Affichage des articles triés par pertinence pour la requête despaux. Trier par date Afficher tous les articles
Affichage des articles triés par pertinence pour la requête despaux. Trier par date Afficher tous les articles

21 août 2019

Georges Despaux :du Parti Populaire Français de Bayonne au triangle rouge de déporté politique à Buchenwald

Georges Despaux :du Parti Populaire Français de Bayonne

au triangle rouge de déporté politique à Buchenwald


La renommée artistique de Georges Despaux est postérieure à son décès survenu le 19 décembre 1969 à Salies-de-Béarn.Depuis peu d'années,les dessins qu'il avait réalisés clandestinement à Buchenwald ont été exposés en divers lieux ,dont le Bureau d'information en France du Parlement européen (2016) et publiés dans des livres en 2006 et 2017.Le sens de la présentation de ces dessins au public,est de ne pas jamais oublier les horreurs d'un camp de concentration nazi.
La singularité de Despaux,est d'avoir partagé à Buchenwald les souffrances aux cotés de juifs,gaullistes,communistes et biens d'autres,contre qui, il avait été  en guerre avant d’être déporté.En effet,entre 1942 et 1943 il a été un collaborateur intermittent de L'Assaut, un hebdomadaire  régional, violent ,du Parti Populaire Français de Jacques Doriot.Un exemple parmi d'autres de la brutalité de ce journal;en réaction aux bombardements anglo-américains sur les villes françaises,l'édition du 17 avril 1943  suggérait "Les camps de concentration juifs ne pourraient-ils être installés aux points menacés par les bombardements?".
A son retour de déportation ,Georges Despaux a été inquiété par la Cour de Justice des Basses-Pyrénées.Son dossier d'instruction est librement  communicable ,aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques,en salle de lecture à Pau sous la cote:30W 42.
dont nous publions ci-après quelques extraits
  

Bayonne ,le 3 mai 1945

18e Région Militaire
Antenne de ST JEAN DE LUZ
Poste de Bayonne

Monsieur le Chef du Poste de Bayonne
à
Monsieur le Procureur de la République
BAYONNE


J'ai l'honneur de vous envoyer ci-joint une fiche de renseignement concernant Despaux Georges,rentré d'Allemagne le 2 mai 1945.
La rumeur publique accuse Despaux assez violemment et il est possible que certains lui fassent un mauvais parti.Il y aurait donc lieu de régler cette affaire légalement en faisant passer son affaire en justice par vos soins.(...)


Extraits d'une lettre  de Georges Despaux adressée 

à  Mr Hoebeke Léon

Bayonne 21 aout 1945

(...)Comme toi je suis rentré de Buchenwald assez mal en point,et d'autant plus que j'ai été arrêté ici à mon retour et suis toujours en prison,pour des accusations aussi ridicules que fausses...Il y a ici de ces comédies sous couvert de la justice,dont tu ne peux avoir idée.Comme les manœuvres politiques réclament des coupables  on les choisit parmi ceux dont le portefeuille est déficient ce qui est mon cas avec mes cinq gosses qui m'attendent à la maison.
Auschwitz,Buchenwald,la Résistance,tout ça est passé de mode et ne sert de rien.
Il vaut mieux ne pas continuer ce chapitre écœurant.
D'après ce que tu me dis ,je vois que pour ta part ,tu as encaissé aussi de bons coups.J'espère que tu vas vite te retaper au sein de ta famille et c'est avec le plus grand plaisir que je te verrai ,car je me rendrai certainement à Paris quand je serai libéré  d'ici j'aurai à faire éditer mon album de dessins sur Buchenwald et les délices nazis.

(...)


Hoebeke Léon est le co-fondateur de l’Amicale des Déportés Tatoués du 27 Avril 1944


7 janvier 1941: Gérant d'affaires juives

                                                   PV 3 Mai 1945 Déposition de Despaux
" c'est sur l'entremise de la Chambre de Commerce,que j'ai été en date du 7 janvier 1941,nommé par un gérant du sous-préfet Commissaire Gérant des affaires juives.
J'ai été chargé de m'occuper des affaires Hernera_Herrera?_de Saint-Esprit,et de Berhouete St André de Bayonne.
Je me suis occupé de ces deux affaires qui ont été liquidées.
N'ayant plus d'autres gérances,mon activité au sein des affaires juives s'est bornée à cela."

Sur cette période, les archives du tribunal de commerce de Bayonne sont quasiment inexistantes .Du moins aux AD 64.
Je n'ai pas encore effectué de recherches approfondies dans les éventuelles archives de la Sous-Préfecture de Bayonne relatives aux affaires juives susceptibles d’être conservées à Mont-de-Marsan aux AD 40.



Photographie de 11 militants en uniforme

Photographie non datée, prise depuis une petite terrasse en ville.En arrière plan,coté gauche ,on distingue une façade d'immeuble, claire, comprenant au moins 4 étages.
11 hommes en uniforme posent:
  • 6 hommes debout.Au dessus de leur tête,a été ajouté à la main sur le cliché,un numéro de 1 à 6.
  • 5 hommes accroupis,numérotés de 7 à 11
Le verso du cliché comporte les numéros et les noms associés,dont plusieurs renvoient à des militants PPF de la Cote Basque.Des recherches d'archives  sont actuellement entreprises  pour plusieurs d'entre eux.
Sur la photographie, Despaux est  associé au numéro 4.Il pose à la gauche du secrétaire de section de Bayonne du PPF.
Les hommes sur le cliché sont têtes nues.L'uniforme paramilitaire ,se compose notamment ,d'une chemise ,foncée pour 9 d'entre eux,cravate foncée,pattes d'épaule,ceinturon ,et un brassard porté bras gauche pour plusieurs d'entre-eux.Pas d'arme visible sur le cliché.


Le numéro 7 correspond à Lesgourgues,qui  sur le cliché porte  des galons.Ce bayonnais a été chef du Service d'Ordre de Bayonne  puis du Service d'Ordre fédéral du P.P.F..Son nom figure dans l'ouvrage  d'Olvier Pigoreau "Sanglante randonnée.Les français de la division "Brandebourg"et des formations de chasse SS._Éditeur :Histoire et Collections_ISBN 978-2-35250-266-1 .Une unité  allemande dédiée à la lutte contre les résistants isolés et maquis.Elle était composée de volontaires français,dont plusieurs militants du P.P.F.Ces volontaires ont été entraînés à Moumour puis aux Eaux Bonnes près d'Oloron-Sainte-Marie.
 

Despaux, militant du P.P.F.Bayonne 

ou agent de renseignement pour la Résistance?

Réquisitoire définitif
Bayonne,le 11 septembre 1945
Extraits
(...) En octobre 1942,il entre au P.P.F.Il y a rempli les fonctions de"délégué fédéral à l'information" ,et en cette qualité ,a signé dans l'Assaut les articles qu'on devine.
Il centralisait les renseignements de tous ordre recueillis par le P.P.F et tenait pour la région de Bayonne la liste et les dossiers des communistes et gaullistes notoires.En liaison directe avec le Service de l'Information P.P.F.central ,il s'est livré à une active propagande.L'agent de la résistance Hosteins,détaché au P.P.F affirme qu'il était en relation avec la SICHERHEITZ DIENTZ de Bayonne.D'ailleurs ,de multiples témoignages apportent la preuve que sa fréquentation assidue des cafés n'avait d'autre but que le mouchardage pour lequel il était redouté de ses concitoyens.
Enfin,d'après Hosteins,il aurait participé à des opérations de police conjointement avec la police allemande.
On doit noter que le 8 novembre 1943,il a adressé sa démission au bureau,tout en mentionnant qu'il continuerait ses missions de renseignements.
Il s'efforce ,pour sa défense ,de faire voir dans ce geste un changement de doctrine et prétend qu'en rapport avec un nommé Frager,fusillé à Buchenwald,il aurait espionné le P.P.F au profit de l'Intelligence Service.De fait,emprisonné pour trafic par les Allemands eux-mêmes.Il aurait été déporté et interné au Camp de Buchenwald jusqu'en mai 1945.Naturellement,aucune justification de ces faits ne figure au dossier.
En tout état de cause,il reconnaît avoir adhéré au P.P.F.avant d’être en rapport avec Frager.
Les plus mauvais renseignements sont recueillis sur son compte;il est mêlé à plusieurs affaires de vol,d'escroquerie et de trafic tous expédients qui lui permettait de vivre sans effort.Il a la charge de 5 enfants nés du premier lit de sa femme.Toutefois,il semble avoir aidé un réfractaire."



Compléments du blog Retours vers les Basses-Pyrénées
La première trace écrite de Despaux dans L'Assaut hebdomadaire régional du P.P.F est datée du 2 mai 1942.Son premier article,le 4 juillet 1942.

Les petites fiches cartonnées consultées en salle de lecture du SHD Caen mentionnent:
  • Motif résistance:War Office Groupe Paul (Guerchon)
  • A la rubrique "Dernière affectation militaire en France" Rien au 2 eme bureau


Henri Frager _Biographie détaillée sur Wikipedia

Musée de la Résistance en ligne


Henri Guerchon-Bailly_Fondation de la Résistance

 

Déposition Despaux Georges
23 aout 1945

(...)
Vous avez reconnu avoir appartenu au P.P.F d'où vous auriez démissionné en octobre 1943.Vous auriez eu au sein de ce parti une activité certaine et certains témoins ont déclaré que vous étiez en liaison directe avec le service de l'information du P.P.F de Paris.Vous auriez été également en liaison avec le S.D de Bayonne et chargé de rechercher les lieux de réunion clandestines et les milieux communistes.
Vous auriez participé avec la Gestapo à des opérations de police,de même vous écriviez dans le journal L'Assaut,organe du parti P.P.F.Sans nier avoir eu une certaine activité au P.P.F vous prétendez y avoir adhéré sur les conseils d'un certain Frager qui travaillait pour le deuxième bureau et avoir fourni à ce dernier des renseignements utiles à la Résistance.Vous prétendez avoir été arrêté pour cette activité clandestine par la Gestapo et avoir fait un an à Buchenwald d'où vous avez été libéré par les troupes américaines.
Vous avez prétendu avoir rencontré à nouveau Frager à Buchenwald qui vous aurait alors indiqué que c'était pour l'Intelligence Service qu'il travaillait.
Malheureusement vos dires n'ont pu être vérifiés Frager ayant été fusillé à Buchenwald le 5 octobre 1944.Toutefois il est établi que celui-ci ait appartenu à l'Intelligence Service.Des pièces versées au dossier semble ressortir que vous avez été déporté à titre politique.Par ailleurs vous êtes accusé par votre beau-frère le nommé Bxxx de l'avoir dénoncé à la Gestapo pour vol d'appareils de photos.
Bxxxx a fait douze jours de prison.L’enquête allemande aurait révélé que c'était vous l'auteur de ce vol.Bxxx prétend qu'un officier allemand de la Maison Blanche lui aurait déclaré que la dénonciation le visant était votre œuvre.Le témoin Rxxx Paulette confirme ces dires.Vous avez affirmé que tout ceci était faux et que c'était par hostilité envers vous qu'ils portaient cette accusation.L’enquête a en effet établi qu'une inimité ancienne et tenace vous divisait des membres de votre famille
.
Réponse:C'est exact


Despaux arrêté le 1 er février 1944 à Bayonne

pour quel motif

A l'issue de l'instruction de la Cour de Justice des Basses-Pyrénées ,les raisons de l'arrestation et de la déportation politique de Despaux demeurent obscures.Toutefois,deux éléments pris séparément ou combinés, pourraient expliquer l'arrestation du 1er février 1944
  • Affaires d'abus de confiance;appareils photos et sommes d'argent non restitués au détriment de français et de militaires allemands.2 jugements rendus coup sur coup le 3 février 1944 par le Tribunal de Grande Instance de Bayonne_Baudet syndic de faillite et veuve Barenot
  • Règlement de compte du P.P.F  et de la police allemande de Bayonne


24 octobre 1945
Audition de Mr Hoebeke  Léon,18 ans,directeur commercial domicilié à Le Raincy (93)

"Despaux Georges faisait partie de mon convoi qui a quitté Compiègne le 27 avril 1944 pour Auschwitz puis Buchenwald.C'est là que je l'ai connu et lui ai parlé pour la première fois.Il faisait des portraits au crayon,des caricatures (....).
J'ignore pourquoi il a été arrêté par les Allemands.
(...)
Comme parmi nous,déportés,il y avait en grande partie des communistes,des raciaux,des travailleurs pour l'Allemagne,des "droits communs" mais très peu de vrais résistants ayant appartenu à un service secret,nous nous méfions les uns des autres du fait que parmi nous il y avait des traites.Nous bavardions donc rarement sur les vrais motifs de notre arrestation."

(...)

Déposition 21 novembre 1945
Rouy Emile 45 ans métallurgiste aux forges de l'Adour au Boucau

J'ai connu DESPEAUX au fort du Ha lorsqu'il a été incarcéré.Je me trouvais déjà détenu lorsqu'il est arrivé.J'étais dans la même catégorie que lui_carte rouge_délit politique.
DESPEAUX nous avait raconté que le motif de son arrestation était le suivant.Il était mécanicien réparateur d'appareils photographiques et bien qu'il soit interdit de trafiquer sur ces appareils pendant la guerre il était entré en relation avec un monsieur de La Rochelle pour vendre et acheter des appareils.
Comme il craignait d'éveiller des soupçons dans les lettres quand ils parlait d'appareils photographiques ils employaient pour en parler l'expression "marchandise ou camelote".Les allemands s'étaient imaginer qu'il s'agissait de trafic d'armes.Ils ont fait une perquisition chez lui et ils l'ont arrêté.
Il m'avait dit également qu'il appartenait au parti P.P.F qu'il en avait donné sa démission et que c'était peut être ce parti à la suite de sa démission qui l'avait fait partir pour empêcher de parler.


