vendredi 9 février 2018

Fernand Elosu,un politique interné en 1940

Au printemps 1940, les autorités civiles et militaires de la IIIe République,décident d'éloigner de Bayonne,Fernand Elosu (1875-1941), accusé d’être un "extrémiste militant". L’internement initialement prévu au Centre de Séjour Surveillé de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime) se fera au camp de Gurs via la prison de Dax.
Le dossier coté 77 W Art 48 conservé par les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques à Pau dévoilent les ressorts d'un internement pour délit d'opinion,avant le gouvernement de Vichy.

La numérotation des pièces est le fait de l'auteur du blog

Pièce N°1_Bordeaux,le 18 mars 1940
Extrait d'une écoute téléphonique du 11/3/40 Bayonne

Destinataire Appelé Commissariat de Police Bayonne.
Bonjour M.NADEAU.Je vous appelle au sujet de l'affaire ELOSU.Il a demandé un recours en grâce au Procureur de la République.Le Sous-Préfet me demande ce que penserait l'opinion si le recours en grâce était signé.
Venez me voir,nous en reparlerons.
Maintenant il y a trois Espagnols (de la Roseraie) qui n'ont pas de laisser-passer,qui n'ont rien et qui travaillent à la Poudrerie de Blancpignon,et qui arboraient hier une fleur rouge.
Si je les fous entre les mains du Parquet,l'usine va crier,puisqu'ils travaillent pour la Défense.
Venez,nous parlerons de cela.
Le Dr ELOSU est un communiste notoire et militant.

Pièce N°2_Ministère de l'Intérieur
Direction Générale de la Sûreté Nationale
Commissariat spécial de Bayonne
N°945
Bayonne le 24 mars 1940
Le Commissaire spécial TOURRET
à Monsieur le Commissaire Divisionnaire
HENDAYE
Comme suite à la demande de renseignements N°3222 BCR en date du 16 mars 1940 de M.le Général Commandant la 18 e Région,relative à un compte rendu d'écoute de Bayonne du 11 mars 1940 à 14h30,j'ai l'honneur de vous faire connaitre qu'il s'agit d'un entretien téléphonique entre M.NADAUD ,Commissaire Central de Bayonne et moi-même,Commissaire Spécial,détaché à Bayonne.
L'affaire ELOSU,dont il est question,est une affaire de reconstitution de groupement dissous (Les Amis de l'U.R.S.S.) sanctionné le 8 février dernier par le Tribunal Correctionnel de Bayonne qui a prononcé une peine de 6 mois de prison contre le Docteur ELOSU de Bayonne,militant extrémiste.Celui-ci a demandé un recours en grâce.
M.le Sous-Préfet de Bayonne ayant demandé des renseignements à ce sujet à M.NADAUD,Commissaire Central et à moi-même,il était normal de nous consulter.
Je vous ai adressé mon rapport à ce sujet sous le N°826 le 22 mars courant.
Les 3 Espagnols dont il est question dans le compte rendu d'écoute sont les nommés:
CANGA Manuel né à BILBAO le 22 octobre 1915
NOCEDALValentia ,né le 3 novembre 1913 à San-Salvador,
SANCHEZ Gerardo,né le 27 juillet 1917 à Sestas.
Ces 3 réfugiés espagnols travaillent actuellement à la Poudrerie de BLANCPIGNON.
Le 11 mars courant,ils ont fait l'objet d'un examen de situation  dans les services de la Police municipale de Bayonne,cars ils avaient été remarqués ,se promenant en ville avec une fleur rouge à la boutonnière.
Ils n'ont pas été déférés au Parquet,parce qu'il n'a pu être recueilli aucun élément d'inculpation contre eux.
Ces 3 étrangers provenant de camps de concentration sont dépourvus de laissez-passer,car ainsi que tous les réfugiés espagnols travaillant à la Poudrerie nationale de BLANCPIGNON et les usines BREGUET à Anglet,ils vont etre formés en compagnies de travailleurs étrangers,à bref délai.
Le Commissaire Spécial.

