samedi 11 mars 2017

1939-2019 Colloque à l'occasion du 80 e anniversaire de la création du camp d'Agde (34)



PREMIER APPEL À COMMUNICATIONS


COLLOQUE INTERNATIONAL (14-15-16 MARS 2019) 
ORGANISÉ À AGDE (HÉRAULT) 
PAR 
L’AMCA (Association pour la Mémoire du Camp d'Agde) 
ET LE 
GRHISTA Groupe de Recherches Historiques Agathoises 

 À L’OCCASION DU 80e ANNIVERSAIRE DE LA CRÉATION DU CAMP D’AGDE

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Nathalie ALEM (Montpellier),
Alicia ALTED VIGIL (UNED, Madrid), 
Manuel AZNAR SOLER (UA, Barcelone),
Ángel BAHAMONDE MAGRO (Carlos III, Madrid), 
Jean-François BERDAH (Toulouse),
Christian CAMPS (Montpellier),
Ángela CENARRO LAGUNAS (Saragosse),
Josefina CUESTA BUSTILLO (Salamanque),
Geneviève DREYFUS-ARMAND (Paris),
Jean-François GUILLON (Aix), 
Jacques ISSOREL (Perpignan),
Salomó MARQUÉS SUREDA (Gérone), 
Vincent PARELLO (Bordeaux),
Victor PEREIRA (Pau), 
Jean SAGNES (Perpignan), 
Bruno VARGAS (Toulouse-Albi), 
Jean-Claude VILLÉGAS (Dijon).

Langues acceptées : catalan, espagnol, français
Lieu du colloque : Agde (34)
Pour plus d’informations, vous pouvez contacter : Christian Camps, professeur honoraire à l’université Paul-Valéry de Montpellier, président de l’Association pour la mémoire du camp d’Agde (AMCA)  courriel: : camps.christian@wanadoo.fr


« LES CAMPS DE RÉFUGIÉS ESPAGNOLS EN FRANCE (1939-1945) »
I- DE LA RETIRADA À LA CRÉATION DES CAMPS DE RÉFUGIÉS ESPAGNOLS
1) L’exode.
2) Les autorités françaises (l’application des directives, le rôle des syndicats, des partis politiques, la mise en place des camps, la prise en charge des exilés, les séparations…).
3) L’accueil par les populations locales (préparé par les municipalités, parfois par l’église ; refus total).
4) Les médias.

II- LA VIE DANS LES CAMPS : UN UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE
1) Surveillance et hébergement (logement, nourriture).
2) La santé (soins, maternité, maladies, décès ; les associations humanitaires, confessionnelles.
3) Les contacts avec la population locale (aide alimentaire, vestimentaire). Le travail vers l’extérieur (chez les particuliers, dans les entreprises, dans les fermes et domaines agricoles).
4) L’organisation interne, syndicale et politique ; l’aide internationale.
5) Aspects culturel, artistique et sportif (écrivains, archéologues, artistes peintres, sculpteurs, metteurs en scène, dessinateurs, acteurs, musiciens, compositeurs, joueurs de football, etc.).
6) Culture et travail éducatif (chorales, représentations théâtrales, alphabétisation, cours dispensés par des instituteurs réfugiés, journaux et revues internes).
7) Le rôle des femmes dans l’exil, dans les camps.

III- LA VIE APRÈS LES CAMPS
1) Conditions de libération.
2) Le départ des camps (Mexique, Argentine, Cuba, le Chili avec le « Winnipeg » affrété par  Pablo Neruda).
3) L’intégration locale (organisation des maquis dans la Résistance, rôle des guérilleros ; le travail, les mariages, l’école…).
4) L’engagement dans l’armée française, la Légion étrangère, les Compagnies de Travailleurs Espagnols (C.T.E.), la participation à la Résistance, les maquis, les brigades de guérilleros espagnols, les Espagnols Français libres, La Nueve, la déportation.
5) Le rôle des femmes après les camps : rôle social, politique, économique…
6) La littérature : ouvrages sur cette période, livres de souvenirs, publications de lettres.
7) Les lieux de mémoire : monuments, musées mémoriaux, plaques.
8) Associations, commémorations, hommages, colloques, témoignages oraux, documentaires, filmographie, correspondances ; travail de transmission auprès des scolaires, découverte des sites.
9) Les chercheurs, les chaires de l’exil.
10) L’apport des exilés en France dans toutes les strates de la société.
11) Les enfants et petits-enfants des exilés.
12) L’exil des réfugiés espagnols vu du côté espagnol.

Source: Claire Frossard

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire