mercredi 29 mars 2017

Usage abusif des certificats de bonne vie et moeurs



Émigration._Passeports à l’Étranger

Pau, le 26 octobre 1855.

A Messieurs les Maires du département.


Monsieur le maire,


Je suis informé que des jeunes gens, auxquels l'administration refuse des passe-ports  pour se rendre dans les colonies parce qu’ils n’ont pas encore satisfait à la loi de recrutement, ont souvent recours à des manœuvres que rendraient  nulle une plus grande sévérité  de l’autorité municipale. Ainsi, lorsqu’un jeune homme de 18 à 20 ans veut se soustraire par l’émigration aux chances du tirage au sort, il s’adresse au maire ou à l'adjoint de de sa commune et lui demande un certificat de bonne vie et mœurs, contenant les nom, prénoms, âge et quelquefois  le signalement de l’individu. On stipule encore  dans certains certificats que celui qui en fait usage  est né de parents espagnols non naturalisés français , et qu’à ce titre, il ne pas être assujetti à la loi sur le recrutement de l’armée. Pour les jeunes gens compris dans le contingent départemental non encore appelés à l'activité, on modifie la formule du certificat en observant qu'en leur qualité de fils d'étrangers non naturalisés, quoique domiciliés dans la commune, ils n’ont pas été portés sur les tableaux de recensement  ou ont été dispensés de concourir au tirage .

Au moyen de ces certificats , ces jeunes gens pénètrent facilement  en Espagne et se rendent au Passage, port Espagnol. Ils se présentent même parfois au consulat d’Espagne à Bayonne, où, sur la production de ces certificats, un passe-port pour l’Espagne leur est délivré.
Vous comprendrez, Monsieur le Maire, combien il importe  de porter remède à ces abus  qui ont pour résultat de soustraire ces jeunes gens à la loi du recrutement de l’armée et à la surveillance de l’autorité supérieure. 
Je vous invite , en conséquence,à ne délivrer ,à l'avenir,ces certificats de moralité que dans la forme régulière  où ils doivent l’être, et après vous être assuré d’une manière certaine de la position des jeunes  gens qui les réclament.

Vous ne devez point perdre de vue, d’ailleurs, que ce n’est pas à l'autorité municipale qu'il appartient de statuer sur les questions de nationalité, et par conséquent de décider  si tel ou tel individu doit être compris sur la liste du contingent.

J’appelle toute votre attention sur la gravité des observations qui précèdent, et je compte sur votre zèle pour surveiller la stricte exécution. 
Agréer, Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération très distinguée.

Le Préfet des Basses-Pyrénées
A.LAITY
Source:
Empire Français
Département des Basses-Pyrénées
Recueil des actes administratifs
Année 1855
Collection particulière

mardi 28 mars 2017

Révocation de l’instituteur de Bellocq



Révocation de l’instituteur de Bellocq

 Nous, Commandant supérieur des Francs-tireurs et des Gardes nationales de St-Quentin,

PRÉFET DES BASSES- PYRÉNÉES,
Attendu qu’il résulte de renseignement très précis qui vient de nous être transmis, que Labayande,  instituteur de la commune de Bellocq, s’est félicité publiquement des revers de  l’armée française de l’Est ;
Attendu qu’un instituteur qui insulte ainsi publiquement aux malheurs de la patrie est un mauvais citoyen, capable de pervertir le sens moral de la jeunesse, et que par là il déshonore  le corps enseignant,
ARRÊTONS/
Art.1er .Labayande, instituteur public à Bellocq , est révoqué de ses fonctions.
Art.2.Il lui est enjoint de cesser immédiatement ses fonctions dès la notification du présent arrêté.
Art 3.Des expéditions du présent arrêté seront adressées à MM. l’Inspecteur d’Académie et le Maire de Bellocq, qui sont chargés d’en assurer l’exécution.

Pau, le 4 février 18171 

ANATOLE DE LA FORGE

Source:
Préfecture des Basses-Pyrénées
Recueil des Actes Administratifs
Année 1871
Page 77
Collection particulière

Pour aller plus loin  

Anatole de La Forge

Sur le site internet de l'Assemblée Nationale ,la biographie d'Anatole de la Forge,extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny )

  • Né le 1er avril 1821 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 6 juin 1892 à Paris (Paris - France)


Député de 1881 à 1889, né à Paris le 1er avril 1821, il se destina d'abord à la diplomatie. Attaché à la légation de Florence, puis secrétaire d'ambassade à Turin et à Madrid, il fut chargé, en 1846, d'une mission en Espagne qui lui valut, au retour, la croix de chevalier de la Légion d'honneur.

La révolution de 1848 modifia ses idées : il se tourna vers le journalisme, collabora à l'Estafette, puis entra au Siècle, dont il devint un des principaux rédacteurs, et où il se fit pendant plusieurs années une spécialité des questions de politique extérieure.