N°5.016
5.303
VU et TRANSMIS à Monsieur le Général Commandant
la 18e Région-Etat-major-B-C-R Bordeaux-
suite à sa demande ,en date du 16 mars 1940.N°3.222
Les espagnols sus-visés font l'objet d'une active surveillance de mon service.
Hendaye le 25 mars 1940
Le Commissaire Divisionnaire.



Pièce N°3_Pau,le 8 avril 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Sous-Préfet à Bayonne


En vous accusant réception de votre communication du 27 mars 1940 portant envoi du rapport N°5.016-5.303 de M.le Commissaire Divisionnaire d'Hendaye,en date du 25 mars,j'ai l'honneur de vous prier de vouloir bien,au fur et à mesure que des individus dangereux pour la défense nationale ou l'ordre public et actuellement détenus seront libérés,m'adresser les propositions que vous croiriez devoir formuler en vue de l'application à ces individus de l'une des dispositions prévues par le décret du 18 Novembre 1939.
Je vous serais obligé de me faire connaitre si vous envisagez qu'il y aurait lieu de prendre une mesure semblable à l'encontre du Docteur ELOSU dans le cas où son recours en grâce viendrait à être accepté.
Le Préfet


Pièce N°4_Ministère de l'Intérieur
Direction Générale de la Sûreté Nationale
Commissariat Spécial de BAYONNE
N°1198

Bayonne,le 20 avril 1940
Le Commissaire Spécial TOURRET
à Monsieur le Commissaire Divisionnaire
HENDAYE

Comme suite à vos instructions,j'ai l'honneur de vous faire connaitre qu'à mon avis,il y aurait lieu de prendre une mesure d'éloignement,en application du 18 Novembre 1939,à l'encontre du Docteur ELOSU de Bayonne dans le cas où son recours en grâce viendrait a être accepté.
Ce militant extrémiste a fait l'objet de ma transmission N°826 du 22 mars 1940.
Le Commissaire Spécial.

N)6.205
    7.091
D-Communistes Avril 1935
Dissolution Parti Communiste
--------------------------------------
VU et TRANSMIS à Monsieur le SOUS-PRÉFET de Bayonne,suite à sa demande,en date du 9 avril 1940.
Hendaye le 22 avril 1940.
Le Commissaire Divisionnaire


Pièce N°5_Direction Générale de la Sûreté Nationale
Commissariat spécial d'Hendaye
-------------------------
Communiste 1940
-------------------------
Hendaye le 27 avril 1940
Le Commissaire Divisionnaire à Monsieur le SOUS-PRÉFET BAYONNE

Référence à votre demande,en date du 23 avril 1940,j'ai l'honneur de vous faire connaitre que je partage entièrement l'avis de M.TOURRET,qui a proposé l'éloignement du docteur ELOSU,dans le cas où son recours en grâce viendrait à être accepté.

Le Commissaire Divisionnaire

Pièce N°6_Sous-Préfecture de Bayonne
Bayonne,le 29 avril 1940
SECRET

Le Sous-Préfet de Bayonne
à Monsieur le Préfet (Cabinet du Préfet)
En réponse à votre communication du 8 avril,j'ai l'honneur de vous transmettre,sous ce pli,les rapports que m'adressent M.le Commissaire Divisionnaire d'Hendaye et M,le Commissaire Spécial à Bayonne tendant à l'éloignement du docteur ELOSU dans le cas où son recours en grâce viendrait à être accepté.
Je ne puis que partager leur avis à son sujet.
Le Sous-Préfet
Pierre Daguerre


Pièce N°7_Pau,le 2 mai 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Sous-Préfet à Bayonne.

Comme suite à mes précédentes communications relatives au même objet et en réponse à votre rapport du 29 avril 1940 dont j'adopte entièrement les conclusions,j'ai l'honneur de vous prier de me faire parvenir,le plus tôt possible,la notice individuelle en triple exemplaire également le concernant afin de me permettre d'adresser à M.le Ministre de l'Intérieur une proposition tendant à l'assignation,le moment venu,au Docteur ELOSU,d'une résidence obligatoire dans une commune du département.
Le Préfet


Pièce N°8_Pau,le 20 mai 1940.
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Sous-Préfet de BAYONNE

J'ai l'honneur de vous transmettre,sous ce pli,pour renseignements et avis,en communication et avec prière de retour,une lettre anonyme en date du 5 mai 1940 adressée à M.le Ministre de l'Intérieur au sujet des nommées ELOSU et Monxxxxxx et faisant allusion à une certaine activité communiste aux usines Bréguet à Anglet.


