10 décembre 2017

Evacuation des centres d'Aulus-les-Bains (Ariège) et d'Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées) sur le département de la Creuse (1942-1943)

 Le 18 janvier 1943, 414 "israélites étrangers" escortés par  vingt gendarmes français,sont partis de la gare de Laruns (Basses-Pyrénées) jusqu'à Guéret dans le département de la Creuse.
Des documents relatifs à ce convoi,consultables en salle de lecture à Pau aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques sous la cote 87 W Art 42 et 1031 W Art 181,ont fait l'objet d'une présentation dans ce blog le 23 février 2017.
Le moteur de recherche interne au site internet des Archives départementales de la Creuse signale l'existence d'un dossier coté 976 W article 104 intitulé :Évacuation des centres d'Aulus-les-Bains  et d'Eaux-Bonnes 1942-1943.
Copie écran du site internet des Archives départementales de la Creuse

Le contenu du dossier 976 W article 104 qui est consultable seulement en salle de lecture à Guéret,est structuré de la façon suivante  (La numérotation est du blog Retours-vers-les-Basses-Pyrénées)
1_Listes nominatives établies par les mairies
2_Listes
3_Arrivées du 13 et 18 janvier 1943 (Aulus-les-Bains_Ariège)
4_Arrivées du 20 janvier 1943 (Eaux-Bonnes_Basses-Pyrénées)
5_Organisation
6_Instructions:
                        correspondance avec les préfets régionaux
                        instructions aux maires
7_Hébergement,ravitaillement,assistance médicale

Bâtiment voyageurs de la gare de Guéret_Cliché Ph Durut

Plan de la première partie :
1_Israélites venant d'Eaux-Bonnes:le compte rendu de Jacques Henry préfet de la Creuse à Pierre Laval
2_Evacuation des israélites étrangers installés postérieurement au 1 er janvier 1938 dans la zone de 30 kms limitrophe de la frontière Pyrénéenne et de la Cote Méditerranéenne
3_Projet de réquisition de locaux

4_Instructions du préfet aux maires
5_Demande d'assistance médicale gratuite
6_Une lettre du pasteur Marc Boegner
7_Les Archives départementales de la Creuse

Le prochain billet apportera quelques précisions sur les israélites étrangers :
Listes nominatives relatives aux convois d'Aulus-les-Bains (Ariège) et d'Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées) sur le département de la Creuse (1942-1943)

1_ Israélites venant d'Eaux-Bonnes:le compte rendu de Jacques Henry préfet de la Creuse à Pierre Laval

21 Janvier 1943
LE PRÉFET de la CREUSE
à Monsieur le CHEF du GOUVERNEMENT
MINISTRE SECRÉTAIRE D ÉTAT à l'INT
ÉRIEUR
Direction de la Police du Territoire et des Étrangers
14 e Bureau
VICHY

En communication à :Monsieur le PRÉFET RÉGIONAL à LIMOGES (Cabinet)

Objet:Arrivée en Creuse des Israélites étrangers installés postérieurement au 1 er janvier 1938 dans la zone de 30 kms limitrophe de la frontière pyrénéenne et de la cote méditerranéenne.

J'ai l'honneur de vous faire connaître que 414 israélites étrangers venant d'Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées) sont arrivés à Guéret le 20 janvier courant à 7h30.M.le Secrétaire Général a surveillé de façon parfaite les diverses opérations de débarquement,ravitaillement et réembarquement.
Le service d'ordre était dirigé par le Commandant de Gendarmerie.
Il fut procédé,dès l'arrivée du convoi,à une distribution de boissons chaudes et de ravitaillement.
Les frais en seront assumés par l'Union Générale des Israélites de France qui,sur ma demande,doit mettre à ma disposition les crédits nécessaires.
Les intéressés furent ensuite groupés par communes;la répartition est la suivante:
Colondannes 22
La Celle-Dunoise 24
Dun-le-Palleteau 18
Fresselines 16
Lafat 24
Naillat 150
Sagnat 18
St-Sébastien 30
St-Sulpice-le-Dunois 75
Villard 37
Total 414


Le nombre d'autobus mis à ma disposition par le Service des Ponts et Chaussées n'ayant permis le transfert immédiat dans les diverses communes que de la moitié environ des intéressés,un repas froid fut servi  à ceux qui devaient attendre l'après-midi pour être transportés vers leurs communes assignés.
Le départ du dernier convoi a eu lieu à 15h20.
Chacun des intéressés a été muni à son embarquement du papillon (ci-joint un exemplaire) les invitant à respecter les prescriptions légales en vigueur.
Les Maires avaient pris,sur mon ordre,toutes dispositions en vue de l'hébergement de ces étrangers dans leurs communes.Toutefois,M.le Secrétaire Général de la Préfecture se rendra dans le courant de cette semaine dans les différents centres afin de régler sur place les quelques difficultés qui pourraient  encore subsister.
Dans l'ensemble ,toutes les opérations (réception,ravitaillement,contrôle et transport) se sont déroulés de façon satisfaisante.Je vous signale toutefois que l'une des personnes évacuées souffrait à son débarquement d'une crise cardiaque;transportés aussitôt à l'infirmerie de la gare où des soins lui furent prodigués,elle put quitter Guéret en même temps que sa famille.
J'ajoute que le matériel des Réfugiés a dû être mis à la disposition de ces étrangers en attendant qu'ils puissent se procurer,par leurs propres moyens,le mobilier et les ustensiles de cuisine qui leur sont nécessaires.Le contingent de bons monnaie-matière dont je dispose ne me permettent pas de satisfaire à ces nouveaux besoins,je vous serais obligé de vouloir bien me faire attribuer un contingent supplémentaire de bons afin d'assurer l'installation des 700 personnes arrivées,à ce jour,dans mon département,et récupérer,de ce fait,le matériel qui leur a été prêté.

LE PRÉFET
 
Compte rendu du préfet de la Creuse à Pierre Laval 21 janvier 1943
 

2_Évacuation des israélites étrangers installés postérieurement au 1 er janvier 1938 dans la zone de 30 kms limitrophe de la frontière Pyrénéenne et de la Cote Méditerranéenne

Limoges,le 23 décembre 1942
Le Préfet de la Région de Limoges à Monsieur le Préfet de la Creuse (Guéret)

Objet:A/S de l'évacuation des israélites étrangers installés postérieurement au 1 er janvier 1938 dans la zone de 30 kms limitrophe de la frontière Pyrénéenne et de la Cote Méditerranéenne

Réf.Ma lettre N°4214/Rg du 11 décembre 1942

Comme suite à ma lettre précitée,j'ai l'honneur de vous faire connaître que les israélites étrangers installés postérieurement au 1 er janvier 1938 dans une zone de 30 km limitrophe de la frontière Pyrénéenne et de la Cote Méditerranéenne,et devant être dirigés sur votre département,sont au nombre de 850.
Ce nombre se répartit comme suit:
500 venant des Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées)
350 venant d'Aulus (Ariège)
Cette évacuation doit être terminée d'ici le 29 décembre 1942.Vous voudrez bien prendre d'urgence toutes mesures utiles pour assurer le transport,l'hébergement et le ravitaillement des intéressés.
Je vous serais obligé de bien vouloir me tenir informé des dispositions que vous aurez cru devoir prendre à ce sujet,et éventuellement de toutes difficultés qui pourraient surgir dans l’exécution de ces dispositions.

