lundi 10 juillet 2017

Manifestation gueularde à Mauléon


Mauléon , le 4 aout 1936.Une lettre dactylographiée ,signée par un groupe de "Mauléonais excellents patriotes" _sans autres précisions_ a été adressée au préfet des Basses-Pyrénées à Pau.

 

"Monsieur le Préfet,
La situation des Industriels et bourgeois de Mauléon est devenue trop critique ,et les dangers que courent ces citoyens français trop menaçants,pour que vous ne soyez pas éclairé.
Cette cité jusqu'à ces dernières années était prisée par les étrangers tant y était complète la tranquillité.Aujourd'hui,la capitale de la Soule subit une transformation qui la trouble à une vitesse exagérée,pour ne pas dire inquiétante.La masse ouvrière composée surtout d'Espagnols est mené par des éléments extrémistes et l'industrie de la sandale blessée à mort car de jour en jour les rapports entre le Capital et la production deviennent plus difficiles.
Une cellule communiste s'y est installée et le maire de TARNOS en "villégiature" dans notre cité depuis près de deux mois,pouvait se vanter dimanche dernier au banquet communiste de GARAÏBY d'avoir enrôlé 80 jeunes gens sous la bannière du marteau et de la faucille depuis son arrivée au pays basque.Des réunions ont lieu tous les soirs à la HAUTE VILLE et nombreux sont et orateurs et auditeurs.A l'issue de ces réunions qui se prolongent tard dans la nuit,les éléments espagnols se joignant aux français pour effectuer plusieurs fois le tour de ville ,hurlant l'internationale (version française et espagnole).Ils se livrent à cette manifestation gueularde d'autant plus aisément que la rue à cette heure là leur appartient,la police municipale n'existant pas et la gendarmerie n'ayant pas d'ordres pour patrouiller dans la ville.Voilà où nous en sommes,Monsieur le Préfet,et ce mouvement n'est qu'en gestation.
Des renforts sont venus d'Espagne,ces temps derniers,car ses "réfugiés politiques" puisque tel est le qualificatif officiel qu'il sied de leur donner,ne se contentant pas de jouir en paix d'une large hospitalité et de remplir envers cette dernière les devoirs qu'elle leur impose,non:ils font mieux.Se retrouvent dans leur élément "frente popular" ils poussent leur cynisme jusqu'à prendre part au défilé nocturne et au chant qui le scande.Nous apprenons avec soulagement qu'ils sont priés de repartir pour l'Espagne de Don Quichotte ou de s'enfoncer davantage dans les terres françaises:Tant mieux.
Bref,le malaise qui grandit de jour en jour gagne tous les esprits.On craint l'émeute,la discrétion manquant à ceux qui en assument les préparatifs.L'un des chefs est un armurier qui,chassé d'un gros bourg basque,assure à tous ses partisans la distribution d'armes et munitions pour le "Grand Soir" C'est charmant pour les autres !
Non,Monsieur le Préfet,il est temps que cette situation cesse;et que l'air redevienne respirable dans Mauléon.Sinon,les esprits continueront de s'échauffer,des frictions auront lieu entre "blancs et rouges" et l'intervention tardive de ceux qui doivent assurer l'ordre aura été la cause d'incidents regrettables.
Nous comptons absolument sur votre énergie et votre autorité pour améliorer cet état des choses et assurer la sécurité des Mauléonais qui vivent des heures inquiètes ,se rendent compte que Mauléon pourrait être bien le point de départ du Mouvement dont vous devez être au courant.
Veuillez agréer,Monsieur le Préfet,nos meilleures salutations,et l'expression de nos sentiments les plus distingués.
Un groupe de Mauléonais excellents patriotes"

Archive consultable en salle de lecture à Pau des AD 64
Cote 1 M Art.78
Administration Générale du département
Année 1936