de Bayonne

Monsieur le Maire
Nous avons appris que la concession de la tombe d'Augustin Chaho allait bientôt expirer.Nous serions très intéressés par le rapatriement à Mauléon des cendres et du monument qui se trouvent dans le cimetière de votre ville.
Cependant nous voudrions faire une manifestation à cette occasion.Vous serait-il possible de prolonger de quelques mois cette concession en attendant que nous ayons trouvé un endroit et une date idoines pour ce retour.
Veuillez croire,Monsieur le Maire,en mes sentiments les plus respectueux.
Le Président
L.M.Vignau


Le Maire de Bayonne
au Président du Syndicat d’Initiative de Mauléon
le 4 décembre 1968
J'ai bien reçu votre lettre du 2 décembre par laquelle vous me demandez de conserver la concession de la sépulture Augustin Chaho quelque temps encore pour permettre le transfert à MAULEON des cendres et du monument de cet illustre.
En réalité,la concession est expirée depuis 11 ans.
Vous voudrez bien m'indiquer d'une façon précise la date de ce transfert qui devra se faire sous la forme d'une demande d'exhumation des restes mortels ,car cette concession ne peut être maintenue longtemps étant donné la date de son expiration.
Veuillez agréer,Monsieur le Président,l'expression de mes sentiments distingués.
 
Cimetière Saint-Léon de Bayonne-Buste d'Augustin Chaho -6° ligne 9
Le Maire de Bayonne
à Monsieur Haritschelhar Directeur du Musée Basque
9 décembre 1968
Monsieur le Directeur
Au moment où vous m'adressiez votre lettre concernant la tombe de M.Augustin Chaho et demandant si la Ville pourrait la restaurer et proroger la concession,le Syndicat d'Initiative de Mauléon m'écrivait pour solliciter le rapatriement à Mauléon des cendres de l'écrivain.
Peut-être auriez-vous intérêt à vous adresser au Syndicat d'Initiative de Mauléon de façon à ce qu'une décision soit prise à ce sujet.
Je vous prie d'agréer ,Monsieur le Directeur,l'expression de mes sentiments distingués.
Le Maire


La Société des Sciences,Lettres et Arts
à monsieur le Maire de Bayonne
Le 2 janvier 1969
Monsieur le Maire
Donnant suite à votre lettre du 9 décembre,le bureau de la SSLA a étudié ,lors de sa dernière réunion,le problème d'un éventuel rapatriement des cendres de l'écrivain A.Chaho à Mauléon.
Rappelant ce que furent et la vie du souletin Chaho et le rôle politique que ce dernier fut appelé à jouer à Bayonne avant et pendant la révolution de 1848,les membres du Bureau présent à la réunion,ont été unanimes à conclure que rien sur les plans historique et biographique ne justifierait un tel transfert.
Le Bureau de la SSLA renouvelle sa demande de prorogation de concession (si nécessaire) et de restauration de la tombe d'A.Chaho -restauration que certains membres du Bureau jugent peu couteuse,se réduisant essentiellement à quelques travaux de nettoiement et de peinture de(de la grille ouvragée en particulier ).
Le Syndicat d'initiative de Mauléon a été informé par nos soins de l'avis émis par le Bureau de la SSLA
Veuillez agréer Monsieur le Maire,l'expression de nos sentiments les plus dévoués.


