20 août 2020

22 aout 1944, ils sont morts à Bayonne

Bayonne,le 22 aout 1944.Trois civils,sans lien avec une organisation de Résistance, sont tués par balle dans la rue, par des allemands qui battent en retraite.Ce même jour,un prisonnier de guerre sous uniforme de l'armée française,et un militaire allemand rendent leur dernier souffle à l’hôpital Saint-Léon. 

Registre des décès Bayonne année 1944
Acte N°378 Jean Pierre ESCUTARY « Mort pour la France »

Le vingt-deux Aout mil neuf cent quarante-quatre ,neuf heures est décédé route de Biarritz,carrefour St-Léon,Jean Pierre Escutary,né à Hasparren (Basses-Pyrénées) le sept mars mil neuf cent cinq,manœuvre,fils de Pierre Escutary,et Dominica Sarby,époux décédés ;Époux de Anna 
Ospital,domicilié à Anglet (Basses-Pyrénées) route de Venise,villa Etche Miracoulo.
Dressé le vingt deux aout mille neuf cent quarante-quatre,seize heures quinze minutes,sur la déclaration de Jérôme Mayerau,Secrétaire adjoint à la police,cinquante ans,domicilié en cette commune


Précisions sur les circonstances du décès
Source :AD 64 E Dépôt Bayonne 17 W art72-4
Le 22 aout 1944,le sieur ESCUTARY Jean-Pierre,né à Hasparren (B.P.) le 7 mars 1905,domicilié à Anglet,route de Venise,villa Etche-Miracoulo,jardinier,revenant du marché à Bayonne,a été abattu d’une balle de révolver à la nuque par un militaire allemand au carrefour de la route de Biarritz et des Allées Paulmy,parce qu’on lui avait trouvé quelques clous dans la poche que quelques personnes inconnues avaient semés sur la route afin de crever les pneus des véhicules allemands qui quittaient la ville.Or c’était son enfant qui les avait ramassés et les lui avait donnés.Le fait a eu lieu à 9 heures 15 devant sa femme et son enfant qui se sont enfuis épouvantés. 

 

Cimetière Saint-Léon Bayonne

Registre des décès Bayonne année 1944
Acte N°379 Jean Baptiste Ernest JOANTEGUY « Mort pour la France » 

Le vingt-deux Aout mil neuf cent quarante-quatre,dix-huit heures est décédé place de la République Jean Baptiste Ernest JOANTEGUY,né à Saint- Etienne-de-Baïgorry (Basses-Pyrénées) le deux novembre mil neuf cent huit ,peintre en bâtiments,fils de Léon Joantéguy,domicilié à Bayonne,décédé et de Catherine Pabolleta,sa veuve.Époux de Annette Renée Briaud,domicilié à Bayonne,quartier St-Etienne à St-Bernard,maison Rancez.
Dressé le vingt-trois Aout mil neuf cent quarante-quatre onze heures trente minutes,sur la déclaration de Second Lasausa,trente-neuf-ans,chauffeur d’automobile,domicilié en cette commune,qui,lecture faite,a signé avec Nous,Édouard Jauréguiberry,Chevalier de la Légion d’Honneur,décoré de la Croix de Guerre,Vice-Président de la délégation spéciale municipale,faisant fonction d’Officier de l’État Civil

Précisions sur les circonstances du décès
Source :AD 64 E Dépôt Bayonne 17 W art72-4
Le 22 aout 1944 à 16h15 le sieur JOANTEGUY Jean-Baptiste,peintre né à Saint-Etienne de Baïgorry (B.P.)le 2 novembre 1908,demeurant quartier Saint-Bernard,maison Rancez a été abattu froidement sans motif à 16h15 ,place de la gare devant l’hôtel du Midi par un sous-officier allemand.


Registre des décès Bayonne année 1944
Acte N° 380 Joseph Roussel

Le vingt-deux Aout mil neuf cent quarante quatre,dix-huit heures,trente minutes,est décédé en son domicile,quartier Saint-Étienne à Saint-Bernard,villa Germaine,Joseph Roussel,né à Bayonne ,le vingt-six décembre mil neuf cent vingt-trois,fils de Clément Jean Baptiste Roussel décédé et de Joséphine
Maluquet,sa veuve ;célibataire.
Dressé le vingt-trois Aout mil neuf cent quarante-quatre,quatorze heures quinze minutes,sur la déclaration de Alexandre Viard ,cinquante-un ans,Directeur des Pompes Funèbres domicilié en cette commune.Etc

 
Précisions sur les circonstances du décès
Source :AD 64 E Dépôt Bayonne 17 W art72-4
Le 22 aout 1944,vers 17h30,le nommé Roussel Joseph,sans profession,né à Bayonne le 26 décembre 1923 y domicilié quartier Saint-Bernard villa Germaine a été abattu d’un coup de fusil par un militaire
Allemand sur le glacis de la citadelle à Bayonne,sans préavis et sans motif.