Pièce N°9_MINISTÈRE DE L 'INTÉRIEUR
DIRECTION GÉNÉRALE
de la
SÛRETÉ NATIONALE
N°52
Objet:Perquisition opérée en vertu d'un mandat décerné par M.le Préfet des Basses-Pyrénées.
Affaire: ELOSU Fernand né le 25 mai 1875 à Bordeaux,Docteur en médecine

PROCÈS-VERBAL

L'an mil neuf cent quarante le vingt-et-un mai,
Nous,Exxx-Axxxx Pierre Éloi,Commissaire de Police Spéciale pour la durée de la guerre,en résidence à Hendaye,Officier de Police judiciaire ,auxiliaire de Monsieur le Procureur de la République ,agissant en vertu d'un mandat de perquisition décerné par Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées,en date du vingt-et-un mai 1940,contre Monsieur ELOSU,Fernand,docteur en médecine à Bayonne,né le 25 mai 1875 à Bordeaux.
Nous nous sommes rendus au domicile de l’intéressé situé à Bayonne Cours du Comte Cabarrus Villa Ego-Aldé,où en sa présence nous avons effectué des recherches dans toutes les dépendances de son habitation,composée de dix pièces (rez-de-chaussée et premier étage). Mais nous n'avons trouvé aucune pièce,document,correspondance ou tract se rattachant au parti communiste dissous.
Lecture faite et persiste et signe avec nous,

Le Commissaire de police spéciale*
Signé:Exxxxxx

Signé:ELOSU

Fait et clos à Bayonne le Vingt-et-un mai 1940

* Complément du blog Retours vers les Basses-Pyrénées Le Commissaire de Police Spéciale qui a procédé à la perquisition est né à Gurs en  1885


Pièce N°10_28 mai 1940
SECRET
Le Sous-Préfet de Bayonne à Monsieur le Préfet
(Cabinet) PAU
En vous transmettant les Procès-Verbaux des perquisitions effectuées aux domiciles des nommés:
ELOSU Fernand,né le 28 mai 1875 à Bordeaux,docteur en médecine,demeurant à Bayonne,
Pxxxx Gaston, né le 1 er avril 1904 à Bidache,ouvrier imprimeur,demeurant à Bayonne,
Mxxxx Georges,né le 28 juin 1884 à Bayonne,industriel,demeurant à Bayonne.
J'ai l'honneur de vous faire connaitre que j'ai déjà proposé,dans mon rapport du 29 avril 1940,qu'une mesure d'éloignement soit prise,en application du décret du 18 novembre 1939,à l'encontre du Docteur ELOSU dans le cas où son recours en grâce viendrait à être accepté.
(...)
Je propose que l'éloignement des trois individus précités soit effectué sous la forme de l'internement dans un camp.
Le Sous-Préfet
Pierre Daguerre



Pièce N°11_CABINET DU PRÉFET DES BASSES-PYRÉNÉES.

Le Préfet des Basses-Pyrénées,Officier de la Légion d'Honneur,
Vu le décret du 18 novembre 1939 relatif aux mesures à prendre à l'égard des individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique,et notamment les articles 1 et 4 dudit décret.
Vu le décret du 29 novembre 1939 et notamment l'article 3 dudit décret.
ARRÊTE
ARTICLE 1er.-M.ELOSU,Fernand,docteur en médecine,demeurant à Bayonne,est astreint à résider dans le centre de séjour surveillé de St Martin-de-Ré,où il sera immédiatement conduit.

ARTICLE 2.-Sous peine des sanctions prévues à l'article 4 du décret du 18 novembre 1939 (emprisonnement de un à cinq ans),M.ELOSU,Fernand,ne pourra en aucun cas quitter,sans autorisation,les lieux fixés pour sa résidence et il devra se conformer à toutes les prescriptions qui lui seront adressées pour l’exécution de cette décision par l'autorité compétente.