Le Préfet de la Région de Limoges


PRÉFECTURE RÉGIONALE DE LIMOGES
Lettre Express

MINISTÈRE DE L 'INTÉRIEUR-POLICE NATIONALE-14e BUREAU VICHY à PRÉFETS RÉGIONAUX-. En communication Préfets Frontières Pyrénéenne et Méditerranéenne

N°18.743
Texte

J'ai décidé de procéder à l'évacuation des israélites étrangers installés postérieurement au 1 er janvier 1938 dans une zone de 30 kms limitrophe de la frontière des Pyrénées et de la Cote Méditerranéenne.
Cette opération devra être réalisée dans un délai maximum de trois semaines;elle sera conduite par vos soins et selon les directives suivantes:
Les intéressés devront être placés dans la mesure du possible,dans la portion du département de résidence extérieure à la bande de 30 kms ci-dessus définie.
Ceux des étrangers qui ne pourraient être gardés dans le département seront répartis dans l'ensemble de la Région;le surplus éventuel sera dirigé dans un des départements de correspondance suivant:
                       Ceux de la Région de Toulouse dans la Creuse
                       Ceux de la Région de Montpellier dans la Corrèze
                       Ceux de la Région de Marseille dans le Cantal et la Haute-Loire
                       Ceux de la Région de Nice dans l'Ardèche et la Drôme.

Vous voudrez bien vous mettre en rapport avec les Préfets des lieux de destination qui devront être tenus informés,dès que possible,du nombre des étrangers qu'ils auront à héberger dans leur département.
Les israélites étrangers ainsi évacués seront pourvus de titre de séjour dont la validité sera limitée au lieu de leur nouvelle résidence.
(...)
NOTA_Il vous appartiendra d'examiner si les étrangers ainsi évacués devront être dirigés en groupe et sous escorte sur leur département d'accueil ou s'ils partiront individuellement  munis d'un sauf conduit impératif.Dans la première hypothèse vous voudrez  bien m'aviser, en temps utile,du nombre d'étrangers à transporter ainsi que du lieu de leur destination afin que je puisse obtenir de la S.N.C.F.,les wagons nécessaires.



Communication téléphonique 11h50
le 23 XII 1942
M.Faure,du cabinet de M.le Préfet Régional,signale l’arrivée prochaine en Creuse de 850 étrangers venant de la Région de Toulouse
500 venant d'Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées)
350 venant d'Aubus (Ariège)
et demande que la Préfecture de la Creuse se mette en relation avec les départements intéressés pour obtenir des détails.

Donner le compte rendu à Préfet Régional par Téléphone

1°)Communication téléphonique avec Basses-Pyrénées
500 étrangers sont rassemblés dans un camp pour etre dirigés sur le département de la Creuse en convoi et sous escorte.
La date de départ n'est pas encore fixée aucune instruction n'ayant été donnée par le Préfet Régional de Toulouse.
Un délai de 8 à 10 jours doit être prévu avant le départ.

Communication téléphonique avec Ariège
Aucune instruction n'ayant été donnée à ce département par le Préfet Régional de Toulouse,les étrangers à envoyer en Creuse sont encore dispersés.
Le groupement des intéressés demandera un délai de 15 jours environ


3_Projet de réquisition de locaux


Note pour Monsieur le Préfet
R.Bxxxxxx
9 janvier 1943
A/S des israélites étrangers évacués de la région de Toulouse

Plusieurs maires des cantons de Bonnat et de Dun signalent les difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir des propriétaires la cession amiable de locaux vacants nécessaires au logement des israélites étrangers qui vont arriver dans leurs communes.
Ils demandent si,en pareil cas,il leur est possible de procéder à la réquisition de ces locaux.
Doit-on,en conséquence,prendre un arrêté donnant aux maires de ces deux cantons,le droit de réquisition? 

 
NOUS,PRÉFET de la CREUSE
Chevalier de la Légion d'Honneur
Décoré des Croix de Guerre 1918 et 1940,

Vu la loi du 11 juillet 1938 sur l'organisation générale de la Nation en temps de guerre;
Vu le décret portant règlement d'administration publique du 28 novembre 1938;
Vu l’arrêté du 1 er mars 1939,relatif à la réquisition des immeubles,notamment l'article 1;
Vu la lettre express N°18744 de M.le Ministre de l'Intérieur du 6 décembre 1942;
Vu les instructions de M.le Préfet Régional de Limoges,en date du 11 décembre 1942;

ARRÊTONS
Article 1er._M.le Président de la Délégation spéciale de .........est délégué pour procéder à la réquisition de tous immeubles,locaux,pièces sis sur le territoire de sa commune,nécessaire au logement des israélites étrangers évacués hors de la région de Toulouse.

Article 2._Le montant du loyer des immeubles requis sera déterminé,conformément aux tarifs en vigueur,par le propriétaire et le locataire.Il sera à la charge exclusive de l'occupant.

Article 3._M.le Secrétaire Général de la Préfecture est chargé de l’exécution du présent arrêté qui prend effet à dater de ce jour.

Fait à GUÉRET,le 9 Janvier 1943

LE PRÉFET



4_Instructions du préfet aux maires 
Objet:a/s du séjour dans votre commune des israélites étrangers évacués hors de la région de Toulouse

En vous adressant,ci-joint,un exemplaire de la note que j'ai fait remettre à Guéret,le 13 janvier courant,à chacun des israélites étrangers évacués hors de la région de Toulouse,j'ai l'honneur de vous prier de vouloir bien:
1°-veiller à la stricte application des prescriptions légales qui en ont fait l'objet;
2°-me tenir informé de toute infraction que vous seriez appelé à constater et me signaler d'urgence tout ce qui pourrait prêter à critique dans la tenue et la conduite des intéressés;
3°-faire établir et m'adresser ,le plus tôt possible,la liste des personnes hébergés dans votre commune en indiquant pour chacune d'elle ses nom,prénoms,date et lieu de naissance,nationalité;
4°-retirer à ces étrangers la carte d'identité ou le titre de séjour, qu'ils ont en leur possession et leur délivrer en échange un récépissé dont la validité territoriale sera réduite à votre seule commune;
5°-m'adresser ces cartes,sous pli recommandé,pour permettre l'établissement dans mes services des titres de séjour dont les personnes devront être munies;
6°-apposer sur la carte d'alimentation de chacune d'elles la mention "Juif" ou "Juive".
Cette mention sera portée à la main,à l'encre rouge,en caractère de un centimètre de haut,sur la partie de la carte ou figure  l'identité de l’intéressé.
7°-me faire connaître le nom des personnes dont l'état de santé nécessiterait les soins constants d'un médecin.Au vu des justifications produites par elles leur transfert pourrait être envisagé;
8°-Rappeler aux intéressés
a)qu'à compter du lundi 18 janvier courant ils ne doivent plus quitter votre commune sans être munis d'un sauf-conduit établi par la Brigade de Gendarmerie de Bonnat après avis favorable de votre part;
b)qu'ils ne peuvent changer de résidence sans mon autorisation.Celle-ci sera être demandée par écrit et appuyée d'un certificat d'hébergement revêtu de l'avis favorable du Maire de la commune où ils désirent se rendre.
(...)

Répartition des israélites étrangers dans les communes de la Creuse
Convoi arrivé à Guéret le 13 janvier 1943:Aulus-les-Bains (Ariège)216 israélites étrangers
Convoi arrivé à Guéret le 18 janvier 1943 :Châteauneuf-les-Bains (Puy-de-Dôme,Ariège),33 israélites d'origine néerlandaise
Convoi arrivé à Guéret le 20 janvier 1943:Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées),415 israélites étrangers


Compte rendu du préfet de la Creuse à Pierre Laval 19 janvier 1943


5_Demande d'assistance médicale gratuite

Union Générale des Israélites de France
22/12/43
Le Directeur Général de l'UGIF
à Monsieur le Préfet de la Creuse
GUÉRET

Je suis saisi par mon délégué pour la Creuse d'une demande de remboursement de frais exposés en janvier et février derniers pour transport,hébergement et ravitaillement d'israélites étrangers en provenance de la région Toulousaine.
En ce qui concerne les frais de transport,j'ai l'honneur de vous informer que,conformément aux instructions de la lettre N°881en date du 24 avril 1943 de Monsieur le Chef du Gouvernement,Ministre de l'Intérieur (Direction des Réfugiés) ces frais seront supportés par l'Union Générale des Israélites de France et réglés aux fournisseurs aussitôt après la prochaine réunion du Conseil d'Administration de cet Établissement qui prendra une décision dans ce sens (cette réunion est prévue pour le 7 janvier 1944).
En ce qui concerne les frais de nourriture et d'hébergement ,qui ne paraissent pas compris dans la lettre ministérielle déjà citée,je vous serais obligé de bien vouloir me faire savoir en vertu de quel texte ou de quelles instructions ils doivent être mis à la charge de l'U.G.I.F._le renseignement que je sollicite devant principalement ,servir de base aux délibérations que prendra notre Conseil d’Administration en vue d'un règlement éventuel de ces frais supplémentaires.
Le Directeur Général


Secrétariat Général
11 mars 1943
A Monsieur le Chef du Gouvernement,Ministre
Secrétaire d’État à l'Intérieur
Direction Générale de la Police Nationale_13 e Bureau_VICHY

Objet:Assistance gratuite pour les juifs hébergés sur ordre dans mon département

L'Union Générale des Israélites de France,vient de demander d'accorder l'assistance médicale gratuite à tous les israélites se trouvant dans le département de la Creuse.
A l'appui de sa demande cette organisation avance:
1°) que les intéressés venant de la région Pyrénéenne,résidant dans la Creuse,sur ordre de l'autorité supérieure

2°) étant entièrement à la charge de l'U.G.I.F.,ils se trouvent sans ressources.

Leur nombre doit s'élever à environ 650.
J'ai l'honneur de vous demander de bien vouloir me faire connaître votre opinion à ce sujet.
Le Préfet



Ministère de l'Intérieur
Direction Générale de la Police Nationale
Direction de l'Administration de la Police
16 avril 1943

Le Conseiller d’État
Secrétaire Général à la Police
à Monsieur le Préfet de la Creuse (Secrétariat Général)

Objet:Assistance médicale gratuite pour les juifs étrangers hébergés sur ordre dans votre département

Référence:Votre rapport du 11 mars 1943

Par votre rapport précité vous avez bien voulu me consulter sur la demande d'admission collective au bénéfice de l'Assistance Médicale gratuite présentée par l'Union Générale des Israélites de France en faveur d'un groupe de 650 israélites étrangers hébergés dans votre département.
D'accord avec M.le Secrétaire d’État à la Santé et à la Famille,j'ai l'honneur de vous faire connaître qu'une telle mesure qui constituerait une dérogation aux principes de la loi du 15 juillet 1893 ne parait pas susceptible de recevoir une suite favorable.
Toutefois ,les intéressés conservent la faculté de formuler ,individuellement,auprès de la Mairie de la commune de leur résidence actuelle une demande en vue de leur admission à l'assistance médicale gratuite.

6_Une lettre du pasteur Marc Boegner 

Fédération protestante de France
Nîmes,le 15 janvier 1943
10,rue Claude-Brousson

Monsieur le Préfet

Permettez-moi de recommander à votre plus obligeant accueil Mademoiselle Madeleine Barot,directrice de l'Assistance protestante dans les Camps d'hébergés et d'internés.
Mademoiselle Barot ,qui a été jadis à Rome la collaboratrice de M.Jérôme Carcopino,s'est consacrée sans réserve depuis 2 ans 1/2 au soulagement des grandes misères morales et matérielles auxquelles donne lieu l'internement des étrangers protestants.Elle serait heureuse de vous entretenir elle-même de l'établissement sur le territoire de votre département  d'un certain nombre d'hébergés  jusqu'à maintenant en résidence surveillée aux Eaux-Bonnes.Je suis certain que vous voudrez bien apporter le concours de votre Administration à des efforts qui se sont avérés en maints départements singulièrement efficaces et qui peuvent avoir les résultats les plus heureux pour la vie des hébergés envoyés dans la Creuse.
Veuillez agréer,Monsieur le Préfet,l'assurance de ma considération très distinguée.

Pasteur Marc Boegner
Conseiller National
Président de la Fédération Protestante de France

Pour en savoir davantage sur Madeleine Barot

Notice Madeleine Barot 1909-1995_Musée virtuel du protestantisme

7_Les Archives départementales de la Creuse
Entrée du bâtiment des AD de la Creuse_ Cliché Ph Durut
30, rue Franklin Roosevelt
BP 164
23 004 GUÉRET CEDEX
Tél. : 05 44 30 26 50
Depuis la gare de Guéret :
Avenue Gambetta sur une vingtaine de mètres,puis à gauche remonter l'avenue Pierre Leroux

Ouverture au Public
Lundi au jeudi, de 8h30 à 17h,vendredi de 8h30 à 16h

L'accueil et les services rendus sont excellents. Les commandes sont à effectuer depuis un poste informatique très facile d'utilisation. Ne pas oublier de valider les commandes.
Attention:
Le total des communications sur une journée est plafonné à 12 documents maximum.
Enfin ,les offres de restauration en  soirée à Guéret sont numériquement très limitées.


Archives départementales de la Creuse, salle des pas perdus.
Réutilisation des données publiques
"Pour répondre aux évolutions juridiques, favoriser le développement de l'économie numérique et s'inscrire dans le mouvement de l'open-data, le Conseil départemental de la Creuse a modifié, lors de la commission permanente du 17 février 2017, le règlement d’utilisation des données publiques et a adopté le principe de gratuité pour toute réutilisation d’images." Téléchargez la licence.

 Règlement (consultez le règlement)

Le Réutilisateur est libre de réutiliser les informations :

  • de les reproduire, les diffuser, les transmettre ;
  • de les adapter, les modifier, les extraire et les transformer ;
  • de les exploiter à titre commercial.

Sous réserve :

  • que la source des informations (sous la forme : Archives départementales de la Creuse, cote), leur date ou la date de leur dernière mise à jour soient mentionnées, sauf dispense expresse de la part du Département de la Creuse.
  • de se conformer aux dispositions de loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés pour toute réutilisation d’informations comportant des données à caractère personnel
  • (...)
Source:
Archives départementales de la Creuse
Archives pratiques_Réutilisation des données publiques

05 décembre 2017

Chemin de fer de Bayonne en Espagne par la vallée de la Nive et les Aldudes

1857:chemin de fer de Bayonne en Espagne par la vallée de la Nive et les Aldudes.


Collection particulière

 Rapport de la commission d’enquête chargée de donner son avis sur le projet d'établissement d'un chemin de fer de Bayonne en Espagne par la vallée de la Nive et les Aldudes
 Extraits


(...)Le tronçon de Bayonne à la Bidassoa ne dote le territoire français que de 32 km d’un chemin de fer resserré entre les Pyrénées et la mer, n’ayant ainsi qu’une seule et étroite zone à sa gauche. Il ne dessert, en tout, outre Bayonne, que les communes d’Anglet, Bidart, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure et Urrugne. Au contraire, le chemin de Bayonne aux Aldudes dote notre territoire de 72 km de voies ferrées. Ils traversent les arrondissements de Bayonne et de Mauléon dans toute leur largeur, avec une large zone de chaque côté ; il rattache ( bienfait à lui seul immense) tout le pays basque français au système général des voies nationales de communication perfectionnée, dont ce pays est si malheureusement écarté jusqu’ici : il rend en quelque sorte l’existence à toute une contrée dont l’absence de voies rapides et économiques paralyse la vie ; il rapproche, s’il ne les unit entièrement les places fortes de Bayonne et de Saint-Jean-Pied-de-Port, dessert l’établissement thermal de combo, les carrières à porcelaine d’Itsatsou et de Louhossoa, les forges de Banca, les mines d’Ustéleguy et de Bgorry, donne une valeur réelle aux belles et jusqu’ici improductives forêts de la Basse Navarre et de la Soule,et rouvre enfin les voies de l’aisance et d’un travail productif à une population active et intelligente que le désespoir sa situation actuelle pousse à la plus déplorable émigration.
Et ce n’est pas tout. Le tronçon de Bayonne à la Bidassoa  atteint, il est vrai ,le territoire espagnol ,mais en réalité il ne fait pas franchir à la voie internationale la barrière Pyrénées. C’est en Espagne, au-delà d'Yrun,de Saint-Sébastien,de Tolosa, que se rencontrent et s’accumulent les difficultés opposées par la chaîne pyrénéenne. Tout au contraire, si l’on suppose achever le chemin de Bayonne aux Aldudes, le grand mot de Louis XIV est réalisé et il devient vrai de dire qu'il n’y a plus de Pyrénées. Une fois passé, en effet, de la vallée de la Nive dans le vallon de l’Arga, on a passé, non plus dans d'un des versants secondaires de l’Océan dans un autre, comme par la traversée de la Bidassoa ; mais du versant français de l’Océan dans le versant espagnol de la Méditerranée. Au lieu d’aller se heurter, entre Yrun et Burgos, aux innombrables contreforts qui, parallèlement entre eux, dérivent du haut des crêtes pyrénéennes vers le golfe de Biscaye, on a atteint, d’un seul bond, l'immense et magnifique vallée de l’Ebre et par conséquent on a réalisé entre les deux pays ,nous pourrions dire entre les deux régions, la plus complète et la plus féconde des communications.
Ce n’est donc pas seulement avec le tronçon de Bayonne à la Bidassoa que, sous le rapport de la difficulté et de la dépense comme sous le rapport des avantages à espérer, il convient de comparer le chemin de Bayonne aux Aldudes, mais avec les projets étudiés pour les traversées par la Glère,par Somport et par Gavarnie.
Or le passage par le col de la Glère se situerait à 1476 m au-dessus du niveau de la mer,celui de Somport à 1352 mètres,celui de Gavarnie à 1440 mètres,celui des Aldudes à 700 mètres seulement, et de cette différence fondamentale résultent pour ce dernier tracé les plus incontestables avantages sous le double rapport de la facilité dans l’exécution et de la régularité dans l’exploitation.
(…)
Voici quelques chiffres qui doivent servir à l’intelligence de ce point du débat :
Route de Paris à Madrid par Bordeaux,
Bayonne et le chemin del Norte :
De Paris à Bayonne 786 km
De Bayonne à Madrid 734
Total 1520km
Route de Paris à Madrid par Bordeaux,Bayonne et le chemin des Aldudes,s’embranchant à Pampelune,sur celui de Pampelune à Saragosse
De Paris à Bayonne 786 km
De Bayonne à Pampelune 105 km
De Pampelune à Saragosse 166 km (chemin décidé)
De Saragosse à Madrid (chemin concédé) 327 km
Sous total 598 km
Total 1384 km
même route, en supposant l’exécution d’un embranchement de Tudela à Calatayud
De Paris à Bayonne 786 km
De Bayonne à Pampelune 105 km
De Pampelune à Tudela 89 km
De Tudela à Calatayud 69 km
De Calatayud à Madrid 264 km
Sous total 527 km
Total 1313 km
ainsi, pour la distance de Paris à Madrid, ou si l’on veut de Bayonne à Madrid, le chemin des Aldudes combinés avec celui de Saragosse présente une abréviation de 136 km, et cette abréviation peut s’élever jusqu’à 207 km, si l’on vient à construire un court embranchement de Tudela à Calatayud ; mais qu’en conclure, si ce n’est que la géographie a de tout temps proclamé, à savoir que la voie la plus courte de Paris à Madrid est par Bordeaux, Bayonne et Pampelune (1).
(...)
(1) Suivant le rapport présenté en 1856 par M.Dazet,au Conseil Municipal de Tarbes,le chemin de Paris à Madrid,par Agen,Tarbes,Gavarnie et Saragosse,présenté par lui comme le plus court de tous,aurait 1346 kilomètres.
On voit que le chemin de Paris à Madrid par les Aldudes,Pampelune,Tudela et Calatayud,n'en aurait que 1313.(...)
 

 Membres de la Commission

MM.LABAT (Jules),Maire de Bayonne,Président;

Membres du Conseil Général;
CHEGARAY,
LAFONT,
LAHIRIGOYEN-GARAT,
D'ARCANGUES  (Alexis)
DIHARASSARY,

Comte GARAT,Membre du Conseil d'Arrondissement;

DÉTROYAT (Emile),Vice-Président de la Chambre de Commerce;

POYDENOT (Henri),Membre du Conseil Municipal de Bayonne.

M.CHEGARAY,Secrétaire-Rapporteur

Source:
Brochures incomplètes acquises auprès de Gilbert Arragon,bouquiniste,rue Sainte-Catherine à Bayonne.

01 décembre 2017

Annuaire rétrospectif de la magistrature 1827-1987

 Annuaire rétrospectif de la magistrature 1827-1987

Jean-Claude Farcy présente une base de données complétée et rectifiée ,intitulée Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles,Cette base recense les carrières et les données d’état civil de l’ensemble de la magistrature française ayant été en fonction de 1827 à 1987.
L’interrogation se fait, au choix, par noms, dates, juridictions (de métropole, Afrique du nord et autres colonies) ou sur critères multiples.Ainsi,pour le département des Basses-Pyrénées-Pyrénées-Atlantiques on trouvera la liste des magistrats en fonction à Pau,Bayonne ainsi que la liste des 666 nominations de juges de paix.

Réalisation de la base de données : Jean-Claude Farcy - Programmation et portage web : Rosine Fry
© 2010, Centre Georges Chevrier - UMR 7366 (Université de Bourgogne/CNRS), Version 1/05/2010 - Base réalisée avec 4D
Référence électronique : Jean-Claude FARCY, Rosine FRY, Annuaire rétrospectif de la magistrature XIXe-XXe siècles,
Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 12 juin 2010, URL : http://tristan.u-bourgogne.fr/AM.html
 
Source:Billet de Philippe Poisson Criminocorpus 
 

28 novembre 2017

Concession des frais de passage de cultivateurs européens engagés pour les Antilles Françaises.

Concession des frais de passage de Cultivateurs européens aux Colonies

 L'orthographe de l'époque a été respectée

Pau,le 6 décembre 1845

Le Maitre des Requêtes au Conseil d’État,Préfet des 
Basses-Pyrénées,Officier de l'ordre Royal de la Légion-d'Honneur

A Messieurs les Maires du Département
MONSIEUR LE MAIRE

Dans le but de se livrer aux essais de travail libre à faire dans les Colonies,une loi du 19 juillet 1845 a alloué à M.le Ministre de la marine,un crédit de 120.000fr. destiné à favoriser l'introduction de cultivateurs européens à la Martinique et à la Guadeloupe.
Il a été décidé ,quant à présent,que les encouragemens à accorder à ces émigrations auraient lieu exclusivement par voie d'allocation des frais de passage pour le départ,et,s'il a lieu,pour le rapatriement,allocation payable entre les mains du colon avec lequel seront passés les contrats d'engagements et de transport.
M.le Ministre de la marine a fait établir pour être communiquée à tous les intéressés,une note que j'ai fait réimprimer à la suite de cette lettre;elle fait connaitre les formalités auxquelles il a dû subordonner ces sortes de concessions.
Je vous invite,Monsieur le Maire,à donner la plus grande publicité à ce document,et à seconder,autant qu'il pourra prétendre de vous,les vues du Gouvernement.
Agréez,Monsieur le Maire,l'assurance de ma considération très-distinguée.

Jules AZEVEDO

Conditions auxquelles peuvent être accordés les frais de passage des travailleurs européens engagés pour les Antilles Françaises.


Le Ministre de la Marine et des Colonies a arrêté les dispositions suivantes pour l'application de l'article 1.er de la loi du 19 juillet ,qui met à la disposition du Gouvernement,sur les exercices 1845 et 1846,une somme de 120.000 fr.destinée à favoriser l'introduction de travailleurs libres aux Antilles Françaises.
Les frais de passage des ouvriers cultivateurs,seuls ou accompagnés de leurs femmes et de leurs enfans,seront accordés à bord des navires du commerce,à raison de 300 fr. pour les individus adultes,et de 200 fr.pour les enfants,lorsqu'il existera un contrat d'engagement (authentique ou sous seing privé) entre le travailleur européen et un planteur des Colonies.Ce contrat signé,c'est le planteur ou son fondé de pouvoirs qui devra demander au Gouvernement la concession de passage et qui en touchera le prix;c'est,par conséquent,avec l'un ou l'autre que le travailleur qui voudra se rendre aux Colonies doit se mettre en rapport.A cet effet,il doit s'adresser aux planteurs ou à leurs correspondants,soit directement,soit en employant l'intermédiaire de MM.les délégués des Colonies résidant à Paris.L'allocation des frais de passage sera accordée aux colons contractans par décision du Ministre,après examen de l'engagement qui lui sera communiqué,et le payement aura lieu lorsque le départ aura été constaté par l'administration maritime du port d'embarquement.
Les dispositions qui précèdent seront exclusivement applicables aux engagements contractés pour le travail rural ou pour celui des usines coloniales,à la Martinique et à la Guadeloupe.
Les frais de passage pour le retour des travailleurs en France seront alloués de la mème manière,quand les administrations coloniales,après avoir apprécié les causes de la rupture de l'engagement,reconnaitront que le rapatriement est dû.
Le département de la Marine se réserve d'envoyer lui-même aux Colonies des travailleurs engagés directement pour le compte de l'administration.Les conditions de ces engagemens seront incessamment fixées par des dispositions particulières.

Source:
Recueil des actes administratifs du département des Basses-Pyrénées
Année 1845
Pages 297 et 298
Collection personnelle

25 novembre 2017

Vitesse limitée à 12 kilomètres à l'heure sur le territoire de la commune de Bidart

Vitesse limitée à 12 kilomètres à l'heure sur le territoire de la commune de  Bidart (Basses-Pyrénées)


2 juillet 1911
Le Conseil municipal
Considérant que les habitants de la commune de Bidart se plaignent de la vitesse excessive des automobiles;
que durant l'été le passage des autos est vraiment considérable;

que ces voitures se croisent à toute minute,soulevant une poussière nuageuse qui empêche de voir l'arrivée subite d'autres véhicules;
que plusieurs accidents se sont déjà produits;qu'un grand nombre de chiens et de têtes de volailles ont été tués par ces autos;
que les routes présentent de nombreux tournants brusques et dangereux,à pentes rapides;
que les routes sont journellement fréquentées par les enfants des écoles,ce qui cause beaucoup d'inquiétudes aux parents.,
Décide que la vitesse maximum des automobiles et de tout véhicule à traction mécanique sur le territoire de Bidart sera de douze kilomètres à l'heure.
Fait et délibéré le 2 juillet 1911


Source:
E Dépôt Bidart 1 D 9
Trouvaille partagée de Nathalie Rebena,assistante qualifiée de conservation aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques,annexe de Bayonne.
39 Avenue Duvergier de Hauranne,
64100 Bayonne

23 novembre 2017

Lignes télégraphiques et téléphoniques.- Bris d'isolateurs

Lignes télégraphiques et téléphoniques.- Bris d'isolateurs


Pau,le 23 juin 1914

Le Préfet des Basses-Pyrénées,
à Messieurs les Sous-Préfets,Maires et Instituteurs du département

M.le Directeur des Postes me signale les bris d'isolateurs de plus en plus nombreux,qui se commettent sur les lignes télégraphiques et téléphoniques situées sur route.
Ces dégâts,commis le plus souvent par des enfants qui lancent des pierres sur les dits objets,ne sont pas sans gêner considérablement le service des transmissions.
D'autre part,la remise en état des lignes entraine des dépenses relativement élevées tant pour le remplacement du matériel brisé  que pour les déplacements du personnel ouvrier envoyé sur les lieux.
En présence de cette situation,je vous prie de bien vouloir bien appeler l'attention de vos administrés et des enfants fréquentant les écoles sur les conséquences graves qui peuvent résulter de la destruction du matériel télégraphique ou téléphonique de l’État,en insistant d'une façon spéciale sur les peines très sévères auxquelles s'exposent les délinquants ou leurs parents responsables.
(Décret-loi du 27 décembre 1851,articles 2 et 3)

Le Préfet,COGGIA
Source:
Recueil des actes administratifs de la préfecture des Basses-Pyrénées
Année 1914
Page 168
Collection personnelle

14 novembre 2017

En ligne sur le site internet des Archives départementales de l'Indre la fiche matricule militaire d'Etienne Balsan

Etienne Balsan promoteur d'un terrain de sport équestre et d'un lotissement  quartier Beyris à Bayonne est né à Paris dans le 8 e arrondissement,le 11 février 1878.Son père un riche fabricant de draps a été un homme politique domicilié à Châteauroux .

La fiche matricule militaire militaire d'Etienne Balsan qui est en ligne sur le site internet des Archives départementales de l'Indre
nous apprend qu'il a été "détaché au centre d'aviation de Bayonne le 29/7/1917".

 Le parcours militaire d’Étienne Balsan avant la Première Guerre mondiale

Engagé volontaire pour 3 ans le 12 novembre 1898 à la mairie de Châteauroux pour le 90 e Régiment d'Infanterie avec faculté d'envoi en congé après un an de service conformément à la loi du 11 juillet 1892.

Arrivé au corps le 12 novembre 1898.Soldat de 2 e classe
Caporal le 20 septembre 1899
Envoyé en disponibilité le 20 septembre 1899
Devant le colonel commandant le Recrutement de la Seine le 27 décembre 1900 a déclaré renoncer au bénéfice de la dispense qu'il a obtenu du conseil de révision comme étudiant en droit en vertu de l'article 23 de la loi du 15 juillet 1889 pour accomplir trois années de services dans les mêmes conditions que les jeunes gens inscrits sur la 1 ere partie de la liste de recrutement.
Incorporé au 5 e Régiment de chasseurs d'Afrique à compter du 27 décembre 1900.Arrivé au corps le 1 décembre 1900.Cavalier de 2 e classe.
Brigadier le 18 juillet 1901.
Campagne en Algérie du 30 décembre 1900 au 18 octobre 901
Passé au 10 e Régiment de chasseurs à cheval en date du 18 octobre 1901.
Maréchal  des logis le 20 septembre 1902
Passé dans la Réserve le 12 décembre 1902

Le parcours militaire d’Étienne Balsan pendant la Première Guerre mondiale

Arrivé au corps le 3 août 1914
Affecté comme interprète à la mission française auprès de l'armée anglaise en date du 27 décembre 1914.
Passé au 1 er groupe d'aviation le 12 janvier 1916
Parti à l'école de Châteauroux le 30 janvier 1916
Passé à l’école d'aviation d’Étampes le 23 mars 1916
Avord
Parti à Cazaux le 4 octobre 1916
Détaché au centre d'aviation de Bayonne _Complément du blog;base d'hydravions à Blancpignon_
le 29 juillet 1917
Passé au 3 e groupe d'aviation le 9 juin 1918
Campagnes contre l'Allemagne du 3 août 1914 au 5 février 1919

Pour consulter en ligne la fiche matricule militaire d’Étienne Balsan 

2 vues

Châteauroux - 1898 - R 2362 : Matricules numéro 1001-1500
Numéro matricule 1295 _Classe de mobilisation 1897_
Vues 426 et 427 /715 
Capture écran des Archives départementales de l'Indre_Registres matricules militaires 1898























Conseils de consultation des images :
Ouverture des images :
Des difficultés pour ouvrir les images numérisées (les images ne s'ouvrent pas en cliquant sur l'oeil), peuvent être dues au blocage des fenêtres publicitaires intempestives ou pop-ups par votre navigateur. 

Réutilisation des données publiques aux Archives départementales de l'Indre


Cette réglementation concerne toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui souhaite réutiliser des données, c'est à dire obtenir copie d'un document pour quelque usage qu'il soit. Téléchargez le règlement général de la réutilisation des données publiques aux Archives départementales de l'Indre (Pdf, 59 Ko).
Licence 1 : réutilisation, commerciale ou non, pour un usage interne ou privé, sans diffusion d'images au public ou à des tiers. Téléchargez la licence (Pdf, 618 Ko). Exemple : un lecteur, photographiant des actes, pour une utilisation strictement personnelle.
Licences 2 et 3 : réutilisation non commerciale
Licence 2 : diffusion publique d'images sans fourniture par le département de l'Indre de fichiers numériques. Téléchargez la licence (Pdf, 559 Ko).
Licence 3 : diffusion publique d'images avec fourniture (images) par le département de l'Indre de fichiers numériques. Téléchargez la licence (Pdf, 572 Ko).

Base d'hydravions de Bayonne (Blancpignon)

Changement de dénomination de l'esplanade Balsan à Bayonne

Conseil municipal de Bayonne ;séance du jeudi 6 avril 2017
Rapport N°51 Toponymie _Dénomination d'un lieu (Y.UGALDE)_
Séquence vidéo:05:26:00

Articles du blog consacrés à Étienne Balsan

Divers documents relatifs au quartier Beyris ;1938 -1943
Transcription de l'acte de décès de Etienne Fulcrand Balsan  
Balsan contre Jacob à propos de la propriété de Brindos à Anglet  
Le domaine de Brindos (Anglet) et la villa Belza (Biarritz)  

10 novembre 2017

Quelle visibilité des modifications horaires des salles de recherches de Pau et de Bayonne des AD 64?

L'exercice 2017 se caractérise pour les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques par des modifications à répétition des horaires  des salles de recherches de Pau et de Bayonne.La raison?Une "situation temporaire des effectifs" qui traine depuis plusieurs mois et dont la durée n'est pas encore précisée à ce jour.
La dernière modification remonte au 9 novembre et concerne seulement la salle de lecture de Bayonne :
Mardi  21 novembre :

ouverture au public de 15 h à 17h 15 au lieu de 13h30 à 17h15.
Vendredi 24 novembre :

fermeture avancée à 12h30 au lieu de 17h15
Vendredi 1 er décembre :

fermeture avancée à 12h30 au lieu de 17h15.

D'une manière générale,l'information sur place est bien faite:affichages,rappels relayés oralement  par le personnel des Archives départementales.Parfois,un courriel est adressé aux lecteurs.En revanche, l'information conjoncturelle sur le site internet des AD 64 est franchement bancale.Les modifications horaires sont uniquement portées à la connaissance des internautes qui ont la curiosité de consulter la partie institutionnelle du site internet des AD 64.
La partie institutionnelle des AD 64 accessible depuis l'adresse:http://archives.le64.fr/accueil.html









Pour accéder aux actualités des AD64,en haut à droite du bandeau 
de la partie institutionnelle ,cliquez sur le bouton ACTUALITÉS

http://archives.le64.fr/articles/actualites/salle-de-lecture-de-bayonne.html



















 Il serait vivement souhaitable d'intégrer sur earchives.le64.fr
les modifications apportées aux horaires des salles de recherches de Pau et de Bayonne .Cette partie du site , est nettement plus consultée que la partie institutionnelle.
Capture d'écran http://earchives.le64.fr/

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Cité administrative
Boulevard Tourasse
64000 Pau
Tél. : 05 59 84 97 60

archives@le64.fr

Pôle d'archives de Bayonne et du Pays basque
39 avenue Duvergier de Hauranne
64100 Bayonne
Tél. : 05 59 03 93 93

arch-bay@le64.fr


04 novembre 2017

Internement à Pampelune et Saragosse de prisonniers allemands provenant du Cameroun

En 1916 et 1917,des civils et des militaires  en provenance du Cameroun alors colonie allemande,ont été internés à Pampelune et Saragosse.


Google maps_données cartographiques  2017

Oloron-Ste-Marie le 9 mai 1916
Le Sous-Préfet d'Oloron
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées

Je suis informé et j'ai l'honneur de vous faire connaître à toutes fins utiles,qu'un contingent important de soldats allemands,réfugiés en Guinée espagnole,ont été transférés à Pampelune et à Saragosse


Hendaye le 18 mai 1916
Le Commissaire spécial de Hendaye
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées
Renseignements sur les Allemands internés à Pampelune


En réponse à votre demande de renseignements en date du 11 courant,j'ai l'honneur de vous rendre compte qu'il existe en effet à Pampelune un groupe de prisonniers et réfugiés allemands venus du Cameroun.Leur arrivée dans cette ville,il y a une quinzaine de jours,s'est effectuée sans incidents notables.
Il est à remarquer cependant que la population,en majeure partie carliste et germanophile,leur a fait un accueil cordial.L’évêque de Pampelune s'était rendu à la gare pour leur souhaiter la bienvenue,et il a pris dans sa voiture le chef du détachement.

Le groupe comprend:
12 officiers-1 commandant chef de détachement-2 capitaines-9 lieutenants et s/lieutenants (active et réserve)
157 sous-officiers,caporaux et soldats
70 civils:ingénieurs,architectes,commerçants,colons etc.

Les officiers et civils ,logés dans les divers hôtels de Pampelune,paient eux-mêmes leurs frais de séjour;ils ont traité à raison de 12 francs par jour,à condition qu'à l'occasion des fêtes de la San Fermin qui amènent à Pampelune une affluence considérable,les prix consentis restent les mêmes.
Quelques patrons ou garçons d'hôtel qui se refusaient à recevoir ou servir ces nouveaux pensionnaires ont été mis en demeure de s’exécuter;les garçons récalcitrants ont été remplacés par un personnel allemand venu de Barcelone.
Les 157 hommes de troupe touchent du gouvernement espagnol,pour compte du gouvernement allemand,un franc par jour comme indemnité de vivres,750 grammes de pain et un prêt individuel et journalier de 0.25 centimes.Ils sont logés et hébergés à la citadelle.
Le Gouverneur militaire de Pampelune et le chef de détachement allemand ont établi un règlement de police auquel sont soumis civils et militaires.Ils doivent ,par exemple,répondre chaque jours à divers appels-rejoindre leur campement à dix heures du soir-circuler dans un périmètre n'excédant pas TROIS kilomètres.
Pour l'instant aucun d'eux ne travaille,mais les médecins,ingénieurs et architectes chercheront à s'employer dès qu'ils se seront familiarisés avec la langue espagnole.
Ils ont en ce moment de l'argent,car,lors de leur débarquement à Cadix,l'ambassade allemande leur fit remettre la solde de neuf mois d'arriéré.Les commerçants et colons qui avaient des fonds dans la Banque du Cameroun purent également rentrer en possession de leur argent.Tous font à Pampelune,au grand contentement de la population,de nombreux achats,sans marchander.
Les officiers sont très fêtes par les officiers espagnols;ils font l'éloge de l'armée espagnole,et de le garnison de Pampelune en particulier et de grandes conversations amicales s'engagent journellement dans les divers cafés de la ville.
En dehors de toute complicité de la part des autorités espagnoles,il sera difficile à ces divers éléments de se livrer à des actes hostiles à la cause des alliés,si on excepte la propagande intensive qu'ils feront près de la population de Pampelune.
Jusqu'à ce jour le gouvernement espagnol s'est montré décidé à réprimer tous abus qui pourraient être commis;on dit même que les villes éloignées du littoral ont été choisies à dessein comme lieux d'internement ;par ailleurs on ne doit pas s'étonner si des prisonniers ont été amenés à Pampelune,ville très proche de la frontière française,car Pampelune est une place forte possédant des bâtiments libres et propres à l'internement de nombreuses unités.
Aussitôt que j'aurai pu me les procurer je vous transmettrai tous renseignements sur les allemands internés à Zaragoza.
Le Commissaire spécial


Hendaye le 28 mai 1916
Le Commissaire spécial de Hendaye
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées
Les allemands réfugiés à internés à Saragosse (Suite à rapport du 11 mai 1916)


En réponse à votre demande de renseignements du 11 courant,et comme suite à mon rapport du 18 mai,j'ai l'honneur de vous rendre compte qu'il existe à Saragosse un groupe de prisonniers et réfugiés allemands venus du Cameroun.Leur arrivée dans la ville n'a donné lieu à aucun incident,et la population ne s'est livré à aucune manifestation.
Le groupe comprend approximativement:
30 officiers
150 sous-officiers et soldats
200 civils.
Le mode d'internement est à peu près le même qu'à Pampelune;les officiers et civils sont répartis dans les divers hôtels et pensions de famille de la ville-les soldats sont internés à l'hôpital militaire San Lazare.
Les officiers touchent leur solde habituelle;les sous-officiers et soldats sont payés à raison de 1.50 et de 1 fr. par jour.L'autorité militaire espagnole a créé une trésorerie spéciale pour les dépenses effectuées qui lui seront d'ailleurs remboursées par le Gouvernement allemand.
Le Gouverneur militaire de Saragosse et le Chef de détachement allemand ont établi un règlement de police pour militaires et civils;ces derniers sont considérés comme des réfugiés_pour changer de résidence et voyager,ils sont tenus d'en référer à l'autorité militaire espagnole compétent.
Les militaires sont soumis à peu de chose près aux mêmes règlements que les soldats espagnols.
Pour l'instant aucun d'eux ne travaille,mais les médecins,ingénieurs,architectes etc.chercheront à s'employer dès qu'ils seront familiarisés avec la langue espagnole.
Comme les allemands de Pampelune,ils ont en ce moment de l'argent,car,lors de leur débarquement à Cadix,le gouvernement allemand fit remettre aux militaires et fonctionnaires la solde de neuf mois d'arriéré;par ailleurs les commerçants et colons qui avaient des fonds dans la Banque du Cameroun purent rentrer en possession de leur argent,et l'un d'eux,dès son arrivée à Saragosse,aurait déposé à la Banque Hispano Américaine 500.000 francs.
On ignore les raisons qui ont amené le gouvernement espagnol à interner des allemands à Saragosse;il semble pourtant qu'on s'est appliqué à les éloigner du littoral pour rendre leur évasion plus difficile,et à cet effet d'autres groupes ont été amenés à Pampelune,Teruel,Alcala de Henares,Madrid.
Jusqu'à ce jour les allemands de Saragosse se sont montrés d'une parfaite correction;ils éludent toutes conversations sur la guerre avec les espagnols,civils et militaires;leurs relations avec les officiers espagnols sont rares,et ils paraissent devoir fusionner davantage avec l'élément civil,dans les cafés et au cercle Mercantil qui leur a ouvert ses salons.
L'université de Saragosse a mis à leur disposition sa bibliothèque et a ouvert pour eux des cours de langue espagnole.Les professeurs qui se sont offerts pour leur donner des leçons,sont:
M.M.Miral,doctor
Jimenez Soler,professeur de Philosophie et de Lettres
Lopez Diego Madrazo,professeur d'allemand à l'école de commerce
Moyo Barandiaman,professeur auxiliaire d'allemand à la meme école
Ramos Loscertales,professeur à la faculté de Lettres
Galindo,professeur de Philosophie et de Lettres
Gomez De Segura
Magno,et quelques autres.
Je ne connais pas les sentiments de ces professeurs à l'égard de notre pays,mais M.Barandiaran qui a voyagé et fait ses études en Allemagne où le surprit la guerre doit être nettement germanophile,et ses considérations pour les allemands réfugiés à Saragosse font croire à des sympathies véritables ;il s'est offert pour leur servir d'interprète partout et en toute circonstance.
Néanmoins en dehors de toute complicité de la part des autorités espagnoles il sera difficile à ces divers éléments de se livrer à des actes hostiles à la cause des alliés.
Le Commissaire Spécial

Mauléon,le 15 juillet 1916
Le Sous-Préfet de Mauléon
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées.


J'ai l'honneur de vous adresser ,ci-dessous,copie d'un rapport de M.l'Inspecteur de police de St-Jean-Pied-de-Port.
"Nous signalons à M.le Sous-Préfet de Mauléon le fait suivant qui nous semble d'un très grand intérêt pour sauvegarder notre défense nationale.
"Nous avons appris qu'il y à Pampelune (Espagne) des internés Allemands,provenant du Cameroun.
"Ces internés fort nombreux parait-il,quoiqu'il leur soit défendu de dépasser les limites de la ville de 3 kilomètres (décret du Gouverneur,Marquis de Palmerola,qui a déjà fait l'objet de plusieurs rapports de notre agent de Police Spéciale Jaureguiber)le dit décret cependant ratifié par ordonnance royale,ne serait pas du tout observé,car nombre de ces internés,la plupart (officiers) viennent en automobile jusqu'à ZUBIRI (petit pays situé à 10 ou 15 kilomètres au plus de notre frontière).
"Il y aurait lieu,il nous semble de rappeler au Gouvernement Espagnol,que ses règlements et décrets royaux sont bien mal observés !!......"



Mauléon le 11 aout 1916
Le Sous-Préfet de Mauléon
à Monsieur le Préfet des Basses-Pyrénées.


J'ai l'honneur de vous adresser,à toutes fins utiles,un rapport de l'agent de police auxiliaire JAUREGUIBER au sujet d'un interné allemand qui parcourraient en ce moment les communes de la frontière espagnole pour y acheter de la vieille ferraille.
Cet interné aurait expédié de Burgette un chargement de 5.000 kilos environ pour Pampelune.
Il y aurait intérêt à savoir dans quel but ce sujet allemand se procure ces matériaux et la destination qu'ils doivent avoir.
En ce qui me concerne,j'ai donné  à l'Inspecteur de police de St-Jean-Pied-de-Port des ordres en vue de me procurer tous renseignements utiles sur cette affaire.

Le Sous-Préfet

Centralisation de renseignements
N°28
Allemands aperçus à la frontière espagnole dans divers points de la région
Transmis à M.le Sous-Préfet de Mauléon à toutes fins utiles et sous toutes réserves à à Saint-Jean-Pied-de-Port,le 3 août 1916


1° Allemands auraient été vus à Valcarlos (Espagne) par intermittence et de préférence face Ondarolle (on parle de 3 officiers internés du Cameroun)

2° Allemands auraient été vus sur les montagnes d'Amaillor près Les Aldudes prenant des photographies et relevant plans sur terrain

3° D'une personne désirant garder l'anonymat:
Coup de force pourrait être tenté par un groupement d'Allemands qui auraient dernièrement acheté armes en quantité dans fabriques et chez armuriers.
Lieutenant commandant 142 e territorial également prévenu alla trouvé son chef direct capitaine commandant la place de St-Jean-Pied-de-Port et lieutenant de gendarmerie qui ne prirent nullement au sérieux ces renseignements.
Crois cependant de mon devoir,de vous les transmettre sous les plus expresses réserves,mais vous déclare,redoubler de vigilance,et vous demande de bien vouloir armer nous et nos agents pouvant dans un cas urgent et grave partir de nuit à n'importe quelle heure.On peut logiquement entre ces renseignements et ceux de la Sûreté générale au sujet d'un sous-marin porteur de médicaments plus que suspects un rapprochement.

4° Des allemands nous sont signalés ayant été vu à Altobiscar (hauteurs de Roncevaux) regardant longtemps avec des longues vues la frontière française (On parle toujours d'Allemands internés au Cameroun).

Conclusions

Attendu que ces renseignements provenant de sources différentes et qui ont été à nous confiés,sous le caractère de l'anonymat,quoiqu'ils soient démontrent que les Allemands pour la plupart officiers sont des internés du Cameroun à Pampelune a qui toute liberté est laissée de se promener.
Attendu qu'il y a nécessité de s'assurer d'une façon certaine si les internés allemands de Pampelune sortent comme ils veulent du camp en question.
Par ces motifs:
Proposons qu'une enquête soit faite très discrètement auprès de notre Consul Français qui pourra confirmer ou infirmer ces bruits qui méritent dans la période que nous traversons d 'être sévèrement contrôles.
Et de tout ce que dessus nous avons dressé le présent rapport de centralisation pour servir et valoir ce que de droit
L'Inspecteur de la Sûreté Générale
Commissariat spécial de St-Jean-Pied-de-Port
Vallat

Centralisation de renseignements
N°30
Allemands aperçus à la frontière Espagnol sur divers points de la Région
L'Inspecteur de la Sûreté Générale Vallat Édouard

à Mr le Sous-Préfet de Mauléon à toutes fins utiles et sous les plus expresses réserves

J'ai eu aujourd'hui confirmation de l'information que je vous ai donnée relative aux allées et venues d'Allemands aux alentours de notre région frontière.
Leur centre d'action doit être d'une façon à peu près certaine Elizondo.
Quatre de ces boches qui doivent avoir certainement rang d'officier ont été aperçus explorant les collines et montagnes avoisinant Elizondo.
Il faut retenir ceci surtout:
Ils ont été au sommet du Mont Hauza,situé tout près de la frontière,en face et à l'ouest de Banca.
Par son altitude 1304 mètres,cette montagne domine toute la région et a vue,non seulement sur la région avoisinante mais jusqu'à Bayonne et le Boucau..
Il paraîtrait que les 4 allemands déjà signalés tant à Valcarlos qu'à Roncevaux (hauteurs de Altobisca) seraient comme tout le fait supposer des internés du Cameroun qui jouiraient ainsi de beaucoup d'avantages entre autre celui de ne pas être soumis à l'appel ,comme leurs compatriotes.
Je vais m'efforcer de connaître si possible par un de mes informateurs secrets l'emploi du temps de ces louches personnages qui font de brusques apparitions sur différents points de notre région,mais il me semble que notre Consul à St Sébastien ou à Pampelune  serait à même de vous fournir toutes explications à ce sujet.
En effet c'est presque un acte inamical de la part de l'Espagne à notre égard que d'interner des militaires allemands si près de la frontière Française.
Enfin,je dois vous dire aussi que depuis quelques temps les carabiniers Espagnols sont d'une rigueur excessive dans la surveillance de l'importation des mulets en France.
Je ne m'explique cette rigueur que par la présence d'allemands près la frontière qui sûrement doivent allouer des gratifications aux carabiniers,pour entraver le commerce avec la France.
Et de tout ce que dessus nous avons dressé le présent rapport de centralisation pour servir et valoir ce que de droit.
Vallat

Hendaye,28 aout 1916
Deux officiers allemands du Cameroun,internés à Saragosse,seraient partis mardi dernier pour la France.
Un lieutenant,petit,blond,blessé à trois endroits de la main droite,le majeur complètement décharné,parlant mal le français.Un capitaine portant une cicatrice à la joue gauche.Ils se seraient rendus à Madrid en auto lundi dernier,appelés par le Gouverneur Général du Cameroun et en seraient revenus mardi toujours en auto,et se seraient dirigés sur la frontière française.On ne peut pas préciser le point.
Ces renseignements proviendraient de la maîtresse du lieutenant,une française,nommée Amélie Cxxxxxxxxx*_nom masqué par l'auteur de ce blog _,originaire d'Agen,qui attendait la nouvelle de l'arrivée à Berlin pour l'y rejoindre.On doit donner les noms et de nouveaux détails.

Bayonne le 12 mars 1917
Le Sous-Préfet de Bayonne
à Monsieur le Préfet


J'ai l'honneur de vous transmettre ci-joint,une lettre qui m'a été remise par Mr.le Sénateur Forsans et provenant du sieur Miguel Mendiboure demeurant à Pampelune.Ce dernier signale les agissements des allemands internés dans cette ville et qui en réalité se livreraient contre nous à un espionnage pour lequel ils trouveraient toute facilité.
J'estime avec Mr.Forsans qu'il conviendrait de faire part à M.le Ministre des Affaires Étrangères de la situation dont il s'agit.

Copie
6 mars 1917
Monsieur Forsans Sénateur Maire
Biarritz


On parle maintenant d'envoyer à Pampelune un autre convoi de 75 boches venant du Cameroun,ça fait que maintenant nous avons une affaire de 300 boches au moins,car tous les jours on voit des g......nouvelles excuser-moi l'expression car je trouve très drôle de la part du Gouvernement français,c'est qu'il ne fasse pas des réclamations pour les envoyer ailleurs,car tous ces internés qui sont ici font l'espionnage,ils ont deux autos,des motos,des bicyclettes,et ils sont tout le temps à courir d'un coté et de l'autre et les autorités ne font rien pour le leur défendre,quoique maintenant depuis le 1 er mars,ils sont obligés de rester en ville car avant ils habitaient les alentours,beaucoup d'entre eux et voyez comme ils se conforment aux lois militaires dimanche matin on a arrêté deux officiers dans un village qu'on appelle Larascana,montés en bicyclette à cinq heures du matin,c'est la route de France en passant par Burguete,on les a questionnés et eux de répondre qu'ils se promenaient,surement qu'ils ne diront jamais la vérité une jolie promenade,partir de Pampelune à deux heures du matin,sans permission,ce n'est pas la première fois qu'ils font des excursions de ce coté là j'en ai fait plusieurs fois la remarque à mon frère Jean Mendiboure car c'est honteux ce qu'ils font ici,ils devraient être comme des agneaux,mais pas du tout,ils se portent comme en pays conquis,que doivent-ils faire sur notre sol qu'ils souillent Ah!les pauvres g _mot illisible_
Je finis cette lettre car j'en aurais long à conter sur leurs faits et gestes et espérant qu'avant longtemps on terrassera cette bande d'assassins,voleurs etc..etc...pour délivrer de ce cauchemar le monde entier et nous puissions crier Vive le Droit et la Justice.
Veuillez agréer....

Signé:Michel Mendiboure

Source:
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Site de Pau
Boulevard Tourasse
Cote :1 M Art.114 Administration Générale du département