12 avril 2021

Colonies d'enfants espagnols réfugiés à Bayonne et Biarritz

14 avril 2021,à 11 heures,cimetière Saint-Léon de Bayonne,dans le respect des mesures sanitaires  (port du masque,distance physique ),l'Amicale des Anciens Guérilleros Espagnols en France – Forces Françaises de l’Intérieur (AAGEF-FFI) célébrera le 90 e anniversaire de la Seconde République espagnole.

L'occasion d'exhumer ici un article de presse,une lettre de protestation de riverains de la "Maison Blanche" de Biarritz, et enfin une archive sur le sujet mal connu des colonies d'enfants espagnols réfugiés à Bayonne.

 

Les colonies d'enfants espagnols sont de belles œuvre de solidarité

Et des principes excellents les régissent

 La Gazette de Biarritz 13 janvier 1939

Il a fallu le danger d'effondrement d'une villa pour nous fournir l'occasion de prendre contact avec une œuvre de solidarité remarquable à tous les points de vue.Il a fait d'ailleurs, savoir a beaucoup de Biarrots qui l’ignoraient que cette villa Lilinita,édifiée si près d'une falaise mouvante, abritait une colonie de cents enfants espagnols.

L'été dernier, sur la plage de la Côte des Basques, on les apercevait prenant leurs ébats  dans l'eau et sur le sable, ou bien suivant les cours de culture physique d'un parfait professeur ; puis en fin de journée, on les voyait remonter la falaise, puis disparaître jusqu'au lendemain.

L'œuvre des colonies espagnoles possède un délégué à Paris et des ramifications sur une assez vaste étendue du Pays Basque.Une simple visite à la villa Lilinita m’a fait comprendre qu'elle était admirablement organisée ; cette œuvre comprend aussi la villa Bon-Air.

Ici, ce n'est pas le gouvernement basque qui fournit les fonds mais un groupe de personnalités qui sont les membres bienfaiteurs de ces colonies.

Toutes les sections fonctionnent sur le même plan , ont les mêmes directives puisque basées sur les mêmes principes. Des principes excellent !

A  ce point de vue la villa Lilinita convenait à merveille à cette organisation et les dirigeants autant que les enfants ont dû regretter ce départ un peu précipité. Un réel effort y avait  été entrepris ; tout y était net et clair, depuis les chambres vastes et bien aérées jusqu'aux réfectoires et cuisines_ les premières menacées par l'effondrement_ et où nous avons pu voir que s'y préparaient  des plats fort appétissants et, ce qui ne gâte rien, aussi abondants.Tous les enfants qui nous avons vu revenir de l'école ou du lycée, sont vêtus simplement mais très proprement.

L'œuvre possède de chacun une fiche individuelle avec photographie et qui contient tous les détails de son identité.

_C'est indispensable, nous a déclaré le sous-délégué, car, ces renseignements seront précieux « quand ce sera fini ».

Une chose étonnante m'a été révélée : on fabrique tout dans la colonie.

Ainsi les costumes mais les robes des enfants sont confectionnées par des tailleurs et des couturières qui font partie de la colonie. les chaussures sont fabriquées par des cordonniers.On se contente donc d'acheter les matières premières et on sait, à un centime  près, ce que coûtera tel vêtement, tel soulier, telle sandale de plage.

On m'a présenté un sourd-muet qui est un très fin ébéniste.

De cette manière tout le monde produit sa part de travail à la colonie et le train de maison s'en ressent , comme on le pense, de la plus heureuse manière.

J'ai trouvé , au sein de cette colonie, un esprit de sacrifice et des sentiments de dévouement et de solidarité qui m'ont sincèrement ému ,d’autant ils s'accompagnent de la modestie la plus ferme et la plus tenace .

