jeudi 8 décembre 2016

Les nouveaux trois ans !

Les nouveaux trois ans!
Lettre d'un soldat libérable à sa vieille mère 
Paroles de Francis Izenic
Collection particulière


PREMIER COUPLET

Je t'écris le cœur rempli d'émoi
Au sujet de la nouvelle loi
Qui va me retenir à l'armée
Une autre année
Bien loin de toi
Tu vas encore passer pauvre mère
Des longs jours de tristess' de misère,
J'sais bien qu'tu n'te plaindras pas
D'peur d'fair'd'la peine à ton gars
Mais t'auras le cœur bien gros là-bas

Refrain
Car je n'suis plus de la classe
Ce rêve aujourd'hui s'efface,
Il va falloir rester encor'douz'mois
La plus à plaindre hélas ce sera toi
Je n'suis pas un'mauvais tête
J'aim' mon pays,j'suis honnête,
Mais un an d'plus c'est dur au régiment
Quand les vieux sont sans argent

Air de la "Souris Noire"
DEUXIÈME COUPLET

Quand j't'ai quitté pour fair' mes deux ans
Ton chagrin fut grand chère maman
Depuis peu j'étais alors sans père,
Autre misère
J'avais vingt ans,
Je dus partir garder la frontière.
Mais nous avions tous deux l’âme fière
Et quand vint l'heur'des adieux
Tu me dis:mon bon p'tit fieu
Dans deux ans nous s'rons enfin heureux

Refrain
Hélas c'est une mal'chance
Maintenant plus d'espérance
Que de jeun'gens attendus au pays
Dans les chambré' garderont les fusils
Pour les cités ouvrières
Combien d'nous quittent la terre
C'est à présent qu'ell'va manquer de bras
S'il nous faut rester soldats

TROISIÈME COUPLET

J'étais si heureux de revenir
Et pour toujours de pouvoir m'unir
A ma Jeanne ma chère fiancée
Ma douce aimée
Qu'avant de partir
J'avais choisi pour être ma femme
Et que t'aimais de toute ton âme,
Pour ell'quel chagrin aussi
Nous qui nous étions promis
D’être tous trois bientôt réunis

Refrain

Oui c'est un grand sacrifice
De rester fair'l'exercice
Quand on s'croyait si près d'etre libéré
Et qu'approchait l'grand jour d'la liberté
Quand donc les homm's s'ront-ils frères
Et ne s'f'ront-ils plus la guerre
Peut-etr' bientot,seul'ment en attendant
Il va falloir fair'trois ans


Pour aller plus loin