Registre des décès Bayonne année 1944
Acte N°381 Mohamed ben Bonzaïd

Le vingt-deux Aout mil neuf cent quarante quatre,vingt-deux heures,est décédé quartier St Léon (Tosse) Mohamed ben Bonzaid ,âgé de quarante-trois ans,Prisonnier de Guerre au Camp Front Stalag 222,fils de père et de mère dont les noms ne nous sont pas connus.Dressé le vingt-trois aout mil neuf cent quarante-quatre,quinze heures quinze minutes sur la déclaration de Second Lasausa,trente-neuf-ans,chauffeur d’automobile,domicilié en cette commune,


Registre des décès Bayonne année 1944
Acte N°382 Wilhelm Klinnert

Le vingt-deux Aout mil neuf cent quarante quatre,vingt-trois heures,est décédé quartier St Léon (Tosse) Wilhelm Klinnert,né à Zuliusburg Kreissels (Allemagne) agé de quarante-un ans,soldat allemand, fils de père et de mère dont les noms ne nous sont pas connus.Dressé le vingt-trois aout mil neuf cent quarante-quatre,quinze heures trente sur la déclaration de Second Lasausa,trente-neuf-ans,chauffeur d’automobile,domicilié en cette commune,

Remerciements aux personnels du service d'état civil en mairie de Bayonne

 

16 août 2020

Gaston Pialloux, une place oubliée au Panthéon bayonnais de la Collaboration (1941-1944)

Pialloux.Le fils ,érudit,auteur de plusieurs livres sur le Pays Basque,est davantage connu que son père.Georges,alors étudiant en médecine,n'est pas responsable des méfaits dont s'est rendu coupable Gaston son père.
Cette mise au point faite,que savons-nous de Gaston Pialloux?Qu'il a été libraire à Bayonne et qu'il a été flingué le 18 aout 1944
. Conséquences:pas d’enquête,pas de procès sur ses activités à Bayonne sous Vichy et avec ses employeurs allemands.En effet,Gaston Pialloux,a été à la tête d'un groupe d'hommes de main,issus des rangs du Parti Populaire Français, appointé par les occupants.Cette bande avait pour mission de chasser pour le compte de l'ennemi les réfractaires au Service du Travail Obligatoire à Bayonne et ses environs.Elle a procédé à des arrestations,à des perquisitions,à des interrogatoires dans un logement servant de permanence au P.P.F. La baignoire y a été occasionnellement utilisée en instrument de torture.

Pialloux est nommément cité dans plusieurs dossiers de la Cour de justice des Basses-Pyrénées.En revanche,il est difficile de dresser une liste précise des personnes inquiétées par les supplétifs dont il a été le chef, puis livrés aux services allemands.

Ce billet,incomplet, n'est qu'une étape dans un travail de mémoire.Si vous disposez de complément (s) d’information sur :
  • Gaston Pialloux,avant et pendant les années sombres
  • d'archives familiales sur les partis et organisations de la Collaboration au Pays basque ,
merci de bien vouloir me contacter à l’adresse suivante philippe.durut arobase basses-pyrenees.fr.

AD 64 Pau-Papier à en-tête PPF  Fédération des Basses-Pyrénées 13,rue du Port-Neuf Bayonne
 

Sommaire
1_Des origines charentaises

2_Dans la Première Guerre mondiale

3_Client de l’architecte Benjamin Gomez

4_Jacques Doriot à Bayonne

5_La lutte contre les réfractaires du Service du Travail Obligatoire

6_L’assassinat de Gaston Pialloux

7_Le Procureur de la République de Bayonne s'exprime 

Pour aller plus loin

Remerciements

1_Des origines charentaises

Michel Pialloux,le père de Gaston,est né le 7 juillet 1852 à Champmiers (16).Il a d’abord été terrassier,ensuite gendarme à cheval dans le Maine-et-Loire,et enfin chef de gare.Veuf,il s’est remarié à Adrienne Boillevin native de Fleac dans le département de la Charente.De ce couple naîtront deux garçons :

·         Gaston Louis Pialloux  né le 21 février 1892 à Corme-Ecluse  petite commune située à quelques kilomètres de Royan dans le département de la Charente-Maritime alors dénommée Charente Inférieure.