Pierre André


La Gazette de Biarritz 13 janvier 1939_
Retronews 

Complément du blog Retours vers les Basses-Pyrénées:
Villa Lilinita,4 avenue du bois-de-Boulogne Biarritz

 

Une lettre 

contre l'installation d'enfants espagnols à la "Maison Blanche"

Il est regrettable, avons-nous dit, que cette colonie ait été contrainte d’abandonner « Lilinita »,d’autant que la Maison Blanche où ils  viennent de s'installer ne présente pas les mêmes avantages.Elle présente même certains inconvénients si nous en croyons la lettre que nous venons de recevoir.

Un groupe d'habitants de certains immeubles situés au Jardin Public a adressé, en effet, au Maire de Biarritz la lettre suivante :

"Monsieur le Maire ,

Un groupe d'habitants de l'Allée Dominique Morin et de la rue Jean Jaurès, très émus à la nouvelle de l'installation prochaine d'une colonie d'enfants espagnols à la « Maison Blanche »,Allée Dominique Morin, viennent solliciter de votre bienveillance la défense des intérêts de leur quartier qui serait profondément troublé par la présence de cette colonie.

Nous sommes venus habiter ce quartier dans l'espoir d'y trouver la tranquillité  et le calme, espoir d'autant plus fondé qu'une clause des actes d'achat des terrains du lotissement Morin (Allée Dominique Morin) porte ce qui suit :

Article 4 : Les acquéreurs ou leurs ayant-droit ne pourront créer, exploiter ou laisser exploiter sur le terrain par eux acquis un établissement bruyant ou à usage de commerce ou d'industrie de nature à incommoder le voisinage par l'odeur ou la fumée.Il ne pourra être édifié sur les dits terrains que des constructions devant être habitées bourgeoisement ou à usage de commerce en ceux compris hôtel ou pensions de famille. Pareille interdiction s'applique par réciprocité à tous les terrains appartenant aux consorts Morin formant le lotissement de la « Maison Blanche ».

Deuxième objection : Cette installation ne répond à aucune des conditions d'hygiène exigées pour l'installation d'un nombre élevé d'enfants dans un petit immeuble qui n'a pas été aménagé pour cet usage et en pleine agglomération. Ces installations se font généralement hors ville.

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Maire, nous venons faire appel à votre vigilance et vous prier de interposer votre autorité pour empêcher un tel trouble de jouissance  et un tel danger en cas d'épidémie dans un quartier paisible et central de Biarritz.

Nous vous prions d'agréer ,Monsieur le Maire, l'expression de notre autre considération."

La Gazette de Biarritz 13 janvier 1939_
Retronews

 
Complément du blog Retours vers les Basses-Pyrénées
La "Maison Blanche " sera un lieu d'enfermement sous l'occupation allemande,et brièvement à la Libération . 


Colonies d’enfants espagnols à Bayonne

 
Bayonne le 26 mai 1939
Le Brigadier-Chef de la Sûreté DUHAU
à Monsieur le Commissaire de police

(…)

Il n'y a pas à Bayonne d'écoles primaires privées dirigées par des ressortissants étrangers et destinés à leurs compatriotes.

Par contre il y a en cette ville au Polo de Beyris, un Centre de Réfugiés espagnols, régi par la municipalité ,où il y a 58 fillettes âgées de 6 à 14 ans et 78 garçons du même âge.Un instituteur réfugiés espagnols en titre et 4 institutrices réfugiées espagnol sans titre font chaque jour la classe à ces enfants.

Il y a également à Bayonne, quartier Saint-Étienne, deux colonies d'enfants espagnols réfugiés :

L’une de ces colonies et de Château « Le Bridon » où il y a 15 fillette de 2 à 15 ans et 35 garçons de 5 à 17 ans.

Un instituteur espagnol réfugié sans titre, une institutrice réfugiés espagnole en titre et une institutrice française réfugiés d'Espagne sans titre leur font régulièrement la classe.