ARTICLE 3.-M.ELOSU,Fernand peut,à compter de la notification du présent arrêté,produire par écrit devant la Commission de Vérification toutes observations qu'il jugera utiles sur la mesure dont il est l'objet.

ARTICLE 4.-Le présent arrêté sera adressé au Général Commandant la 18 eme Région,en vue de sa notification et de son exécution immédiate et sera communiqué au Ministre de l'Intérieur.

Pau,le 8 juin 1940.
Le Préfet
A.Chiappe

Pièce N°12_Pau,le 8 juin 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Général Commandant la 18 eme Région à Bordeaux.
SECRET

J'ai l'honneur de vous transmettre,sous ce pli,deux ampliations de mon arrêté en date de ce jour par lequel,conformément aux dispositions du décret du 18 novembre 1939,j'ai astreint le nommé ELOSU,Fernand,docteur en médecine,demeurant à Bayonne,à résider dans le centre de St-Martin-de-Ré.
Je vous serais reconnaissant de vouloir bien assurer la notification et l’exécution de cet arrêté ou,tout au moins,me déléguer à cet effet.

Le Préfet
Signé:Angelo CHIAPPE

P.S.Mention dactylographiée rayée.Cette mesure ne sera exécutée qu'à l'expiration de la peine de trois mois de prison que l’intéressé accomplit actuellement

Copie transmise,à titre d'information,à Monsieur le Sous-Préfet de Bayonne.

Pièce N°13_Pau,le 8 juin 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Ministre de l'INTÉRIEUR
(Direction Générale de la Sureté Nationale_4 eme Bureau)
SECRET

J'ai l'honneur de vous transmettre,sous ce pli,un exemplaire de mon arrêté en date de ce jour par lequel,conformément aux dispositions du décret du 18 novembre 1939,j'ai astreint le nommé ELOSU,Fernand,docteur en médecine à Bayonne à résider au centre de séjour surveillé de St-Martin-de-Ré.
Je vous serais reconnaissant de vouloir bien soumettre cet arrêté à la Commission de Vérification.

Le Préfet.



Pièce N°14_GENDARMERIE NATIONALE
18e Légion
Compagnie des Basses-Pyrénées
Section de Bayonne
Brigade de Bayonne
N° de la Brigade :783 du 21/6/1940
Procès-Verbal
constant (sic) la notification d'un arrêté d'internement et la conduite au centre de séjour surveillé de Dax,du nommé ELOSU, Fernand de Bayonne.

CEJOURD'HUI,vingt juin ,mil neuf cent quarante à dix-neuf heures.
Nous soussignés,PxxxxxJean,M.D.L.C. et gendarme Mxxxx,Auguste,gendarme à pied à la résidence de Bayonne,département des (Basses-Pyrénées) revêtues de notre uniforme et conformément aux ordres de nos chefs,agissant en vertu de la note N°D.1430.3374.S/2,de M.le Général Cdt la 18e Région,en date du 14 juin 1940,transmission N°5152/3,compagnie du 16 juin 1940 et N°4155/3 section du 18 courant,concernant la notification au nommé ELOSU,Fernand,né le 28 mai 1875 à Bordeaux,fils naturel de Elosu,Rosa,docteur en médecine,demeurant Hégoaldo,quartier Saint-Léon à Bayonne,d'un arrêté de M.le Préfet des (B.P) à Pau en date du 18 juin 1940,l'astreignant à résider au centre de séjour surveillé de Dax (Landes) nous sommes mis à la recherche et interpellé,il nous a déclaré:
"Je me nomme ELOSU,Fernand,né le 28 mai 1875,à Bordeaux (Gironde) fils de père inconnu et de Rose Elosu,docteur en médecine,Villa Hégoaldo quartier St-Léon à Bayonne.
Il a ajouté:
L’arrêté Préfectoral en date du 8 juin 1940 s'applique bien à moi.Je reconnais avoir reçu notification.Je reconnais également avoir pris connaissance de l'article 3 qui m'autorise à produire par écrit devant la commission de vérification toutes observations que je jugerais utiles.
En conséquence,M Elosu a été conduit au centre de séjour surveillé de Dax,où il a été déposé ce jour à 22 heures.


