mercredi 22 avril 2020

Gaston Mandagaran Secrétaire des Bois ouvrés de Bayonne

Gaston Mandagaran Secrétaire des Bois ouvrés de Bayonne

Article paru dans le journal  LE PARTI OUVRIER 
organe des travailleurs socialistes de France et d'Algérie
N°1904 _5 mars 1911 
 
Orthez 
Propagande syndicale
Orthez,petite ville de 6 à 7.000 habitants,très industrielle,est restée jusqu'à ce jour ,inaccessible à toute organisation ouvrière.Outre une grande papeterie et minoterie,qui forment la principale industrie de l'endroit,se trouve celle de l'Ameublement,qui comprend une centaine de menuisiers,ébénistes,sculpteurs,chaisiers et tourneurs.
Poussés par l'exploitation patronale,quelques-uns de ces derniers,éprouvant le besoin de se syndiquer,demandent à la Bourse du Travail de Bayonne son concours,à seule fin de les aider et de les initier.
Délégués par la Bourse,nous partîmes donc,le camarade Giraud et moi,munis d'un bon nombre de journaux;de manuels syndicalistes,et la ferme résolution de bien profiter de notre premier jour de l'An.
Étant mis en contact avec les quelques camarades qui en prirent l'initiative ,nous jetâmes dans ce milieu ouvrier,la première pierre du syndicalisme ,et nous projetâmes une réunion pour l'après-midi à 2h.1/2.
Bien que les ouvriers de l'Ameublement n'apprirent l'heure de la réunion qu'après notre arrivée,70 sont venus écouter d'une oreille attentive le but du Syndicat,et les statuts de notre Syndicat de Bayonne,après avoir été commentés un à un,furent acceptés.
Dès lors était crée dans cette ville le Syndicat ouvrier des Bois ouvrés d'Orthez.
Après avoir reçu l'adhésion de 50 camarades,nous procédâmes à l'élection du Bureau et de la Commission Administrative ,de qui dépend l'avenir du Syndicat.
J'ai bien confiance,car j'ai vu en eux des hommes décidés à bien remplir leur devoir,afin d'arracher au patronat ,égoïste et rapace ,un peu de bien-être.
Voulant jeter,nous aussi,de notre petite cité béarnaise,notre cri de protestation en faveur du camarade Durand, j'ai relaté  les péripéties de la grève des Charbonniers du Havre,la mort du renégat Dougé,et l'injustice de ces douze jurés porte-paroles du grand Aristide et de la Bourgeoisie.Ces camarades ,si jeunes en syndicat,s'indignèrent de pareilles infamies,et à l'unanimité  votèrent l'ordre du jour suivant;
"Les camarades d'Orthez,réunis au nombre de 70,après avoir formé le Syndicat des Bois ouvrés,s'engagent à intensifier la propagande et protestent énergiquement contre l’odieux verdict de Rouen,appliqué au camarade Durand,et réclament la révision complète du procès."
Après avoir bâti,un Syndicat de camarades résolus et donné les derniers renseignements à la Commission syndicale,la séance ne prit fin que vers 6 heures,tous très heureux d'avoir si bien rempli leur journée.
Ne voulant point rester isolée,cette organisation est adhérente à notre Fédération de l'Ameublement et à la Bourse du Travail de Bayonne,et par cela même confédérée.
Je dois à cette occasion remercier le camarade Gouillié de s’être occupé des premières démarches,espérant qu'il sera toujours leur appui,car il y a beaucoup d'éducation syndicale à faire,et maintenant serait le vrai moment.
Gaston Mandagaran
Secrétaire des Bois ouvrés de Bayonne

Source
RETRO-NEWS le site de presse de la bnf
LE PARTI OUVRIER
organe des travailleurs socialistes de France et d'Algérie
N°1904_5 mars 1911
Page 1

Affaire Jules Durand au Havre
France culture_Mort d'un Renard. Enquête sur l'affaire Jules Durand

ww.julesdurand.fr/

Les Bois ouvrés de Bayonne 

Article paru dans le journal  LE PARTI OUVRIER 
organe des travailleurs socialistes de France et d'Algérie
N°1945 _25 juillet 1913

Le syndicat des Bois ouvrés de Bayonne change de secrétaire.
En effet,le camarade Mandagaran,qui depuis près de quatre années en assumait la direction,quitte aussi le métier pour tenter de s'assurer une existence plus conforme à ses aspirations et à son tempérament.Tout en lui exprimant nos sincères regrets d'une telle décision ,nous lui souhaitons vivement que,dans sa nouvelle profession,les résultats confirment ses efforts.Nous savons qu'il sera toujours des nôtres et nous n'oublierons pas la bonne camaraderie qu'il n'a cessé de professer parmi nous.
Il me parait intéressant devant cet événement ,car c'en est un pour nous,dans notre organisation,de commenter les résultats obtenus pendant cette longue gestion.Deux questions se posent d'abord:celle du nombre et la question morale.
En ce qui concerne le nombre de syndiqués,il n’a guère varié depuis quatre ans.Malgré les appels réitérés ,la moitié des travailleurs de l'Ameublement est restée sourde.Ce sont en majeure partie d'anciens syndiqués qui,par des mouvements servi par les circonstances  se sont vus octroyer des avantages qui ont suffi à calmer leur ardeur syndicaliste d'antan.Ils n'étaient à l'époque que simplement des syndiqués.Ils n'ont plus,et depuis longtemps,le courage de l’être.Esprits étroits,ayant la phobie des autres corporations de l'Ameublement ,surtout des sculpteurs,il n'y a avec eux rien à faire.D'ailleurs,quoique adultes,leur éducation syndicaliste n'est point faite et ils ne se cantonneraient volontiers,bien timidement du reste,dans une simple augmentation de salaire.Voilà tout leur idéal.
A coté,quelques solitaires pour qui le Syndicat n'a aucune attirance.Ce sont ceux sur qui on pourrait être compter pour une action revendicative,mais qui ne donnent nulle preuve effective de leurs sentiments de solidarité.
Et enfin,il reste nos quarante camarades syndiqués.Ce noyau serait certes réconfortant s'il brillait quelque peut par la valeur respective de ses unités.Mais il faut l'avouer,là encore les efforts de quelques-uns d'entre-nous,pour enlever la mentalité  de ces camarades,n'ont pas été satisfaisants.
Chez eux ,pas d'éducation personnelle,pas de lecture éducative qui seconderait nos efforts.Seuls,quelques uns sommes au courant des agitations ouvrières et nos réunions mensuelles sont de véritables révélations pour la grande partie qui n'est au courant de rien.Certes,ils sont syndiqués,mais ne font rien pour devenir des syndicalistes.Aussi,avec de pareils éléments,a-t-on pu voir l'instauration de l'affreux travail aux pièces pour une grande partie de nos syndiqués.
Notre groupement se compose aussi de beaucoup de camarades espagnols ,patriotisme patronal!Je ne voudrais pas médire de ces camarades,mais force m'est bien de constater qu'à de rares exceptions ils sont les plus satisfaits de nos syndiqués.
Mal payés ou chômant chez eux,ils sont venus ici et la continuité relative du travail,ainsi que des salaires supérieurs les comblent.Il est difficile d’intéresser aux questions économiques des gens satisfaits.
Et pourtant nous,qui comprenons et qui ressentons toutes les misères du travail,nous sommes impuissants devant cette indifférence.Mandagaran dépensa beaucoup de bonne volonté pendant quatre années de gestion;s'il réussit à maintenir le nombre des adhérents,il ne réussit pas ,hélas!à relever leur mentalité.Le milieu est aride.
La nouvelle gestion qui s'annonce connaitra donc les mêmes difficultés..
Seule,l'éducation des individus compte pour nous.Aussi,est-ce avec opiniâtreté que nous attacherons à cette besogne  et cela d'une façon méthodique.Moins de suiveurs et davantage d'initiative personnelle.C'est la seule raison d'etre d'un Syndicat pour légitimer son existence.
Arthur Giraud
Secrétaire des Bois ouvrés de Bayonne

Source
RETRO-NEWS le site de presse de la bnf
LE PARTI OUVRIER
organe des travailleurs socialistes de France et d'Algérie
N°1945_25 juillet 1913
Page 3

 

Présomption d'identification de Gaston Mandagaran 

Une recherche sur FILAE.COM propose un seul Mandagaran portant le prénom de Gaston:
Gaston Alexis né à Bayonne ,22 quai Galuperie,le 19 juillet 1888 fils de
Jean Mandagaran clerc d'avoué et de Marine Claudine Cassain
Bayonne 1793-1891  
Acte N°298


Profession:Sculpteur sur bois

Acte de mariage à Paris 14 ème arrondissement 27 septembre 1921
archives.paris.fr
1921 , Mariages , 14 14M 273 
Acte N°2135 Vue 31/31

Acte de décès à Paris 14 ème arrondissement 18 janvier 1922
Profession:voyageur de commerce 
archives.paris.fr
1922 , Décès , 14 14D 326
Acte N°396 Vue 20/31