lundi 17 juillet 2017

Voyage présidentiel à Bayonne

Action syndicaliste

Organe mensuel de l’Union des syndicats des Basses-Pyrénées.

N°18 Septembre 1913

Bureau:1,rue des Cordeliers.Bayonne


Voyage Présidentiel

Notre pitre national, à peine reposé des fatigues d'un grand voyage, va reprendre de nouveaux sa randonnée à travers la France, mais ce sera cette fois pour aller rendre une  visite de politesse au potentat d’Espagne.
Donc, Raymond Poincaré va diriger ses pas au-delà des Pyrénées. Mais avant de quitter le sol de sa douce patrie, le bon Lorrain "consent" à s’arrêter quelque heures dans cette bonne ville de Bayonne. Depuis que la nouvelle est officielle, les habitants ne se sentent plus de joie. D’aucuns attribuent le  sérénité  de la naiure, à cette bonne fortune. Ce n’est pas si invraisemblable que cela.
Il n’en faut pas plus pour provoquer un remue-ménage inaccoutumé chez les gens de l’administration et du "Governement". Pensez donc!
Les personnages officiels : préfet, sous-préfets, députés, sénateurs, maires, conseillers, etc. etc., font reteindre leurs écharpes surannées et repasser à neuf leurs vieilles redingotes poussiéreuses et râpées. Les uns répètent assidûment chaque soir, le discours  qu'ils devront ânonner; les autres, au rôle plus effacé,se contentent  de prendre des leçons de plastique chez les naturiens, afin d’avoir une tenue convenable  devant le chef de l’État.
Il n’est pas jusqu’à nos  fonctionnaires, employés municipaux,qui, eux aussi, manifestent  le désir d’être de la fête. Mais comme leur garde-robe est aussi modeste que leur budget, ils ne font pas grand frais pour soigner leur tenue.
En revanche, ils vocalisent  à qui mieux mieux sur tous les tons et demis-tons de la gamme le refrain du jour : « Vive M. Poincaré ! Vive la France ! Vive la République ! "
Ça ça va être rigolo....
Seulement, que va-t-on bien faire voir de beau et d'original à Monmon? On ne pourra pas renouveler la scène des truffes  parce que les seuls cochons qu'il aura mangeront les  savoureux ascomycètes au  banquet présidentiel même ....Ah!mais j'y  pense,on lui fera gouter du Jean-Jean, du jambon,du bon jambon de Bayonne. Ça sera toujours de la cochonnerie. Poincaré aime ça !
Et puis, il y aura des chanteurs, de la musique, les rues seront décorées, les maisons pavoisées. Il y aura aussi Populo, ce bon chien  qui montre souvent les dents mais ne mord jamais.Il  oubliera devant cet apparat,que  c’est lui qui paie les voyages et et les gueuletons  de toute la clique qu’il acclame au passage. Bast! Il serrera la ceinture d’un cran de plus.
Qu’il est bête le populo !
Quand donc s’apercevra-il qu’il qu’il est berné par les jean-foutre de la politique ! Le jour où il verra clair, il n'ira plus acclamer  les polichinelles qui se gaussent de lui ,et d’un geste peu gracieux,Populo leur foutra son pied au cul ....
Mais quand donc, bon Dieu!

CADRATIN


Article consultable en salle de lecture du Pôle d'archives de Bayonne et du Pays basque (AD 64)
39 avenue Duvergier de Hauranne. 
64100Bayonne
E dépôt Bayonne 7 F Art.3