Quatre expéditions:
1° au Général Cdt la 18e Région à Bordeaux
2° à M.le Préfet des (B.P) à Pau
3° à suivre l’intéressé;
4° aux archives.

Pièce N°15_23 juin 1940 lettre manuscrite
Docteur F.ELOSU
"Hégoaldé"
Cours du CTE de CABARRUS
ST-LEON BAYONNE
DE MIDI A 2 HEURES
Maison d’arrêt de Dax
Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées
Monsieur le Préfet
Conformément aux termes du mandat d’arrêt m'envoyant à la prison de Dax comme dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique,j'ai l'honneur de faire appel auprès de vous contre une décision émanant sans doute de services mal informés.
Je ne puis présenter aucun danger pour la défense nationale pour la simple raison qu’âgé de 65 ans,je ne puis avoir ni de près ni de loin aucun contact avec aucun organisme intéressant la défense nationale.
La sécurité publique n'a rien non plus à craindre d'un homme dont toute la vie est faite d'abnégation,de probité,et de travail.Durant toute mon existence je n'ai fait que prêcher et pratiquer la plus pure humanité sans exercer ni préconiser aucune violence contre les personnes ni contre les choses.Toute mon activité a toujours été inspiré par la doctrine de Tolstoï,ennemi de toute violence,et génératrice au contraire de la fraternité la plus entière,sans limite.
J'ose donc espérer,Monsieur le Préfet,que vous ne voudrez répondre à un partisan de la doctrine de la non violence par une violence qui,en dehors de tout principe doctrinaire,ne peut se défendre par une utilité quelconque,puisque je suis un être complètement inoffensif.D'abord par principe et ensuite par impossibilité physique.
ELOSU
23 juin 1940



Pièce N°16_Pau,le 3 juillet 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Sous-Préfet à BAYONNE
J'ai l'honneur de vous transmettre,sous ce pli,en communication et avec prière de retour,une lettre en date du 23 juin 1940,par laquelle le Docteur ELOSU,actuellement interné à Dax demande sa libération et fait valoir à cet effet un certain nombre d'arguments.
Je vous serais obligé de vouloir bien me faire connaitre la suite que cette requête vous paraitra susceptible de comporter.


Pièce N°17_Sous-Préfecture de Bayonne
Bayonne,le 5 juillet 1940

Le Sous-Préfet de Bayonne
à Monsieur le Préfet (Cabinet) Pau
En vous retournant la lettre ci-jointe que vous avez bien voulu me communiquer,j'ai l'honneur de vous faire connaitre que je ne vois aucun inconvénient à ce que M.le Docteur ELOSU reçoive satisfaction en raison de son age et de son état de santé.Mais je m'oppose à ce que le docteur ELOSU revienne dans la zone d'occupation.
Le Sous-Préfet
Pierre Daguerre