Ayant soutenu, sous l'Empire, l'opposition démocratique, il fut nommé, après le 4 septembre 1871, préfet du département de l'Aisne. Les circonstances faisaient alors de cette fonction un véritable poste de combat : M. Anatole de La Forge parvint à grande peine jusqu'à Saint-Quentin, que la prise et l'occupation de Laon avaient substitué au chef-lieu, y organisa la résistance, et eut personnellement, à la vaillante défense de cette ville contre les troupes allemandes, pendant la journée du 8 octobre 1870, une part des plus honorables : le préfet avait combattu à la tête des gardes nationaux, des pompiers et des ouvriers de Saint-Quentin, et, quoique blessé grièvement à la jambe, était resté au feu jusqu'au moment où l'ennemi s'était décidé à battre en retraite sur Laon. Le gouvernement de la Défense nationale nomma M. Anatole de La Forge officier de la Légion d'honneur (28 octobre) ; lui adressa de chaleureuses félicitations, et l'appela à la préfecture des Basses-Pyrénées (février 1871). Partisan de la guerre à outrance, M. de La Forge s'efforça de rendre cette politique populaire, présida aux élections du 8 février 1871, et donna sa démission après le vote des préliminaires de paix.

Redevenu collaborateur du Siècle, il fut porté par les républicains, aux élections du 14 octobre 1877, candidat dans le 8e arrondissement de Paris, où il obtint 5 241 voix contre 6 335 au vice-amiral Touchard, monarchiste, élu.

Puis, lors de la formation du cabinet Dufaure, le 14 décembre suivant, M. Anatole de La Forge fut appelé aux fonctions de directeur de la presse au ministère de l'Intérieur. En les acceptant, le nouveau titulaire s'était flatté de l'espoir que la gouvernement et les Chambres établiraient en matière de presse le régime de la liberté absolue ; il adressa même dans ce sens à M. de Marcère un remarquable rapport, dont les conclusions ne furent pas adoptées par les pouvoirs publics. Il se démit alors (25 mai 1879) de ses fonctions.

Candidat républicain à l'élection partielle du 29 mai 1881, motivée dans le 9e arrondissement de Paris par le décès d'Emile de Girardin, il fut élu par 9 198 voix (15 698 votants, 23 261 inscrits), contre 4 250 à M. Ed. Hervé, monarchiste, et 2 079 à M. Paul Dubois, républicain radical.

Aux élections générales suivantes (21 août de la même année), le 9e arrondissement ayant été divisé en deux circonscriptions, il se représenta dans la première, et fut élu par 4 927 voix (5 866 votants), sans concurrent. D'opinions et de caractère indépendants, M. Anatole de La Forge ne se fit inscrire à aucun groupe parlementaire ; en fait, il vota le plus souvent avec les radicaux de la Chambre, notamment pour la liberté de la presse, de réunion, etc. Il demanda la publicité des séances du conseil municipal de Paris, et se montra partisan (novembre 1883) de la création d'un maire de Paris, dont les attributions auraient été réduites, comme celles du maire de Lyon ; cette proposition, soutenue par M. Floquet et par M. Spuller, et combattue par M. Waldeck-Rousseau, ministre de l'Intérieur, fut rejetée à 277 voix contre 201. M. de La Forge opina à la même époque en faveur de la révision intégrale de la Constitution, tout en refusant de s'embrigader dans la Ligue révisionniste dont le chet était M. Clemenceau. En août 1884, il fut du petit nombre des députés qui refusèrent d'aller à Versailles pour prendre part aux séances du Congrès, ne lui reconnaissant pas le droit de procéder à une révision limitée de la Constitution. Après la mort de Victor Hugo, il prit l'initiative de la motion tendant à déposer le corps du poète au Panthéon. Enfin il vota contre la politique coloniale et rejeta les crédits du Tonkin.

En dehors de la politique pure, M. Anatole de La Forge, que sa bravoure personnelle et son patriotisme éprouvé rendaient sympathique à tous les partis, avait été en mainte occasion investi par ses collègues d'une sorte de magistrature d'honneur, et s'était fait, dans les différends et dans les duels survenus entre des membres du parlement ou de la presse, une situation spéciale d'arbitre. En 1885, son nom ayant été mis en avant pour la présidence de la République, il déclina toute candidature.

