mardi 30 juin 2020

Le repos hebdomadaire et les P.T.T.en 1919

Le repos hebdomadaire et les P.T.T. en 1919

Repos hebdomadaire,c’est parfait.Il est juste que tous aient droit à un jour de repos,commandé par les principes les plus incontestables d’humanité et d’hygiène.Donc les employés des P.T.T.ont raison de demander ce repos,les autorités publiques ont le devoir de leur accorder.Mais une loi plus souveraine encore régit l’humanité,la nécessité de vivre et de vivre dans les conditions complexes que nous font la civilisation et le progrès dont nous voulons tous profiter non seulement aux jours de travail,mais aux jours de repos.Nous voulons pouvoir,pour ne parler que de nous,citadins,manger chez nous ou au restaurant ,faire notre marché,mettre sur la table le dimanche la pâtisserie ou le petit plat de gourmandise,faire une promenade ou une excursion,même si nous ne sommes pas des champions de footing,nous rafraichir à la guinguette ou au café,profiter du loisir pour lire un journal,aller au concert,au théâtre,au cinéma,à quelque spectacle sportif ou autre,rester en rapport avec ceux qui nous sont chers,donner ou recevoir des nouvelles,demander ou porter des secours,etc,etc.Peut-on décréter dans notre société moderne le repos complet,la mort absolue le dimanche de tout commerce,même d’alimentation,de tout trafic même de trains,tramways ou cars d’excursion,de toute occupation dans les lieux de spectacle,de tout service postal,télégraphique ou téléphonique ,etc… ?Alors il faut concilier les besoins du repos hebdomadaire avec les besoins de l’existence,les besoins de ceux qui ne peuvent chômer le dimanche,comme les hôteliers,les restaurateurs,les organisateurs de distractions,les patrons et chefs d’industrie (qui préparent le dimanche le travail de la semaine de leur personnel)avec les droits des employés et des fonctionnaires.

Et c'est ici et c'est ici que nous nous insurgeons contre une théorie saugrenue et ruineuse pour la nation : « Que tout chôme, pourvu que les intéressés aient le repos absolu du dimanche ! ». Et nous disons : « Primo vivere ». D'abord assurer la vie publique. Et puis donner à chacun son repos, le dimanche si possible ou un autre jour à défaut du dimanche.

 C'est pourquoi, dussions nous attirer sur nous les foudres de certains fonctionnaires, nous répétons : « Non, il n'est pas possible de supprimer le télégraphe,le téléphone ,la totalité des courriers du dimanche ».

Je sais ce qu'on va m’ objecter ; cela se fait ailleurs.C'est vrai ! J'ai vu faire cette expérience en Belgique. Quand nous sommes allés, une centaine de journalistes, il y a deux mois, visiter la Belgique, nous sommes arrivés à Ostende un samedi soir à 7heures. La poste était fermée.Le lendemain dimanche, fermée aussi toute la journée.Le lundi matin (lundi de Pentecôte), nous étions partis de bonne heure pour Zeebrugge. L'après-midi, poste fermé encore ; jusqu'au mardi matin pas de courrier .Et je vous fais grâce des plaintes et récriminations trop justifiées que cette situation soulevait : je ne vous compterai pas quels graves intérêts s’en trouvaient lésés. Imitons les étrangers,  à l'occasion, mais pas dans  dans leurs erreurs momentanées.

C’est pas leurs bons côtés qu'on doit leur ressembler.

Et c'est pourquoi nous disons que seul le repos hebdomadaire par roulement en remplacement est possible et qu'il est contraire à toute saine logique de chercher à imposer, dans la vie devenir intenable, le repos dominical absolu

On a vu la solution adoptée par M.le Ministre des P.T.T. et applicable le 21 septembre ; elle comporte une ironie et une leçon sévère à la Clemenceau pour les Conseils municipaux qui ont plié sous le vent de la démagogie et ont voté quelque peu inconsidérément ,un avis favorable à la suppression de toute opération postale le dimanche.Ceux de Biarritz et de Bayonne sont dans ce cas ; nous y comptons beaucoup d'amis mais magis amica veritas ,nous avons le devoir de protester contre leur vote et de leur dire franchement qu'ils ont eu tort.

A Biarritz,le Conseil municipal était saisi d'une protestation des Hôteliers et d'un avis du Syndicat d'Initiative.Le compte rendu officiel relatent ainsi cette opinion :

« Relativement à la distribution du Dimanche, le Syndicat des Hôteliers insiste fermement pour le maintien, en raison du trouble qui serait apportée aux affaires par sa suppression et le Syndicat d'Initiative demande qu'elle soit maintenue tout au moins pendant la saison d'été . »

Cependant le conseil a voté le jeu suivant :

« 1° Que l'état assure d'une manière complète et dans le plus court délai, en augmentant le nombre des facteurs et en procédant par voie de roulement, toutes les distributions postales, dont la suppression est préjudiciable à la vie économique ;

2 » Qu’en attendant et afin de faire bénéficier les facteurs des mêmes avantages généralement accordés aux autres agents soient supprimé les distributions postale du dimanche et du 14 juillet et réduit de 4 à 3 le nombre des distributions quotidiennes. »

F- le Ministre répond par la fermeture complète,le Dimanche des bureaux des localités dont la municipalité s'est prononcée en faveur du repos dominical .

La municipalité va-t-elle maintenant,se féliciter du résultat qui prive notre clientèle et notre population d'un service indispensable à la vie de la station ? Reviendra t-elle sur son erreur aujourd’hui hui qu'elle est en présence des conséquences désastreuses de ce vote , qui a soulevé, nous le savons, des protestations énergiques ? Et ne sera-t-il pas trop tard pour sauvegarder les intérêts de tous ?

E.SEITZ

 

Source :

Retronews - Archives de presse issues des collections de la Bibliothèque nationale de Franc

La Gazette de Biarritz et de Bayonne
Vendredi 12 septembre 1919
Billet publié page 1,colonne gauche
E.Seitz

Bureaux,17 rue Duler Biarritz
Louis-Ernest Seitz Directeur