Pièce N°18_ lettre manuscrite
Docteur F.ELOSU
"Hégoaldé"
Cours du CTE de CABARRUS
ST-LEON BAYONNE
DE MIDI A 2 HEURES
Camp de Gurs, le 16 juillet 1940
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées
Monsieur le Préfet,
En résidence surveillé depuis le 20 juin 1940,en vertu des décrets lois des 16 et 29 novembre 1939 et par arrêté préfectoral du 16 juin 1940,j'ai l'honneur de solliciter de votre haute bienveillance et de votre esprit d'équité ma libération et mon retour à mon foyer familial de Bayonne.
Âgé de 65 ans,atteint de rhumatisme chronique déformant,opéré de cataracte en 1935,frappé de cécité monoculaire par décollement de la rétine droite,menacé de cécité totale par choriorétinite progressive,prostatique,trainant une vieille sciatique gauche,je me sens dans l'impossibilité de supporter plus longtemps ma détention actuelle,sans danger pour ma santé défaillante et même pour m vie.Car ici,le régime alimentaire et le traitement indispensables ne peuvent m’être assurés.
Ces infirmités,de contrôle facile,montrent aussi l'erreur d'information qui m'a conduit ici.Comment un homme d'une telle incapacité physique  peut-il constituer un danger pour qui que ce soit pour quoi ce soit?A peine me reste-t-l les forces nécessaires à l'exercice de ma profession ,dont la continuation m'est rendue indispensable par l'insuffisance de mes ressources personnelles.
Et enfin,dangereux,comment pourrais-je l’être,pauvre de mon intégrité physique puisque depuis de très longues années ,j'ai cessé toute activité politique pour me consacrer à une éducation basée surtout sur l'exemple ,et que depuis plus de deux ans,je n'ai plus manifesté d'autre action que professionnelle.
J'en appelle donc de l'autorité préfectorale mal informée à l'autorité préfectorale mieux informée,et je suis prêt à me soumettre à une enquête contradictoire que vous pourriez provoquer.
J'ose donc espérer que vous aurez la bonté d'accéder à une demande que je crois bien fondée,et que vous voudrez bien rendre à sa famille un vieillard innocent prêt à consacrer ses dernières forces au service de la société et de la France.
Veuillez agréer,Monsieur le Préfet,avec mes remerciements émus,l'expression de mes sentiments dévoués.
Docteur Fernand Elosu actuellement au camp de Gurs,Basses-Pyrénées.


Pièce N°19_PAU,le 20 juillet 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Général de Corps d'Armée ALTMAYER,Commandant  
la 18 e Région à Pau.
J'ai l'honneur de vous transmettre,sous ce pli,une ampliation de mon arrêté en date de ce jour aux termes duquel est rapportée la mesure d'internement qui avait été prise en conformité des dispositions du décret du 18 novembre 1939 à l'encontre du docteur Fernand Elosu,médecin à Bayonne,en vertu de mon arrêté du 8 juin dernier.
Cette décision a été prise après avis du Sous-Préfet de Bayonne en raison de l'age et de l'état de santé de l’intéressé.
J'ai ,néanmoins,décidé d'interdire au docteur ELOSU tout séjour dans la zone d'occupation et dans l'arrondissement de Pau.
Je vous serais reconnaissant de vouloir bien faire assurer la notification et l’exécution de l’arrêté ci-joint ou,tout au moins,me déléguer à cet effet.
Le Préfet

Mention manuscrite
P.S L’intéressé devra m'indiquer la résidence qu'il a choisie pour me permettre d'en aviser les autorités locales


Pièce N°20_18 eme RÉGION
ÉTAT-MAJOR
B.C.R
N°35/BCR
PAU le 29 juillet 1940
Le GÉNÉRAL de C.A René ALTMAYER
Commandant la 18e Région
à Monsieur le PRÉFET
des Basses-Pyrénées
PAU
En réponse à votre lettre du 20 juillet ,j'ai l'honneur de vous informer que je ne vois aucun inconvénient ,après consultation du dossier de l’intéressé à ce que soient prise à l'égard du Docteur ELOSU Fernand la mesure de bienveillance que vous avez envisagée.
Sans méconnaitre l'opportunité de rapporter dans certain cas en faveur d'indésirables l’arrêté d'expulsion les concernant,il peut se faire que le B.C.R. régional ait depuis la date où il leur a été signifié des éléments d'appréciation nouveaux qui auraient pu vous échapper.
J'estime donc indispensable la consultation au préalable de cet organe.
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me faire connaitre si vous partagez cette manière de voir:rien par ailleurs ne devant s'opposer à ce que l’exécution de votre décision vous revienne de plein droit.