Le Maire de Bayonne à Monsieur Hourmat
Président de la Société des Sciences,Lettres et Arts

Monsieur le Président
J'ai lu avec intérêt votre lettre du 2 janvier concernant la sépulture de l'écrivain Augustin CHAHO.
La Ville ne sera pas opposée à la prorogation de concession,ni aux travaux d'entretien de cette tombe,mais avant de prendre cette décision,j'aimerais que la Société des Sciences,Lettres et Arts se mette d'accord avec le Syndicat d'Initiative de MAULEON,de telle manière qu'il n'y ait pas de réclamation par la suite,car en fait,je suis dans l'ignorance du sentiment que pourraient exprimer les héritiers de M.Augustin CHAHO.
Je vous demande donc de faire le nécessaire pour réaliser cet accord et me tenir informé.
Veuillez agréer,Monsieur le Président,l'expression de mes sentiments distingués.
Le Maire

Le président du syndicat d'initiative de Mauléon
à Monsieur le maire de Bayonne
Mauléon-Soule,le 7 février 1969

Objet:Exhumation des Cendres d'Augustin Chaho
Monsieur le Maire
Suite à votre lettre du 4 décembre 1968,nous nous sommes informés auprès du service contentieux des Mairies,de la procédure à suivre pour solliciter l'autorisation d'exhumer les Cendres d'Augustin Chaho.
Étant donné qu'il n'existe aucun descendant connu de cet illustre ;le service questionné ,nous a fait savoir,qu'à sa connaissance,rien ne s'opposait à ce transfert.
Nous avons donc l'honneur de solliciter de votre haute bienveillance ,l'autorisation de procéder à l'exhumation  des Cendres de Chaho,ainsi que du monument funéraire.
Nous pensons,une fois l'avoir nettoyé,lui donner une place de choix dans notre ville.
L'opération de transfert aurait lieu dès que nous aurions reçu votre accord.
En vous remerciant de votre aimable compréhension,nous vous prions de croire,Monsieur le Maire,en mes sentiments les plus respectueux.
Le Président
L.M. Vignau


Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne
à Monsieur le Maire de Bayonne
le 7 février 1969
Monsieur le Maire
En réponse à votre lettre du 10 janvier concernant la sépulture de l'écrivain Augustin Chaho,j'ai l'honneur de vous informer que les membres du bureau de la SSLA ne connaissent pas de descendants directs et d'héritiers d'Augustin Chaho et que le syndicat d'initiative de Mauléon ne soulève pas ce problème dans sa demande de transfert.Cependant les membres du bureau de la SSLA s'informeront d'une manière plus précise ....et vous communiqueront le résultat de leurs recherches.
Veuillez agréer,Monsieur le Maire,l'expression de mes sentiments dévoués.



Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne
à Monsieur le Maire de Bayonne
Bayonne le 26 février 1969
Monsieur le Docteur Grenet
Maire de Bayonne
Monsieur le Maire,
Vous m'avez transmis la photocopie de la lettre du Syndicat d'Initiatives de Mauléon demandant l'autorisation de procéder au transfert des cendres d'Augustin Chaho,et je vous en remercie.
Certes Chaho est souletin et c'est vraisemblablement à ce titre que Mauléon le revendique,mais,fils d'un huissier de Tardets et étant né à Tardets,il n'a pas la qualité de Mauléonnais.Il a en outre pris une trop grande part dans la vie littéraire,journalistique et politique de Bayonne où il est mort (et enterré),pour que Bayonne qui lui a déjà consacré une rue,ne puisse le revendiquer comme un des siens.J'ajoute enfin que le monument qui lui a été élevé au cimetière de Bayonne a été payé par une souscription publique à laquelle les Bayonnais ont contribué pour la plus grande part.
Je vous prie de croire,Monsieur le Maire à l'assurance de mes sentiments distingués.
Le Directeur
Jean Haritschelhar