Déposition 26 octobre 1945 Yxxxx Bxxxx
Un mois avant environ que Despaux ne soit envoyé par les Allemands en Allemagne pour vols d'appareils photographiques,il avait dénoncé Hostein au G.A du P.P.F. comme agent de la Résistance,il avait fourni des renseignements précis sur l'activité qu'avait pu avoir Hostein.
Tout avait été organisé pour descendre Hostein mais je fus prévenu à temps et je réussis par l'intermédiaire d'une tierce personne  que je ne peux pas nommer aujourd'hui parce qu'elle travaille  encore dans un service de renseignements,faire détourner les soupçons pesant sur Hosteins sur une autre personne.
Par la suite Hostein a pu se rattraper et l'affaire n'a pas eu de suites pour lui.
Despaux a été envoyé en Allemagne dans les circonstances suivantes:
Un officier allemand lui avait remis une caméra à vendre,Despaux avait vendu l'appareil à un autre officier allemand à Pau,mais il avait gardé l'argent pour lui et ne put le restituer à l'officier qui lui avait porté l'appareil pour la vente.
En plus de cela,à la suite de l'affaire d'Hosteins il était discrédité au P.P.F.,en outre il s'était livré à quelques escroqueries à l'égard de certains P.P.F notamment Cxxxxx et Pxxxx.C'est à la suite de cela que le P.P.F et le S.D ont été d'accord pour le faire partir en Allemagne
.
CONFRONTATION Bxxxx/DESPAUX
Nous donnons connaissance à l'inculpé de la déposition de M.Bxxxx
L'inculpé déclare:je proteste énergiquement contre les déclarations du témoin.Tout ceci est faux.J'affirme n'avoir fait jamais quoi que ce soit contre Hosteins,et si j'ai été déporté en Allemagne ce n'est nullement pour une question d'appareil photographique.


Le témoin déclare:Je maintiens intégralement mes déclarations.

18 septembre (?) 1945 Déposition de Lxxxx Pxxxx détenu à la Villa Chagrin
Vers 1943,un mois a peu près avant son départ en Allemagne,Despaux était venu me trouver ,il m'avait déclaré qu'il avait des ennuis avec les allemands et la Justice Française au sujet d'appareils photographique.Je n'ai jamais su exactement de quoi il s'agissait,j'ai cru comprendre  toutefois que Despaux qui faisait la réparation d'appareil photographique avait vendu des appareils appartenant à des allemands et n'avait pu ni restituer l'argent ni les appareils.Despaux m'a expliqué qu'il ne voulait pas que le Parti pu être entaché par des poursuites exercées contre lui et qu'il préférait donner sa démission..Je l'ai revu quelques jours plus tard,et comme il craignait de partir en Allemagne ,je lui ai demandé s'il ne pensait pas pouvoir éviter ce départ en revenant au Parti.Il me répondit qu'il ne voulait pas et qu'il adviendrait ce qui pourrait.Je n'ai pas eu l'impression que le départ de Despaux en Allemagne ai eu des raisons politiques;j'ignore s'il a été suspect à certains de nos camarades,mais personnellement je n'ai aucun doute sur son attitude.


Interrogatoire de Georges Despaux
02 juin 1945

(...) je donnais ma démission du P.P.F,le 2 octobre 1943 avec le prétexte que j'allais être traduit en justice pour une somme que je ne pouvais rembourser.
Une partie de cette somme ayant été employée à payer divers frais devait m'etre par Henri Frager que je ne puis joindre à temps.Malgré mes efforts et la garantie en appareils photo et cinéma que j'offris,bien supérieure à la somme due ,je fus traduis en Correctionnelle.
Ne pouvant donner la vraie explication qui m'aurait fait arrêter immédiatement par les allemands,je ne pus me défendre n'y prendre d'avocat.Je fis bien d'ailleurs car à l' audience se trouvait Lesgourgues du P.P.F avec deux agents de la Gestapo et je sentais la cabane montée contre moi.Je fus condamné à 6 mois de prison avec sursis.
Quelques temps après,vers le 25 ou 26 janvier 1944,je fus convoqué à la Villa "Mont Carmel" route de Biarritz.(...)
Le lendemain ou le surlendemain je reçus chez moi une nouvelle convocation  pour le 1 er février au matin.
Je m'y rendis et fus accusé d'un tas de choses:complicité de trafic d'armes,de passages clandestins en Espagne,d'avoir caché des réfractaires,d'avoir employé de l'argent contre les allemands.Je fus questionné et battu toute la journée (...).Je fus incarcéré à la "Villa Chagrin" le 1 er février 1944.J'y restais jusqu'au 5 mars et fus transféré au Fort du Ha à Bordeaux.De là à Compiègne du 1 er au 24 avril .Un convoi d'environ 2.000 hommes fut formé dont je fis partie et fus envoyé à Auschwitz (Pologne). C’était un convoi de représailles destiné à être exterminé.Nous fumes très mal traités et tatoués pour passer au four crématoire.Au dernier moment nous fumes sauvés par des menaces de représailles du Gouvernement Anglais.
On nous envoya à Buchenwald où nous souffrîmes les pires tortures et avons été délivrés le 11 avril 1945 par les Américains,encore une fois in extrémis."


Conclusion

La déportation à Buchenwald et le fait que Despaux  avait la charge de 5 enfants, ont sans aucun doute influencé la décision de la Cour de Justice des Basses-Pyrénées.Laquelle a soigneusement ignoré le contenu de ses articles publiés sous le nom de plume Hilh de Gay dans l'Assaut hebdomadaire régional du P.P.F.
Article associé du blog Retours vers les Basses-Pyrénées:
HILH DE GAY nom de plume de Georges Despaux dans l'Assaut (1942-1943) journal du P.P.F.