Pièce N°21_Cabinet du Préfet des Basses-Pyrénées

Le Préfet des Basses-Pyrénées,Officier de la Légion d'Honneur,
Vu le décret du 18 novembre 1939 relatif aux mesures à prendre à l'égard des individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique et,notamment,l'art.1  du dit décret;
Vu l’arrêté du 8 juin 1940 par lequel M.le docteur ELOSU,Fernand,médecin,demeurant à Bayonne,a été astreint à résider dans le centre de séjour surveillé de ST-MARTIN-DE-RÉ
Vu l'avis de M.le Sous-Préfet de Bayonne;
Considérant l'age avancé et l'état de santé du docteur ELOSU,
ARRÊTE:

ARTICLE UNIQUE._Est rapporté la mesure prise à l'encontre de M.le docteur ELOSU domicilié à Bayonne par l’arrêté sus-visé du 8 juin 1940 en application de l'article 1 er du décret du 18 novembre 1939.
Toutefois,le docteur ELOSU devra,jusqu'à nouvel ordre,fixer sa résidence en dehors de la zone d'occupation et de l'arrondissement de Pau.
PAU,le 20 juillet 1940
Le Préfet,
Signé:Angelo CHIAPPE


Pièce N°22_PAU,le 31 juillet 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Général de Corps d'Armée ALTMAYER,
Commandant le 18 e Région,
11,avenue Dufau, PAU.

En réponse à votre dépêche 35 BCR du 29 juillet 1940,j'ai l'honneur de vous faire connaitre que j'en adopte entièrement les conclusions.
La solution que vous envisager concilie,en effet,d'une façon parfaite:
-d'une part,le principe selon lequel,dans l'application des dispositions du décret du 18 novembre 1939,le pouvoir de décision appartient au Préfet,ainsi que le précise le texte même de ce décret et les circulaires secrètes n°12 du 14 décembre 1939 et n°22 du 22 février 1940.
Toutes les décisions qui ont été prises à cet égard l'ont été sur mon initiative et sous mon entière responsabilité.Il est donc nécessaire que les arrêtés rapportant ces décisions soient,le cas échéant,pris sur mon initiative et sous ma responsabilité.
-d'autre part,le souci de ne négliger aucune information de nature à éclairer l'autorité chargée de la décision ,le B.C.R. régional pouvant posséder des éléments d'appréciation me faisant défaut.
En ce qui concerne le cas du Docteur ELOSU,je me permets seulement de vous demander de vouloir bien hâter le plus possible la consultation du B.C.R.,étant donné que mon arrêté du 20 juillet 1940 a été motivé par l'age et l'état de santé de l’intéressé et qu'il s'est déjà écoulé 11 jours depuis cette décision.
Le Préfet,



Pièce N°23_Pau,le 3 Aout 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Commandant du Camp de GURS.
                   en communication à:
Monsieur le Commissaire Spécial de PAU
Monsieur le Commandant de Gendarmerie à Pau
Monsieur le Sous-Préfet à OLORON.

J'ai l'honneur de vous prier de vouloir bien libérer le Docteur ELOSU,actuellement interné au camp de Gurs,en application des dispositions du décret du 18 novembre 1939.
Cette décision a été prise par mes soins en vertu d'un arrêté que j'ai signé,d'accord avec le Général Commandant la 18 ème Région Militaire à Pau.
Le Docteur ELOSU devra fixer sa résidence en dehors de la zone occupée et de l'arrondissement de Pau.
Vous voudrez bien m'indiquer la résidence qu'aura choisie le Docteur ELOSU afin que je puisse le faire soumettre à une surveillance spéciale.
Le Préfet


Pièce N°24_18° RÉGION
CAMP DE GURS
N° 2029/2G
Gurs, le 9 Aout 1940

Le Chef d'Escadron DAVERGNE,Commandant le Centre_mot illisible_des réfugiés espagnols,
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées à PAU.

RÉFÉRENCE:Votre lettre en date du 3 aout 1940.

J'ai l'honneur de vous rendre compte que le nommé ELOZU Fernand,né le 28 mai 1875 à BORDEAUX,résidant antérieurement à BAYONNE,Cours du Comte de Cabannus,provenant du Centre de séjour surveillé de DAX où il avait été interné par arrêté Préfectoral de Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées en date du 16 juin 1940,a été libéré le 7 aout 1940.
L’intéressé a fixé sa résidence provisoire à AREN (Basses-Pyrénées)._Ajout manuscrit_Pension Bon Accueil
Pour Ordre le Capitaine-Adjoint

Pièce N°25_Pau,le 13 aout 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à  Monsieur le Sous-Préfet d'OLORON
                     le Commissaire spécial à PAU
                     le Commandant de Gendarmerie à PAU