Cette colonie est une œuvre du Comité Anglais « Foster Parent’s  Committee for Spanish Children » dont le siège est à Biarritz 28,avenue de la République.

La deuxième colonie est au château « Le Vignau » où il y a 31 fillette de 3 à 11 ans et 32 garçons de 3à 17 ans.

Un instituteur réfugié espagnol sans titre ,un professeur féminin réfugiée espagnole en titre et une institutrice réfugiée espagnole en titre font régulièrement la classe à ces enfants sur les lieux.

Cette dernière colonie est une œuvre de la Société « Foster Parent’s Committee for Spanish Children  » 28 avenue de la République à Biarritz.

Source AD 64 Bayonne  1001 W Article 46

Compléments du blog Retours vers les Basses-Pyrénées

Ancien hôpital militaire Bayonne .Le gouvernement républicain espagnol payait à la ville de Bayonne la location de l’Hôpital militaire.Source AD 64 Pau 4 M Article 254

A la fin 1940,le directeur de la colonie d’enfants espagnols Le Bridon  se dénommait RAYMOND DIAZ DELGADO VIANA.Source AD 64 Bayonne 1027 W art 26

Colonie du Métro, Tarnos 1939


Quelques billets du blog ...

Les réfugiés de la seconde République espagnole dans le département des Basses-Pyrénées
 
Le centre des réfugiés espagnols à l'ancien hôpital militaire de Bayonne en 1936 
 
4 septembre 1937,départ de Bayonne de réfugiés espagnols  

Mai 1939:fugitifs espagnols assassinés et décapités par des soldats espagnols en France

Retrouver ses ancêtres espagnols  

Les camps de réfugiés Espagnols;une opportunité commerciale pour une conserverie de Lorient  

Sortie du livre POLO BEYRIS un camp oublié à Bayonne 1939-1947  

Des espagnols dans les archives du tribunal de Bayonne de l'année 1939  

 

Les lectrices et lecteurs ayant conservé des documents originaux relatifs aux réfugiés espagnols dans les Basses-Pyrénées entre 1936 et 1944; papiers,correspondance,photographies,bulletins,tracts etc,sont invités à me contacter 
  • via le formulaire de contact du blog,en haut à droite 
  • ou à l'adresse suivante de messagerie philippe.durut arobase gmail.com

05 avril 2021

Élection municipale de la commune de Doumy du 5 mai 1929

 

Archive familiale
 

Département des Basses-Pyrénées

Arrondissement de Pau

Canton de Thèze

Commune de Doumy

Section unique

Nombre d’électeurs inscrits :58

Nombre de votants constatés par les émargements :51

Nombre d’enveloppes trouvés dans l’urne :51

 

Élection de dix membres du Conseil municipal de la commune de Doumy

-Extraits-

1 er tour de scrutin

L’an mil neuf cent vingt neuf, le cinq mai dans la commune de Doumy

En exécution de l’arrêté préfectoral du 12 avril 1929 , qui convoque les électeurs à l’effet d’élire dix membres du conseil municipal

COMPOSITION DU BUREAU

S’est réuni le Bureau de l’Assemblée électorale de la unique section de la commune de Doumy  composé de Balsan Étienne président et de

M. Laulhé Jean adjoint né le 7 décembre 1865

M.Miqueu Paul conseiller né le 1 er décembre 1888

M.Broque Baptiste né le 5 décembre 1888

M.Campardon Jean né le 11 novembre 1885

 

Le Bureau ainsi constitué a choisi pour secrétaire M.Pentradou Edouard

OUVERTURE DU SCRUTIN

Les pièces suivantes ont été déposées sur le bureau :

1° L'arrêté préfectoral du 12 AVRIL 1929 ,qui convoque l'Assemblée électorale,

2° Le tableau de sectionnement établi pour la commune par la délibération du conseil général du ………ou l’arrêté préfectoral du ……qui a établi dans la commune           bureaux de vote

3° La feuille d'inscription des votants

4°La liste officielle des électeurs municipaux, close le 31Mars 1929 ,et le tableau de rectification  publié le 30 avril 1929 ;

Une boîte fermée à deux serrures dissemblables a été placée sur le bureau. L'une des cléfs est restée entre les mains du Président et la seconde a été remise à l'assesseur ou plus âgé. Le Président a constaté , avec les membres du Bureau , que la boîte ne renfermait aucun bulletin ni enveloppe.