Sources


Parlement Européen
Bureau de liaison en France
Exposition « Une mémoire contre l’oubli » - portraits réalisés à Buchenwald en 1944 -1945 par le rescapé Georges Despaux

Georges Despaux à Buchenwald - Des dessins pour l’histoire Éditions Cairn
ISBN : 9782350685557 112 pages
Prix de vente 29€
Ouvrage publié sous la direction de Laurent Jalabert, avec la participation de Philippe Chareyre, Sabine Forero-Mendoza  de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour et Henrik Vanmolkot.



Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
AD 64 Pau 1089 W Art 13
AD 64 Pau 77 W Art .94 Préfecture: camps d'internement
AD 64 Pau 30W Art 42 Cour de justice des Basses-Pyrénées.DESPAUX

AD 64 Pau 1257 W Art 9 Cour d'Appel de Pau _N°236 Arrêt du 6 décembre 1945
AD 64 Bayonne 1027 W art.256 Tribunal de Grande Instance de Bayonne_Audience du 3 février 1944,2 jugements_Baudet syndic de faillite et veuve Barenot
AD 64 Bayonne 3 Q5 Art 1441 Enregistrement de Bayonne
7 juin 1943-10 octobre 1944
AD 64 Bayonne 1378 W Art 160 Tribunal de Grande Instance de Bayonne _Résumés  dactylographiés après jugement et appel du 12 février 1944_N°318_ Baudet et dame Barenot
AD 64 Bayonne 1763 W Tribunal de Grande Instance de Bayonne.Registre des audiences correctionnelles.Audiences du 3 février 1944.
AD 64 Bayonne 1338 W Art 70 Maison d’Arrêt de Bayonne_Parloirs octobre,novembre 1945

Pour en savoir davantage 

Le site internet de l'association française Buchenwald Dora et Kommandos et sa rubrique lectures

 
Arolsen Archives_5748546 Georges Despaux
16 images dont une photographie d'identité

 

Remerciements 

Cette recherche doit beaucoup à une personne qui souhaite conserver l'anonymat.Qu'il me soit permis de la remercier encore du fond du cœur.

02 novembre 2020

Précisions sur Bayonne sous Vichy et l’occupation : le détour par Agen _Contenu N°1

Entre le procureur de la République et

 le Parti Populaire Français à Bayonne 

AD 47 -1738 W 81- Dossier N°837

Contenu N°1

Pour les personnes qui se consacrent sérieusement à des recherches sur des aspects de Bayonne sous Vichy et l’occupation,Agen n’est pas le chemin le plus direct qui s’impose spontanément.Pourquoi ce détour par Agen ? Émile Roubertie , qui a exercé à Bayonne depuis 1941 les fonctions de procureur de la République a été arrêté quelques heures après le départ des Allemands.Accusé de trahison,il est en détention préventive,au camp du Polo Beyris,puis à la maison d’arrêt de Bayonne.Un arrêt de la Cour de cassation du 22 février 1945,a ordonné la désignation d’une Cour de Justice autre que celle des Basses-Pyrénées.Il était également difficile de juger sereinement l’ancien magistrat à Bordeaux où, pendant l’occupation, il rendait compte à sa hiérarchie.La  frontière que constituait la ligne de démarcation,coupait en deux le département des Basses-Pyrénées.Cela ,avait entraîné une modification des champs de compétence des tribunaux.Pau se trouvant en zone non occupée,le tribunal de Bayonne avait été alors rattaché à la cour d’appel de Bordeaux.La délocalisation  vers  la Cour de Justice de Lot-et-Garonne s’explique ainsi.

Le dossier d’instruction,conservé  aux Archives départementales à Agen, améliore les connaissances découlant du fonds de la Cour de Justice des Basses-Pyrénées consultable à Pau.Les dépositions favorables ou non au prévenu,les événements et les documents saisis versés,représentent un large éventail.Les principaux éléments contenus dans ce dossier de la Cour de Justice de Lot et Garonne feront l’objet d’une publication dans ce blog , par thème et au fil de l’eau.

Ce premier billet s’intéresse aux relations entre l’ancien procureur de la République de Bayonne et des militants du  Parti Populaire Français. Selon le réquisitoire définitif, « Le sieur Roubertie a d’autre part ,depuis 1942,entretenu avec le P.P.F. et la Milice  des relations si étroites qu'il a été considéré par beaucoup comme membre sinon comme chef de ces partis.Il est représenté notamment dans un rapport de police figurant au dossier comme ayant constitué avec le P.P.F une police dont il était le chef et qui recherchait surtout les membres de la Résistance.Il n'est pas inutile de noter que suivant une expression de Roubertie lui-même ,le P.P.F. était devenu à Bayonne en 1944 une sorte de police auxiliaire allemande.