Inscrit, le 4 octobre 1885, sur plusieurs listes républicaines et radicales dans le département de la Seine, il fut un des quatre élus du premier tour de scrutin, le 3e sur 38 députés à nommer, par 222 334 voix (434 011 votants, 564 338 inscrits). La majorité de la Chambre nouvelle le désigna comme l'un des vice-présidents. M. Anatole de La Forge continua d'opiner le plus souvent avec l'extrême gauche, fut l'adversaire des ministères Rouvier et Tirard, vota contre l'expulsion des princes (juin 1886), soutint octobre 1888) les réclamations du Syndicat de la presse contre les questeurs de la Chambre, et donna à cette occasion sa démission de vice-président, qu'il refusa de retirer. Il se prononça énergiquement contre l'attitude du général Boulanger, quitta la Ligue des patriotes, lorsque celle-ci eut adhéré au « boulangisme », soutint le cabinet Floquet, et, en dernier lieu, s'abstint sur le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889), et se prononça contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, pour les poursuites contre le général Boulanger.

M. Anatole de La Forge est décoré de la médaille militaire.

On a de lui, outre de nombreux articles insérés dans le Siècle :
- l'Instruction publique en Espagne (1847) ;
- des Vicissitudes politiques de l'Italie dans ses rapports avec la France (1850) ;
- Histoire de la République de Venise sous Manin (1853) ;
- la Peinture contemporaine en France (1856) ;
- l'Autriche devant l'opinion (1859) ;
- la Liberté (1862) ;
- la Pologne devant les Chambres (1863) ;
- Lettres à Mgr Dupanloup à propos de la Pologne (1865), etc.
  
Date de naissance 1 er avril 1820 


Le site des Archives de Paris
Acte de décès en ligne
Paris 17e
6 juin 1892
V4AE 7496 
Acte N°1543 Vue 9/31

lundi 27 mars 2017

Vient de paraitre:Minorités, identités régionales et nationales en guerre 1914-1918

Minorités, identités régionales et nationales en guerre
ouvrage collectif 
Sylvain Gregori et Jean-Paul Pellegrinetti (dir.)
2017 _Presses universitaires de Rennes

Minorités,identités régionales et nationales en guerre 1914-1918
Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 304 p.
ISBN : 978-2-7535-5190-9
Prix : 22,00 €

Un aperçu de la table des matières 

François Dubasque
Régionalisme de guerre : l’impossible promotion d’une République « une et divisible » ?
Yann Lagadec
L’affirmation de la région dans la nation en guerre ? Bretagne et combattants bretons, 1914-1919
Jean-Paul Jourdan
Insoumission et désertion parmi les soldats basques de la Grande-Guerre : réalité et faux-semblants
Nicolas Berjoan et David Martinez Fiol
Catalans en guerre mondiale. Histoire croisée du voyage des intellectuels catalans à Perpignan en février 1916
Sylvain Gregori et Jean-Paul Pellegrinetti
Complexe identitaire et identité complexe : représentations et expressions identitaires des poilus corses (1914-19188)
Federico Mazzini
Grande Guerre, petites patries. L’identité trentine entre Royaume d’Italie et Empire Austro-Hongrois
Stéfanie Prezioso
Les Italiens en France durant la Grande Guerre : identités en migration
Raphaël Georges
Les soldats alsaciens-lorrains dans la guerre : entre feldgrau et bleu horizon
Gérald Sawicki
L’Alsace-Lorraine et les Alsaciens-Lorrains entre France et Empire allemand :
administration, surveillance et contrôle des territoires et des populations pendant la Première Guerre mondiale
Pierre-Jean Le Foll-Luciani
Une guerre « assimilatrice » ? Stratégies discursives et reconfigurations identitaires chez les juifs d’Algérie durant la Première Guerre mondiale
(...)
Table des matières complète (Fichier pdf 3 pages, 582 Ko)

Articles du blog 

" Jean-Paul Jourdan , professeur d'histoire contemporaine, s'est intéressé aux insoumis et déserteurs basques pendant la Grande Guerre (1914-1918) .Ses recherches, reposent essentiellement sur des documents ouverts à tous, aux Archives départementales des  Pyrénées-Atlantiques , à Pau et à Bayonne.Il livre une étude de 342 pages ,solidement sourcée, richement illustrée de documents d'archives  ,et accessible gratuitement en  téléchargement ici."

jeudi 23 mars 2017

Le camp du Polo-Beyris de Bayonne de la Libération au printemps 1945

Entre septembre 1944 et avril 1945,800 femmes et hommes habitant la région, sont passés par le camp du Polo-Beyris de Bayonne.Collaborateurs présumés ou avérés et trafiquants du marché noir .....un sujet resté longtemps tabou.
Camp de concentration du Polo_Bayonne _Décembre 1944 _Archives Nationales Caran F/7/ 15104

Le Collectif pour la Mémoire du Camp de Beyris 
organise une conférence avec projection  de documents d'archives 

Lundi 3 avril 2017 à 18h30

à la Maison de la Vie Citoyenne du Polo Beyris

28 avenue de l'Ursuya à Bayonne

Entrée gratuite


Articles du blog 

Petits "camps" de prisonniers à Hendaye;1940-1944 

Raymond Siard et sa fille.

Extraits d' archives du tribunal de grande instance de Bayonne ;année 1944