J'ai l'honneur de vous faire connaitre que le nommé ELOZU,Fernand,Docteur en médecine,né le 28 mai 1875 à Bordeaux,qui résidait antérieurement à BAYONNE et avait été interné conformément aux dispositions du décret du 18 novembre 1939,vient d’être libéré.Il a fixé sa résidence provisoire à AREN,Pension Bon Accueil.L’intéressé devra faire l'objet d'une surveillance discrète mais efficace;dans le cas où il changerait de résidence,il y aurait lieu de m'en informer.
J'ajoute que le susnommé ne peut séjourner ni dans la zone occupée ni dans l'arrondissement de PAU.

Pièce N°26_Mont-de-Marsan,le 17 septembre 1940
Le Préfet des Landes
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées

J'ai l'honneur de vous faire connaitre que j'ai autorisé le Docteur Fernand ELOZU,résidant actuellement à Aren (arrondissement d'Oloron),à rejoindre,en raison de son age et de son état de santé,son domicile ,à Bayonne.
Je vous en informe à toutes fins utiles,M.ELOZU devant présenter prochainement une demande de laissez-passer pour revenir chez lui.
Le Préfet
Pierre Daguerre


Pièce N°27_Pau,le 20 septembre 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Commissaire Spécial, à Pau.

J'ai l'honneur de vous faire connaitre que M.le Préfet des Landes autorise M.ELOSU,Fernand,demeurant actuellement à Aren,à rejoindre son domicile à Bayonne,en raison de son age et de son état de santé.
Il demeure cependant bien entendu que M.ELOSU ne pourra quitter Aren qu'au moment où il sera en mesure de franchir la ligne de démarcation,c'est à dire lorsqu'il aura reçu le laissez-passer nécessaire.


Pièce N°28_Pau le 25 octobre 1940
Le Procureur Général près la Cour d'Appel de Pau
à Monsieur le PRÉFET
des Basses-Pyrénées à Pau

Le  Docteur ELOSU,de Bayonne,condamné le 8 février 1940 par le Tribunal de cette ville à 6 mois de prison et 200 frs d'amende pour activité communiste a formé un recours en grâce motivé sur une raison de santé.A la date du 20 avril 1940 la Chancellerie m'invita à faire examiner ELOSU afin de savoir si son état de santé était compatible avec la détention.
Depuis cette date,malgré toutes mes diligences ,je n'ai pu encore faire procéder à cet examen.Ayant appris qu'ELOSU se trouvait en résidence forcée à AREN après avoir été interné au camp de Gurs,je me dispose à commettre trois médecins de Pau lorsque j'ai été informé que cet individu avait quitté AREN pour Mauléon ou Bayonne.
J'ai,en conséquence,l'honneur de vous prier de bien vouloir me faire connaitre si vous avez assigné une nouvelle résidence à ELOSU et laquelle.
Le Procureur Général



Pièce N°29_Pau,le 30 octobre 1940
Le Préfet des Basses-Pyrénées
à Monsieur le Procureur Général près la Cour d'Appel de Pau

En réponse à votre dépêche du 25 octobre 1940,j'ai l'honneur de vous faire connaitre que je ne connais pas l'adresse actuelle du nommé ELOSU, de Bayonne,qui avait été astreint à résider dans un centre de séjour surveillé en vertu d'un arrêté préfectoral du 8 juin 1940 rapporté le 20 juillet 1940.
Il est vraisemblable que l’intéressé a rejoint son domicile à Bayonne.
Je crois devoir vous préciser que la mesure de bienveillance prise à l'égard du Docteur Elosu était motivée par son grand age et par son état de santé.
Le Préfet

Source:
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Site de Pau
77 W Article 48/ ELOSU Fernand
Préfectures:Camps d'internements

Autres articles du blog évoquant Fernand Elosu
Jeudi 30 juillet 1914 à Bayonne
1 er mai 1914:meeting au cinéma Saint-Esprit (Bayonne)

Mes remerciements à Xipri Arbelbide et Yannick Renaud de la librairie du Levant qui font partie des quelques bayonnais à s’intéresser à la biographie de Fernand Elosu .