Roubertie  recevait journellement, à son bureau les Chefs du P.P.F. .Il se rendait parfois au siège de ce parti, ou au bar tenu par l'un d'entre eux (Chxxxx) recevait parfois les membres de ce parti à son domicile particulier, s'exerçait  au tir au revolver au stand du P.P.F,achetait  des grenades allemandes aux membres du P.P.F. qui en détenaient.Il était si intimement mêlé à l’action et aux   responsabilités des chefs du P.P.F. que lorsque ceux-ci le 20 août 1944, décidèrent de gagner l'Espagne à la suite de l'assassinat d'un d'entre eux(1),ils firent prévenir Roubertie pour que celui-ci se joigne à eux.Après avoir réfléchi une nuit,Roubertie refusa,mais parut le regretter huit jours plus tard,au moment de son arrestation. »

(1) Gaston Pialloux abattu par des inconnus le 18 août 1944. 

La défense de Roubertie 

 A un peu moins de la moitié de la durée de la détention préventive de Roubertie ,son avocat  s’est adressé au juge d’instruction. « Monsieur Roubertie qui est accusé d’avoir eu des relations avec le P.P.F. a intérêt à prouver qu’il a toujours poursuivi les membres de cette organisation,lorsqu’ils avaient commis des infractions.

C’est ainsi 1°/Que le sieur  DESVEAUX,secrétaire du P.P.F. personnage important poursuivi ,malgré les interventions P.P.F. et allemandes pour abus de confiance fin de l’année 1943 ou début 1944 et condamné à deux ans de prison. 

2°/ « le sieur Pxxx,commerçant à Urt près de Bayonne poursuivi pour recel et placé sous mandat par le juge d’instruction a fait intervenir auprès de Monsieur Roubertie le Maire de Urt,docteur en médecine.Celui-ci était accompagné de monsieur Pialloux.Leur insistance fut telle que Monsieur Roubertie fut obligé de les congédier.Le Maire d’Urt écrivit le lendemain une lettre d’excuse pour sa démarche »

J’ai l’honneur de vous demander de faire entendre Monsieur Axxxx,actuellement substitut à Bayonne
Qui est au courant des poursuites qui furent intentées contre Desveaux et des démarches de Pialloux et du Maire d’Urt dans l’affaire Pxxxx.
Au surplus l’on doit retrouver la lettre du maire dans le dossier Pxxxx.
Veuillez agréer… »

Affaire Desveaux ou Despaux ?

Aucune trace écrite relative à un dénommé Desveaux n' a été retrouvée.En revanche,les archives du Tribunal d’instance de Bayonne renvoient à deux délits d’abus de confiance à l’encontre de Georges Maximilien Despaux.Lequel, sera condamné par défaut à 2 ans de prison par la Cour d’appel de Bordeaux.(AD 64 Bayonne 1027 W Art 256 _93 et 94).Enfin Despaux,a été une plume dans un hebdomadaire du Parti Populaire Français .(AD 64 Pau 30 W Art 42)

Desveaux et Despaux sont deux patronymes quasiment homophones .A quel moment et pour quelles raisons, le P.P.F et les Allemands auraient marqué une opposition dans le cadre des poursuites engagées contre Despaux ?Les présences de Lesgourgues chef du Service d’Ordre du P.P.F à Bayonne et de deux agents de la Gestapo à l’audience publique du tribunal (27 janvier 1944) soulèvent des questions. 
(Déposition de Georges Despaux 02 juin 1945_AD 64 Pau 30 W Art 42). Que venaient-ils faire? Curiosité? Ou prélude à l'arrestation qui sera opérée  par les allemands le 1 er février 1944?.Les jugements seront rendus par le tribunal de Bayonne le 3 février 1944.Les raisons de l’arrestation et de la déportation à caractère politique sont encore obscures à ce jour.

On peut supposer que le cas  Despaux a fait l’objet de discussions informelles entre Roubertie,le P.P.F. et les Allemands.Ces parties étrangères à la procédure ,auraient-elles eu connaissance à l’avance des peines qui seront prononcées par le tribunal de Bayonne ?Le dossier de la Cour de Justice de Lot et Garonne n'apporte pas de réponse à ce sujet.

 

Le docteur Caplong,maire d’Urt - Gaston Pialloux

« C'est moi, qui, peu de temps avant la libération ai assisté à la visite qui fut faites par le docteur CAPLONG ancien Délégué régional P.P.F. accompagné de PIALLOUX ,Chef du Groupe d'Action P.P.F.  qui fut abattu peu de jours après ;à M.ROUBERTIE.Plus exactement je les ai vu entrer dans le Cabinet de M.ROUBERTIE.

Comme à cette époque je me renseignais le plus possible sur les allées et venues constantes des membres du P.P.F. et des organes collaborateurs au Tribunal,où ils venaient rendre de longues visites à M.ROUBERTIE, je me suis arrangé pour savoir le motif de la visite du Dr CAPLONG et de PIALLOUX.