Le scrutin a été ouvert à huit heures, heure légale conformément à l'arrêté préfectoral du 12 avril 1929.

RÉCEPTION DES VOTES

À son entrée dans la salle du scrutin, chaque électeur, après avoir fait constater son identité suivant les règles et usages établis, ou après avoir fait la preuve de son droit de voter par la production de la décision ou de l'arrêté mentionné à l'article 23 de la loi municipale du 5 Avril 1884, a pris lui-même une enveloppe. Sans quitter la salle du scrutin, il s'est rendu isolément dans la partie de la salle aménagée pour le soustraire aux regards et a mis son bulletin dans l'enveloppe ; il a fait ensuite reconnaître au Président qu'il n’était porteur que d'une seule enveloppe ; le Président l'a reconnu sans toucher l'enveloppe que l'électeur a introduite lui-même dans l'urne. Le vote a été constaté par la signature ou le paraphe avec les initiales d'un des membres du Bureau, apposée sur la liste d'inscription, en marge du nom du votant. La carte a été écornée par un des assesseurs et rendu à l'électeur

CLÔTURE ET DÉPOUILLEMENT

A quatre heures, heure légale, le Président a déclaré publiquement le scrutin clos.

Le Bureau a procédé immédiatement au dépouillement.

Il a arrêté les listes d'émargement et y a constaté, en toutes lettres, le nombre de votants, qui s'est élevé à cinquante un

Puis, il a ouvert la boîte et a compté 1° les enveloppes et 2° les bulletins sans enveloppe qui y étaient renfermés. Le nombre des enveloppes étaient de cinquante un chiffre égal au nombre des émargements ;(…)

Les enveloppes, divisées en paquets de cent, ont été dépouillés sur une table disposée de façon que les électeurs puissent circuler alentour.

(…)

RÉSULTATS DU SCRUTIN

Nombre d’enveloppes trouvées dans l’urne 51

Enveloppes renfermant des bulletins blancs

Enveloppe sans bulletin

Enveloppes renfermant des bulletins ne contenant pas une désignation suffisante

Enveloppes dans lesquelles ou renfermant des bulletins dans lesquels les votants se sont fait connaître

Enveloppes non réglementaires

Enveloppes renfermant des bulletins écrits sur papier de couleur

Enveloppes portant des signes intérieurs ou extérieurs de reconnaissance ou renfermant des bulletins revêtus de signe de cette nature

Enveloppe portant des mentions injurieuses pour les candidats ou pour des tiers ou renfermant des bulletins revêtus de mentions de cette nature

Enveloppes renfermant plusieurs bulletins portant des listes ou des noms différents

Enveloppes annulées où renfermant des bulletins annulés pour d'autres motifs  

Restent pour le chiffre des suffrages exprimés 51

 