·         Edmond Émile,le 15 mars 1894 dans la même commune.



Sources :
Registre matricule de Michel Pialloux
AD 16 Angoulème 1872 1 RPROV 9 Matricule 324 Vue 66/374
https://archives.lacharente.fr/ark:/61904/s0058ad89e52404e/58ad89e56356c 

Acte du premier mariage Durtal 21 03 1878
AD 49 Durtal NMD 1876-1881 _Acte N°6 Vue 130/263
https://www.archinoe.fr/v2/ark:/71821/ec4d31a456da8511eedbb5ddf4e5bba3

Acte de décès de Marie Joséphine Jubeau ,première épouse, Montendre 10 02 1890

AD 17 Montendre 1883-1892 Acte N°5 Vue 214/291
http://www.archinoe.net/v2/ark:/18812/976e3bd2934f8d89f6eb3897fb58ceb1

Acte du second mariage Michel Pialloux _Fleac 01 06 1891
AD 16 Fleac 1883-1892 3 E 146/11 Acte N°2 Vue 201/235
https://archives.lacharente.fr/ark:/61904/s00552b5fdc83708/55a72ceccf3f4

Actes de naissance de Gaston Louis
AD 17 Corme-Ecluse naissances 1875-1905 Collection du greffe 2 E 127 /11*_Acte N°2 Vue 142/243
http://www.archinoe.net/v2/ark:/18812/2c74d4699ab1d534d4833ee1550a6791

Acte de naissance de Edmond Louis
AD 17 Corme-Ecluse naissances 1875-1905 Collection du greffe 2 E 127 /11*_Acte N°3 Vue 157/243
http://www.archinoe.net/v2/ark:/18812/378f4314120a46e28cc9e342e4e1b018

2_Dans la Première Guerre mondiale
Par suite d’inaptitude physique, il est exempté en 1913 de service militaire.La guerre se prolongeant,il est néanmoins mobilisé et fera campagne contre l’Allemagne du 15 mai 1917 au 28 août 1919.

Auparavant,il s’est marié à Urt (64) le 20 novembre 1916.Son épouse est née à Urt mais domiciliée à la Couronne (16). Le couple aura un fils prénommé Jean Adrien Georges né à Angoulême en  décembre 1920 .Il sera honorablement connu .


La fiche militaire de Gaston Pialloux apporte des précisions quant aux localités successives habitées :
· 8 octobre 1919 :79 rue de Périgueux Angoulême
· 9 juin 1926 :2 place Notre-Dame Bayonne

Enfin,les frères Pialloux ,figurent dans l’annuaire Havas 1930 des Basses et Hautes Pyrénées à la profession libraire,rue Port-Neuf (n°3 et 5)


Sources :
AD Charente
Bureau de recrutement Angoulême 1912 1 RPROV 219 ,volume 4 n° 1501 à 1624. numéro matricule du recrutement 1620 ,vue 181/185

AD 64 Bayonne 4E 546-10

Bnf data https://data.bnf.fr/fr/11919615/georges_pialloux/

3_Client de l’architecte Benjamin Gomez
Gaston Pialloux a été en relation d’affaires avec l’architecte bayonnais Benjamin Gomez avant les opérations militaires de mai-juin 1940.Il a projeté une construction ,quartier Saint-Étienne.La villa est de nos jours utilisée comme équipement sportif.La demande en autorisation de construire a été instruite au cours du 1 er trimestre 1941.Les plans qui ont été dressés par Benjamin Gomez le 24 12 1940 ,sont consultables au Pôle d'archives de Bayonne et du Pays basque AD 64 sous la cote E Dépôt Bayonne 20 W Art 1-2.

 

Cliché Philippe Durut _Villa Pyrenea ,aujourd'hui infrastructure sportive

 

 

Cliché Philippe Durut _Villa Pyrenea,aujourd'hui infrastructure sportive



4_Jacques Doriot à Bayonne
Jacques Doriot a fait étape à Bayonne le 28 avril 1942 salle du Majestic pour prendre la parole à un meeting de la Ligue des Volontaires Français contre  le Bolchévisme. 

« (…),profitant de la présence du Chef du Parti ,la section de Bayonne inaugurera sa nouvelle permanence,13,rue Port-Neuf.« C’est grâce à l’obligeance de notre camarade Pialloux que nous avons profité de l’ancien magasin juif Gomez-Vaez.Nous l’en remercions ici bien sincèrement.Quant au Juif,son magasin qui servait jusqu’ici à voler ces pauvres diables de goyms,servira malgré lui,la cause de la France. »  L’Assaut samedi 18 avril 1942 N°75 Page 8 .