Le maire de Bayonne
à monsieur le Président du Syndicat d'Initiative
27 février 1969
Monsieur le Président du Syndicat d'Initiative
Je me vois dans l'obligation de reprendre le dossier concernant le transfert des cendres d'Augustin CHAHO.
Après de nouveaux sondages et des avis autorisés force m'est donnée de reconnaitre que certes CAHO est souletin.C'est vraisemblablement à ce titre que la ville de MAULEON le revendique.
Mais je n'ignore pas non plus qu'AUGUSTIN CHAHO est le fils d'un huissier de TARDETS,né à TARDETS.Il n'a donc point la qualité de Mauléonnais.
Par contre il a pris une trop grande part dans la vie littéraire ,journalistique et politique de BAYONNE  où il est mort (et enterré) pour que BAYONNE qui lui a déjà consacré une place dans une des artères de la Ville ne puisse le revendiquer comme l'un des siens.
Enfin,le Monument élevé en son nom au cimetière de BAYONNE,a été payé par une souscription publique à laquelle les Bayonnais ont contribué pour la plus grande part.
Pour toutes ces raisons je me vois contraint de ne pas donner suite à votre proposition de transfert.
Veuillez agréer,Monsieur le Président,l'expression de mes sentiments distingués.


Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne
à Monsieur le Maire de Bayonne
le 4 mars 1969
Monsieur le Maire
J'ai porté à la connaissance des membres de la S.S.L.A de Bayonne et de la Commission des Amis du Vieux Bayonne,la lettre de Mr le Président du Syndicat d'initiative de Mauléon,lettre que vous avez bien voulu me communiquer.
Le Président du syndicat d'initiative de Mauléon sollicite de votre bienveillance l'autorisation de procéder à l'exhumation des cendres de Chaho et au transfert du monument funéraire.
Les membres du Bureau de la SSLA et de la Commission des Amis du Vieux Bayonne vous demandent de ne pas accéder à une telle demande.
Comme nous l'avons déjà rappelé dans nos précédentes lettres,rien ne justifierait un tel transfert.
J'ajouterai à ce que nous avons déjà écrit à cet égard,que le monument funéraire a été construit grâce à une souscription publique,ouverte à Bayonne.Il est de notre devoir de conserver ce monument funéraire,témoin de la générosité des Bayonnais,sollicitée il y a un siècle,en hommage à la mémoire de celui qui,homme politique,écrivain,journaliste....fut toujours attaché de cœur à Bayonne,sa ville d'adoption.
Je crois par ailleurs pouvoir dire que Chaho avait manifesté le désir d'être inhumé à Bayonne.
Une double obligation morale imposerait le refus de tout transfert.
Je me permets de vous rappeler,pour conclure,notre demande concernant la prorogation de concession et les travaux d'entretien de la tombe.....
Je vous serai obligé de me faire savoir s'il me faut adresser une lettre"explicative" au syndicat d'initiative de Mauléon.
Veuillez agréer,Monsieur le Maire,l'expression de mes sentiments dévoués.

Le président du syndicat d'initiative de Mauléon
à Monsieur le maire de Bayonne
Mauléon-Soule le 10 mars 1969
Monsieur le Maire
Nous avons bien reçu votre courrier,et notre Conseil d'Administration a été assez étonné de constater la différence de ton de vos deux correspondances.D'une part votre empressement à vous débarrasser d'un monument encombrant,et concernant une concession expirée "depuis onze ans" que vous ne sembliez pas pouvoir conserver,d'autre part vos longues recherches d'origine permettant de conserver le patrimoine des bayonnais,eu du moins des petits enfants de ceux qui avaient souscrit pour le monument.
C'est alertés par les mêmes qui s'étonnaient de l'état de délaissement du monument de notre illustre Souletin que nous avions entrepris ces démarches préalables.Les mêmes se proposaient de faire une collecte,pour contribuer au transfert à Mauléon de l'ensemble du monument,car ils estimaient que c'était là,sa place.
Nous sommes d'autant plus surpris de votre décision,qu'abandonné depuis de nombreuses années,il a suffi que nous nous intéressions à sa sépulture pour que les bayonnais "unanimes" se souviennent de l'existence de Chaho.
En regrettant de ne pas pouvoir ramener à son sol natal un de ses enfants,le Syndicat d'Initiatives de la Capitale de la Soule pourra se flatter d'avoir été à l'origine de l'intérêt tout nouveau qu'on lui porte.
Cependant,nous pensons avoir retrouvé des descendants de cet illustre.En l'état actuel de nos recherches,nous ne sommes pas en mesure de vous dire de qui il s'agit,afin d'éviter que "des ouvriers de la dernière heure" viennent faire opposition à nos aspirations légitimes.
Veuillez agréer,Monsieur le Maire,l'expression de nos sentiments les plus respectueux.
Le Préside