ÉTAT DES SUFFRAGES OBTENUS PAR CHAQUE CANDIDAT

Miqueu Paul cultivateur 48 suffrages quarante-huit

Barbé Emile cultivateur 45 suffrages quarante cinq

Balsan Etienne agriculteur 43 suffrages quarante trois

Lasserre Jean cultivateur 43 suffrages quarante trois

Lassus michel cultivateur 36 suffrages trente six

Broque Baptiste cultivateur 41 suffrages quarante une

Laulhé Paul cultivateur 31 suffrages trente un

Astrade Paul cultivateur 26 suffrages vingt six

Planté Émile cultivateur 26 suffrages vingt six

Faucou Marcel retraité 22 suffrages vingt deux

Arramounet Urbain menuisier 21 suffrages vingt un

Hauret Jean cultivateur 19 suffrages dix neuf

Laborde Albert cultivateur 19 suffrages dix neuf

Campardon Jean cultivateur 15 suffrages quinze

Bertranet Justin cultivateur 14 suffrages quatorze

Bertranet Joseph cantonnier 7 suffrages sept

Larquier Maximien charpentier 5 suffrages cinq

Marmande Paul cultivateur 2 suffrages deux

Pargade Justin chauffeur 1 suffrage un

Menjot Baptiste cultivateur 1 suffrage un

 

Liste d’appel et d’inscription des votants de la commune de Doumy

Extrait

Rappel :Les françaises voteront seulement  à partir de 1945

Arcade Pierre demeure à Doumy 71 ans

Arcade Joseph demeure à Doumy 35 ans

Arramounet Urbain demeure à Doumy 33 ans

Astrade Paul demeure à Doumy 67 ans

Balsan Etienne demeure à Doumy 51 ans

Barbé Pierre demeure à Doumy 74 ans

Barbé Emile demeure à Doumy 47 ans

Barbé Paul demeure à Hiersac (Charente) 29 ans

Barbé Joseph  demeure à Paris 27 ans

Barbé François demeure à Doumy 24 ans

Barbé René demeure à Doumy 23 ans

Ber Julien demeure à Doumy 73 ans

Bernadot Désiré demeure à Doumy 66 ans

Bernadot Alexis demeure à Doumy 28 ans

Bernardot Lucien demeure à Chateauneuf (Charente) 27 ans

Bertranet Joseph demeure à Doumy 29 ans

Bertranet Justin demeure à Doumy 26 ans

Bordenave Maurice demeure à Doumy 27 ans

Broque Baptiste demeure à Doumy 41 ans

Broque Henri demeure à Doumy 32 ans

Cambet Jean Baptiste demeure à Bénéjacq 25 ans

Campardon Jean demeure à Doumy 43 ans

Capdeboscd Jean demeure à Doumy 45 ans

Castetbieilh Pierre demeure à Doumy 70 ans

Coyla Jean demeure à Doumy 30 ans

Cossou Julien demeure à Lons 55 ans

Cossou Joseph demeure à Lons 22 ans

Faucou Marcellin demeure à Doumy 52 ans

Fayolle Henri demeure à Doumy 34 ans

Hauret Jean demeure à Doumy 53 ans

Laborde Jean demeure à Doumy 62 ans

Laborde Albert demeure à Doumy 27 ans

Lacombe Antonin demeure à Doumy 51 ans

Lajus Pierre demeure à Doumy 59 ans

Lajus Benoit demeure à Doumy 30 ans

Lajus Paul demeure à Doumy 29 ans

Lajus Émile demeure à Doumy 24 ans

Etc.

 

CALCUL DE LA MAJORITÉ ABSOLU

Nombre de votants 51

Majorité absolue 26

PROCLAMATION DES CANDIDATS ÉLUS

Ont été en conséquence proclamés membres du Conseil Municipal comme réunissant les conditions prévues par la loi .

Miqueu Paul,

Barbé Émile,

Balsan Étienne,

Lasserre Jean

Broque Baptiste,

Pargade Julien,

Lassus Michel,

Laulhé Paul,

Astrade Paul,

Planté Émile.

OBSERVATIONS ET RÉCLAMATIONS

Néant

CLÔTURE DU PROCÈS-VERBAL

Le présent procès-verbal , dressé et clos le 05 mai 1929 à 4h heures, heure légale, en double expédition, a été, après lecture, signé par le Président, les Assesseurs et le Secrétaire

Source

AD 64 Pau 3 M Article 132.

Plébiscites, élections

Élections municipales

Renouvellement des conseils municipaux des 5 et 12 mai 1929