M.ROUBERTIE n'a fait aucune difficulté pour me l'indiquer et au contraire il a tenu à me faire connaître publiquement les raisons de cette visite .

Le Docteur CAPLONG et PIALLOUX étaient venus intercéder auprès de lui en faveur d'un commerçant d’Urt nommé Pxxx, inculpé de recel qui avait fait intervenir à l'époque le P.P.F. et qui,après la libération fit intervenir dans la même affaire le Comité de Libération Nationale ,le parti socialiste, etc.  M.ROUBERTIE manifesta hautement qu'il ne donnerait pas suite à cette intervention bien qu'elle émanat du P.P.F. Son attitude était d'ailleurs conforme à l'intérêt de la Bonne administration de la Justice, je peux le dire d'autant mieux que j'instruisis l'affaire Pxxx.

Certains de mes collègues et d'autres personnes présentes ont simplement observé qu'il était regrettable que M.ROUBERTIE n'ait pas toujours eu la même attitude d'indépendance et je crois me souvenir qu'un des assistant remarqua ensuite : « On voit bien que le vent tourne »

Il est d'ailleurs équitable de reconnaître que si M.ROUBERTIE a eu avec les autorités allemandes et les organes collaborateurs des relations profondément regrettables qui paraissent avoir souvent tourné à la collusion, il a eu parfois dans certaines affaires et dès son arrivée une attitude plus indépendante .

En raison de son caractère personnel et impulsif il était toujours difficile de prévoir quelles seraient ses réactions

Je ne sais rien de l'affaire DESVEAUX.
Lecture faite persiste et signe 

23 octobre 1945 déposition de Ralph Lepointe Vice-Président du Tribunal de Bayonne

 

Déposition du 24 juillet 1945  de Pxxxx Jean négociant _AD 64 Pau 30 W Article 35 dossier Caplong

L'année dernière j'avais été inculpé le 26 juillet dans une affaire de vol et de recel de sacs des salines. Comme je craignais d'être arrêté j'avais essayé d'obtenir un sursis de cette arrestation parce que  c'était le ramassage du blé et que j'étais collecteur.

J'ai demandé au Docteur CAPLONG  d'aller trouver le Procureur de la République pour essayer d'obtenir un sursis.A ma connaissance le Docteur CAPLONG n'avait pas de relations particulières avec M.ROUBERTIE et je me suis adressé à lui en tant que maire pour faire une démarche officielle.Par ailleurs comme mon père connaissait Mme PIALLOUX,je suis allé la trouver pour lui demander de faire intervenir son mari auprès de M.ROUBERTIE.Je n'ai pas demandé au Docteur CAPLONG de 
s'adresser à M.PIALLOUX.
Lecture faite persiste et signe

 

Déposition du 17 juillet 1945 de Caplong Bernard

DEMANDE

Est-il exact que vous soyez intervenu ou que vous auriez fait intervenir le nommé PIALLOUX auprès du Procureur ROUBERTIE  à l'occasion des poursuites correctionnelles dont le nommé Jean Pxxx  a été l'objet.?

RÉPONSE

Jean Pxxx devant être incarcéré pour l'affaire des sacs des salines  vint me chercher le jour même à URT pour me prier d'obtenir du Procureur une mise en liberté sous caution.Cette liberté me paraissait nécessaire parce que Monsieur Pxxx était collecteur pour 14 communes et qu'il était seul à connaître la comptabilité de la collecte.Comme je ne connaissais pas Monsieur ROUBERTIE  Monsieur Pxxx  m'a offert de me faire présenter par Mr PIALLOUX  qui était marié avec une Urtoise .L'entretien fut à ce point cordial que non seulement il me refusa ce que je lui demandais et me traita de saboteur, je lui répondis qu'il ne se permettrait pas de me traiter ainsi si nous étions dans la rue et je partis sans le saluer en le laissant dans son cabinet avec M.PIALOUX

Lecture faite persiste et signe

Complément du Blog 

Le registre d'écrou de la maison d’arrêt de Bayonne associe Pxxx J demeurant à Urt arrêté le 26 juillet 1944 N° d’écrou N°479 mis en liberté provisoire le 24 aout 1944? à trois autres prévenus

Mxxx J  demeurant à Urcuit  arrêté le 10 juillet 1944 N° d’écrou 436 mis en liberté provisoire le 24 aout 1944

Lxxx L  demeurant à Urt arrêté le 10 juillet 1944 N° d’écrou 437 mis en liberté provisoire le 24 aout 1944

Axxx M demeurant à Urt arrêté le 26 juillet 1944 N° d’écrou 476 mis en liberté provisoire le 24 aout 1944

En guise de conclusion provisoire

Les immixtions des autorités occupantes ont laissé quelques traces,notamment dans les registres d'écrou. Les interférences avec des organisations collaborationnistes sont plus difficiles à prouver.Dans la masse des archives judiciaires de Bayonne,il y a toutefois un petit dossier où une ancienne appartenance politique a contribué à l'atténuation d'un délit.A l'été 1942,un infirmier de l’hôpital de Bayonne a été brièvement inquiété pour avoir fait écouter pendant cinq à six jours à 11 malades des émissions de la radio anglaise.Les brefs liens passés du mis en cause avec le P.P.F.figurent dans la déposition de police.Emile Roubertie n'apparait à aucun moment.(AD 64 Bayonne 1027W Art 305. Affaire N°2587)

 

Sources

https://archivesdepartementales.lotetgaronne.fr/archives-pratiques/informations-pratiques/adresse-acces-horaires
Attention, il y a deux sites des AD 47 à Agen

Le dossier de la Cour de Justice concernant Émile Roubertie est consultable au Centre des archives contemporaines et de l’état civil – 1633, avenue du Général-Leclerc 47000 Agen ( à proximité de l’hôtel du département )
Cote :1738 W Article 81 dossier 837
Le dossier comporte approximativement 400 pièces
 
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Site de Pau
Les dossiers individuels de jugement de la Cour de Justice des Basses-Pyrénées 30W  _128 articles 
Despaux:30 W Art 42
 
Pôle d'archives de Bayonne et du Pays basque
Les archives du Tribunal de Grande Instance 1027 W dont
l'article 256 pour les jugements du 3 février 1944 concernant Despaux
l'article 305 dossier de procédure 2587 _1942
Registre d'écrou de la Maison d’Arrêt de Bayonne 1338 W Art 37

Articles du blog

Despaux 



Pialloux
Gaston Pialloux, une place oubliée au Panthéon bayonnais de la Collaboration (1941-1944) 
En particulier 7_Le Procureur de la République de Bayonne s'exprime
 
 
Lesgourgues
« Mais le Basque est non seulement un beau combattant social, c'est aussi un combattant tout court.Le chef S.O.Lesgourgue,un garçon fin et racé, à la petite moustache noire,à l’ élégance raffinée, et son inséparable ami Colombani, un Corse de Paris ,ont la charge d'un S.O  comme on en rencontre peu.C’est que tous les camarades basques ont à cœur d’être S.O.On est S.O.,à Bayonne Biarritz comme on est P.P.F.Et ça bouge si la permanence un jour est tant soit peu démolie ,lapidée,le soir même on répond exactement comme il convient »

 

Remerciements

A l'équipe du Centre des Archives contemporaines des AD 47.

Aux personnes avec qui j'ai été en contact,et qui cherchent des éclaircissements sur un parcours de vie.


Autres extraits du dossier de la Cour de justice de Lot-et-Garonne 

AD 47 -1738 W 81- Dossier N°837

publiés dans le blog Retours vers les Basses-Pyrénées

Précisions sur Bayonne sous Vichy et l’occupation : le détour par Agen _Contenu N°1 
Entre le procureur de la République et le Parti Populaire Français
 
Contenu N°2 

Bayonne:Mgr Vansteenberghe entre le 14 mars et 10 décembre 1943

Contenu N°3 

Témoignages en faveur de l'ancien procureur de la République à Bayonne (1941-1944)  
 
Correspondance entre Émile Roubertie  et André Besson dit "Besson-Rapp" du Service de police des Sociétés Secrètes
 

En fuite ,l’ancien chef du P.P.F de Bayonne, demande une aide financière au consul d’Allemagne à San-Sébastien

Contenu N°6 

Dessins de presse jugés obscènes par Marcel Ribeton,refus des autorités allemandes de censurer,
Bayonne 19 mai 1944 - 06 juin 1944 

Contenu N°7 

Contribution à la connaissance d’André Gustave JEANNE-BOUILLAR dit Dédé le Basque  1917-1944

 

09 octobre 2018

Présentation à Salies-de-Béarn des dessins de Georges Despaux à Buchenwald


Présentation à Salies-de-Béarn 
des dessins de Georges Despaux 
au camp de concentration de Buchenwald
Jeudi 11 octobre à 18h00 
Salle des mariages de la Mairie de Salies de Béarn


Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté au camp de concentration de Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, Georges Despaux est parvenu à dessiner quelques scènes de la vie de ce camp de concentration nazi.

Après un cheminement miraculeux, ses dessins nous reviennent grâce à ce livre édité en 2017 aux éditions Cairn de Pau.
Les auteurs sont trois professeurs de l'université de Pau et des Pays de l'Adour, Laurent Jalabert, Sabine Forero, Philippe Chareyre et Hendrik Vanmolkot de Louvain, qui est à l'origine de la découverte et de la communication de ces dessins.
La galerie de portraits de ses compagnons de captivité, la mise en image de l’intérieur du camp, de ses atrocités et des moments de survie, sont autant de témoignages historiques et artistiques exceptionnels.



Georges Despaux à Buchenwald - Des dessins pour l’histoire
Ouvrage publié sous la direction de Laurent Jalabert 
ISBN : 9782350685557

Source:François Larrat