"Le Gascoune" 14 avenue Georges-Hérelle -Marracq 64 Bayonne
Bayonne ,le 23 décembre 1969

Monsieur le Docteur Henri Grenet
Maire
Hôtel de Ville
Bayonne
Monsieur le Maire,
Je me permets de signaler à votre bienveillante attention,l'état de vétusté de deux tombes,au cimetière Saint-Léon.
La première appartient à la famille Pouzac,dont Léo Pouzac,fut un de vos prédécesseurs à la Mairie de Bayonne pendant plus de vingt années.
La famille a dû disparaitre et mis à part quelques fleurs du souvenir déposées pour la Toussaint par quelques vieux Bayonnais,cette tombe est quasi abandonnée.
J'en avais parlé ,en son temps ,au Dr Delay,alors maire de Bayonne.Il m'avait promis de faire le nécessaire.Mais rien n'a été fait.
La deuxième tombe est celle d'Augustin Chaho.Le buste du fougueux républicain de l'époque est attaqué par une sorte de moisissure qu'il suffirait de gratter.La grille qui entoure le monument est en mauvais état.
On pourrait peut-être faire quelque chose pour cette tombe.Vous savez que Mauléon revendique" les cendres" de Chaho.On peut bien se demander pourquoi cette demande plutôt insolite,Augustin Chaho étant originaire de Tardets.
Mais quoi qu'il en soit,Mauléon pourrait peut être alléguer que Bayonne n'entretenant pas la tombe de Chaho,il est naturel (!) que Mauléon en revendique la propriété.
Il est permis de trouver déplacé une demande pareille après plus d'un siècle.
Je sais que vous ne manquerez pas de faire le nécessaire pour ces deux tombes,dont les frais de nettoyage et de réfection ne doivent guère être très élevé.
Cela fera plaisir à tous les Bayonnais en général et aux vieux,en particulier.
En vous remerciant,je vous prie de croire,Monsieur le Maire,à l'assurance de mes sentiments respectueux .
Léon Herran

Le président du syndicat d'initiative de Mauléon
à Monsieur le maire de Bayonne
Le 2 mars 1970
"Par lettre du 27 février 1969,vous nous faisiez savoir qu'après nous avoir donné votre accord pour transférer les cendres d'Augustin Chaho vous étiez obligé de revenir sur votre décision.
La Société Lettres Sciences et Arts de Bayonne voulait,à cette époque,restaurer la tombe qui se trouve toujours dans un état d'abandon lamentable.
Il semble donc que la S.L.S.A ne souhaite pas restaurer la tombe,mais simplement conserver jalousement un bien auquel elle ne tient pas,une année d'attente le montre.
Si vous pensez que cet illustre souletin mérite mieux que le sort qui lui est égoïstement réservé nous sommes toujours prêts à l'accueillir.
Veuillez agréer,Monsieur le Maire,l'expression de nos sentiments respectueusement dévoués.
Le Président
L.M Vignau



Source:

Pôle de Bayonne et du Pays Basque AD 64
E Dépôt Bayonne 4 W art 20.14 Cimetière 1940-1970



La tombe d'Augustin Chaho se trouve cimetière Saint-Léon .Depuis l'entrée du cimetière ,côté Saint-Léon, à gauche  6° 9 e ligne. 

Augustin Chaho -Wikipédia

Ariel -Bibliothèque numérique de la médiathèque de Bayonne
Ariel est un journal politique qui paraît à Bayonne entre le 6 octobre 1844 et le 19 février 1852, fondé par Augustin Chaho (1811-1858

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire