vendredi 29 mai 2015

Archives des victimes des conflits contemporains à Caen

Vous recherchez des informations sur un militaire,un prisonnier de guerre décédé en captivité,un civil tué à la suite d'un bombardement aérien?Mais,les documents conservés et communicables aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques à Pau ou à Bayonne n'apportent pas ou peu d'éléments.Tout espoir n'est pas perdu.Adressez-vous  au 
Bureau des archives des victimes des conflits contemporains ,
BP 552 
143037 Caen.


 shd-caen.courrier.fct@intradef.gouv.fr

Dans votre demande,mentionnez un nom,un prénom,une date de naissance , une indication sur la victime;militaire,prisonnier,civil ....

Le SHD Caen vérifiera l'existence de documents , s'ils sont communicables et vous renseignera sur le prix total des photocopies."Conformément à l’arrêté du 28 juin 2006 paru au journal officiel le 22 aout 2006 relatif à la rémunération de certaines prestations de reproduction du service historique et des centres d'archives du ministère de la défense,le devis porte sur des frais techniques de reproduction.L'exploitation pour une publication est soumise à des frais complémentaires."
Pour donner une idée des coûts, la copie de trois dossiers de prisonniers de guerre décédés à Bayonne,Anglet, Hendaye a  représenté:
65  copies A4 N1B à 0.25€ l'unité
2 copies couleur à 1€,

3.05€ de frais forfaitaires de conditionnement et d'envoi.

Aperçu  des fonds conservés au S.H.D.Caen


Première Guerre mondiale 


  • 25 000 dossiers de décédés
  • Fichier des prisonniers de guerre allemand et austro-hongrois en France;environ 500 000 fiches
  • Informations sur les sépultures à l'étranger

 Deuxième Guerre mondiale

Parcours et destins individuels pendant la Seconde Guerre mondiale

Extraits

Dossiers individuels de décès des militaires français tombés au combat
Ces dossiers contiennent les pièces nécessaires à la procédure d’attribution de la mention « Mort pour la France » : extraits d’actes de naissance et de décès, correspondance variée entre l’administration du ministère, l’autorité militaire, le maire de la commune du défunt et sa famille.

Dossiers individuels de prisonniers de guerre, déportés, travailleurs, internés dans les prisons françaises ou allemandes
Constitués de tous les documents personnels amassés par le service dans l’immédiat après-guerre, ces dossiers concernent près de 2 000 000 de personnes. Ils sont répartis entre dossiers de prisonniers de guerre, dossiers de travailleurs et dossiers de déportés, internés ou fusillés. On y trouve différents types de documents, produits aussi bien par les autorités allemandes que par les services de l’État français ou par l’administration des Anciens combattants, qui recensent les différentes étapes de la captivité ou du séjour en Allemagne de chaque individu.

Dossiers individuels de décès de déportés, internés et résistants
Constitués selon les mêmes principes que les dossiers précédents, les dossiers de décès de déportés, d’internés et de résistants de toute nationalité (Europe de l'est,allemands,républicains espagnols ....) contiennent des pièces identiques, même si les actes de décès des victimes n’ont souvent pas pu être dressés.Le SHD attire l'attention sur le fait que cette série de dossiers n’est nullement exhaustive.

Dossiers individuels de notification de la régularisation de l’état civil de déportés, internés, résistants, requis du S.T.O. et travailleurs volontaires


Fichier national des prisonniers de guerre
Constitué dès 1940, ce fichier a été alimenté au cours du conflit par les différents services de prisonniers de guerre, puis par le ministère des prisonniers, déportés et réfugiés et le ministère des anciens combattants et victimes de guerre, grâce aux informations recueillies lors des opérations de rapatriement.

Fichier « colonial »
Le fichier colonial est l’équivalent du fichier national pour les soldats de l'armée française ,prisonniers de guerre, originaires des anciennes colonies françaises. Les fiches sont classées par pays d’origine des individus concernés : Algérie, Antilles, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Guinée, îles du Pacifique, Inde, Indochine, Maroc, Madagascar, Niger, Sénégal, Soudan, Togo-Dahomey, Tunisie.

Fichier individuel original allemand (Personalkarten ou PK)
Les fiches individuelles originales allemandes de prisonniers de guerre français ont été établies par le Service d’information de la Wehrmacht. 
Les PK I contiennent des informations sur l’état civil et l’immatriculation du prisonnier de guerre et, parfois, des données médicales
Les PK III signalent les différentes affectations des prisonniers dans les camps en Allemagne ou en France .Par exemple  le Frontstalag 222  comporte plusieurs listes dactylographiées , classées par date de Départ-Arrivée à Bayonne.

Fichier national des déportés, internés, fusillés et travailleurs
Un premier fichier des personnes disparues a été constitué dès 1945, et fut progressivement complété par les déclarations des familles et les renseignements fournis par les prisonniers libérés. Peu à peu, les informations arrivèrent massivement sous forme de registres, de listes ou de fiches. En 1947, la décision fut prise de réunir l’ensemble des fiches constituées en un seul fichier. L’histoire de cet instrument de travail, classé de façon alpha-phonétique, explique la disparité des informations qu’on y trouve : dans certains cas, les informations signalées permettent de retracer toute l’histoire d’un individu pendant la guerre ; dans d’autres, elles ne fournissent que des bribes de renseignements.

Livre mémorial déportés partis de France, arrêtés par mesure de répression
Un partenariat entre le ministère de la défense, l’université de Caen-Basse Normandie et la fondation pour la mémoire de la déportation a permis d’entreprendre, à partir des documents conservés au SHD à Caen, une enquête sur les déportés de répression (non raciaux) en France pendant la Seconde Guerre mondiale, dont les résultats font l’objet d’un base de données mise en ligne par la fondation pour la mémoire de la déportation



Dossiers individuels de décès des militaires des forces alliées
Classés par ordre alphabétique, ces dossiers concernent les militaires alliés tombés sur le sol français. Établis par le ministère des anciens combattants en vue de la notification du décès au ministère des affaires étrangères, chargé d’en donner avis aux autorités du pays d’origine, ils sont d’une richesse variable. Certains ne comportent qu’une fiche indiquant l’état civil succinct du défunt et son lieu d’inhumation. D’autres contiennent des pièces détaillées sur les circonstances du décès.

Dossiers individuels de décès des victimes civiles
Plus lacunaires que les dossiers de décès de militaires, ces documents ont été ouverts dans le même but. On y trouve en général, outre l’état civil du défunt, le lieu et la date de sa naissance et de sa mort, le lieu et la date de son inhumation et l’adresse de la famille, des pièces d’état civil, de la correspondance entre l’administration des anciens combattants, la famille et la mairie de la commune d’origine, et, souvent, un procès-verbal de la gendarmerie relatant les circonstances du dossier. Un certain nombre de dossiers concernent des civils étrangers tués en France.

Dossiers individuels de décès des membres des chantiers de jeunesse


Dossiers individuels de décès des membres de la Légion des volontaires français (L.V.F.)
Comparables aux autres dossiers de décès, ces dossiers se signalent par l’absence de mentions « Mort pour la France » et par la présence d’actes issus des autorités de la L.V.F.


Dossiers individuels des Alsaciens-Lorrains incorporés de force dans l’armée allemande (Les malgré-Nous)
Ouverts dans le même but que les autres dossiers individuels de décès de militaires français, ces dossiers d’« Alsaciens » ou « Lorrains » engagés de force dans l’armée allemande fournissent des indications identiques, mais les pièces fournies sont souvent moins nombreuses, les victimes ayant servi dans des unités allemandes et étant souvent décédées sur des fronts éloignés.

Guerre de Corée

Dossiers de décès des militaires appartenant au bataillon français de l'ONU en Corée.

Guerre d'Indochine

Parcours et destins individuels pendant la guerre d’Indochine 



Guerre d'Algérie

Parcours et destins individuels pendant la guerre d’Algérie 




Se déplacer  au SHD Caen : sur rendez-vous

Tél:02 31 38 45 82 ou 02 31 38 45 44
Cette option est intéressante pour photographier plusieurs dossiers ,à l'échelle d'une commune,d'un camp de prisonniers ...Le personnel du SHD Caen est compétent,serviable.

SHD Caen :rue Neuve du Bourg l'Abbé
 
La ligne de bus  N°3  Hérouville St Clair - Carpiquet rue des écoles dessert la gare SNCF de Caen  et le Bureau des archives des victimes des conflits contemporains . Descendre à l’arrêt Anciennes boucheries ou Institution St Pierre , puis continuer à pied.
Twisto -Plan de la ligne 3

Twisto le réseau bus et tram de l'agglomération caennaise
11 rue Neuve du Bourg l'Abbé -Caen -Ligne de bus N°3

L'entrée du SHD Caen se situe au fond à  gauche de ce bâtiment























 
Après l'escalier en colimaçon, l 'entrée de la salle de lecture SHD Caen


Salle de lecture  ouverte 
du lundi au jeudi de 9h00 à 12h00 et de 14h à 17h00
le vendredi de 9h00 à 12h00 à 16h00

Attention,les possibilités de restauration entre 12h e 14h sont pratiquement inexistantes dans le quartier ;une boulangerie et un bar .Voir en bas de page ,le commentaire de Ghislaine à propos d'une crêperie.

Attention modification des horaires

Un lecteur du blog  a pris la peine de m'informer _voir commentaire en bas de page_ de la modification des horaires d'accès à la salle de lecture du SHD Caen.
Fermé le lundi
Ouvert les mardi, mercredi et jeudi de 09h à 17h en continu (sans pause méridienne)
Uniquement sur rendez-vous le vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h30 au 02 31 38 45 82 (secrétariat).

Aperçu des postes de travail et de la bibliothèque


Sources:
Dépliants du SHD Caen
Site internet du ministère de la défense

Quelques ressources : 
Mémoire des Hommes
Fondation pour la mémoire de la déportation
Musée de la Résistance en ligne

Les sites thématiques d'Archives Publiques Libres : Militaires et Guerres



Les Éditions de l'Atelier
ISBN 978-2-7082-4318-7
Prix de vente:30€


6 commentaires :

  1. Modification d'ouverture de la salle de lecture, à savoir : fermée le lundi, ouverte sans interruption de 9 h à 17h du mardi au jeudi et uniquement sur rendez-vous le vendredi de 9h à 12h et de 14h à 16h.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Possibilité de restauration : une crêperie au 21 rue Caponière ( on descend la rue du sHD, on prend à gauche et la crêperie est un peu plus loin sur la droite). Je l'ai testée et elle est bonne et personnel sympathique.
    Ghislaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ghislaine pour ce renseignement susceptible d’être utile à d'autres chercheurs.

      Supprimer
  3. J'y vais très souvent pour mes recherches ( et celles pour mes "élèves" de notre atelier de généalogie). Toujours très bien reçue et aidée si besoin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Joëlle

      Merci pour ce commentaire.Je confirme la qualité de l’accueil et du service rendu aux chercheurs.
      Je vous souhaite ainsi qu à vos "élèves" de fructueuses trouvailles généalogiques.

      Ph
      Bayonne

      Supprimer