On peut lire dans le numéro suivant daté du 25 avril 1942 page 4
L’Assaut des Basses-Pyrénées
Rédaction-Administration
28 Bd Jean d’Amou

Notre Permanence
Le P.P.F installe sa permanence ,arceaux Port-Neuf dans le magasin du juif Gomez-Vaez ;
Dans cette rue ,en plein centre-ville,notre siège aura belle allure avec sa décoration,œuvre d’un sympathique artiste bayonnais.
Cet instrument de propagande ,qui nous manquait ici,sera inauguré par notre chef Jacques Doriot,lors de sa venue,le 28 avril prochain.

Après la Libération de Bayonne,dans une note manuscrite du 25 octobre 1944,madame Gommez-Vaez,propriétaire, revient sur le rôle de Pialloux :

« Après la liquidation de mon entreprise Monsieur Gaston Pialloux fut nommé administrateur provisoire le 31 janvier 1941.

Ce dernier voulut à toute force vendre mon fonds de commerce et le pas-de-porte,je m’y opposais formellement.

L’immeuble m’appartenant je ne consentirai jamais lui dis-je à faire un bail à qui qui que ce soit (…)

Monsieur Pialloux voulant arriver à ses fins se rendit à la sous-préfecture pour prendre des instructions.

Monsieur le sous-préfet me donna raison ,mais demanda néanmoins des instructions à la Feldkommandantur à ce sujet.

À la date du 16 janvier 1941 Monsieur le Sous-Préfet me communiqua le texte (…)

« On ne peut vendre le fonds de commerce et le pas-de-porte puisque le magasin placé dans mon immeuble appartenant au commerçant disparaîtra et sera occupé bourgeoisement. »

Le 15 avril 1941 je reçus la visite de Mr Pialloux accompagné d’un officier allemand me disant d’avoir à lui remettre les clefs de mon magasin ainsi que des étages supérieurs.

Là encore je refusai énergiquement et le 20 avril Mr le Maire de Bayonne me fit appeler me disant que les allemands voulaient le magasin pour Mr Pialloux.

Je protestai une fois de plus,mais il n’y eut absolument tien à faire.

Monsieur le Maire me convoqua une deuxième fois me disant qu’il avait reçu l’ordre des allemands de mettre le magasin ainsi que les étages supérieurs à la disposition de monsieur Gaston Pialloux et me dit :entendez vous à l’amiable avec lui pour le prix du loyer.

Le 25 avril 1941,je reçus de la mairie l’ordre de réquisition du local (…)

Source :AD 64 Bayonne E Dépôt Bayonne 17 S Art 17


5_La lutte contre les réfractaires au Service du Travail Obligatoire
Pour répondre à leurs besoins de main-d’œuvre, les autorités allemandes ont favorisé la création de groupes chargés de débusquer les réfractaires au Service du Travail Obligatoire.A cette fin,Pialloux et quelques acolytes sont partis à un stage de formation de quelques jours à la caserne Mortier à Paris.(Mai ou juin 1944)

« L’enquête effectuée sur les membres du groupe d’action du P.P.F. de Bayonne,dénommé « COMITE SOCIAL POUR LA PAIX »par les Allemands a donné les résultats suivants :

Le Groupe d’action du P.P.F avait comme chef le nommé PIALLOUX,exécuté quelques jours avant la Libération par les patriotes.

Il comprenait deux services :

L’un chargé de procéder à la recherche des oisifs et des réfractaires.

L’autre procédant à des arrestations et à des interrogatoires en collaboration avec le service allemand dont le siège à Bayonne,à la Villa Mont Carmel.

Les ordres étaient reçus par Pialloux à qui ils étaient transmis par les allemands GRAFF,chef du bureau d’embauche et VIEDMAN,chef du service d’arrestation.

Tous les matins Pialloux distribuait les enquêtes à son personnel qui était ainsi composé :

A-      OISIFS et RÉFRACTAIRES


1° F-Fxxx Alexandre né en 1922 à Nice

2° Sxxx Marcel en  1921 à Nice

3° Cxxx Edmond né en  1906 à Bayonne

4° Bxxx Robert né en  1911 à Bayonne

5°Mxxx Robert né en 1926 à Bordeaux_ Complément du blog :garde du corps de Pialloux,absent de Bayonne le 18 août 1944 car blessé par balle à Pau

6° Cxxx Robert né en 1889 à Paris

7°Dxxx Fernand né en 1902 à Hendaye_ Complément du blog :adjoint de Pialloux,aurait participé aux arrestations de Concaret et Dubois instituteurs Tarnos

8° Gxxx André né en 1904 à Paris

9° Rxxx Jean né en 1897 à Gauriac (33)

10° Vxxx Pierre né en 1918 à Toulouse

11° Axxx Émile né en 1924 à Bayonne

12° Lxxx Robert né en 1912 à Bayonne_ Complément du blog :Fera partie de la division Brandebourg

13° Dxxx Julien,non identifié


B-      SERVICE DES ARRESTATIONS

1° Lxxx Édouard né en 1919 à Paris

2° Cxxx Roger né en 1902 à Aulnay-sous-Bois

3° Dxxx Jean  né en 1921 à Bergerac (24)

4° Exxx  André né en 1910 à Biarritz

5° Mxxx Jules né en 1915 à Bayonne

6° Dxxx Marcel né en 1921 à Clichy

Le porte d’armes était attribué  (…)

Les membres du groupe d’action chargés des enquêtes sur les oisifs et les réfractaires percevaient un traitement mensuel de 3.500 francs ;ceux du service des arrestations se voyaient attribuer 5.000 frs par mois.En outre,chacun d’eux percevait le remboursement des frais de déplacement calculés à raison de 120 frs par journée entière.Certains avaient leur chambre ou leur appartement réquisitionné.Il leur était encore accordé une deuxième carte de tabac et des tickets de rationnement en supplément.Ils avaient en plus toute latitude pour faire du marché noir.

(…)
7 novembre 1944 Brigade de Surveillance du Territoire
Source AD 64 Pau 30 W Art 48


6_L’assassinat de Gaston Pialloux
Dans son édition du 18 août 1944,La Gazette,un quotidien local se réduisant désormais à une page imprimée recto verso ,rapporte l’ évènement en ces termes :

« Ce matin ,vers 8 heures 30,M.Pialloux,libraire,rue Port-Neuf,à Bayonne,quittait son domicile particulier de la route de Toulouse pour se rendre à bicyclette à ses magasins,lorsqu’il fut abattu à coups de revolver par des inconnus.La gendarmerie procède à une enquête. »

Le Sud-Ouest La Presse 18 août :

M.G.Pialloux a été assassiné

Ce matin vers 8h30,M.G.Pialloux,domicilié Villa Pyrénéa ,au quartier Saint-Étienne,nouvelle route de Toulouse,venait de quitter son domicile en vélo pour se rendre à Bayonne à son magasin de papeterie-librairie,rue Port-Neuf.

À environ 500 mètres de son domicile il fut rejoint par un cycliste allant dans la même direction Ce dernier arrivé à sa hauteur ,lui tira à bout portant un coup de feu.La balle pénétra à hauteur du cœur et sortie par le dos.Le coup fut mortel.

Le cycliste poursuivi sa route .

Aussitôt prévenue, la brigade de gendarmerie se transporta sur les lieux et procéda à une première enquête.

Le parquet de Bayonne composé de MM.Roubertie, procureur de la République,Deleris, juge d'instruction et le docteur Garat médecin légiste vint ensuite sur les lieux ainsi que le capitaine de gendarmerie Verdier et MM. les commissaires Étienne  et Dehès .

Après l'autopsie , le corps de la victime fut transporté à son domicile »

A noter que les deux journaux passent sous silence l’appartenance au PPF et les activités de Pialloux au service des occupants .

Gastion Pialloux sera inhumé le 20 aout 1944 au cimetière Saint-Étienne.La veille,plusieurs membres du P.P.F s'enfuyaient vers l'Espagne.

7_Le Procureur de la République de Bayonne s'exprime
Dans une note datée du 21 août 1944 ,veille de l’évacuation de la ville par les Allemands,le Procureur de la République de Bayonne délivre sa vision de la situation locale au Procureur Général près la Cour d’Appel de Bordeaux.Le magistrat en poste à Bayonne,sera jugé en janvier 1947 par la  Cour de Justice d’Agen .

(…)

Le vendredi 18 août devait être le jour tragique. à 8 heures 1/2 du matin , un certain Mr Pialloux, habitant une villa à 2 kilomètres de Bayonne , était assassiné sur la route par un inconnu qui lui tirait  2 coups de revolver dont l'un atteignait la base du cœur.Mr Pialloux était un des membres les plus importants du P.P.F. de Bayonne.Depuis longtemps ,il recevait beaucoup de menaces de mort. Deux raisons fort importante en sont la cause .Il était chef du service de dépistage des réfractaires au travail et avait opéré à ce titre quelques arrestations.Mais ce qui est le plus grave, c'est qu'il avait à mon sens commis l'erreur d'accepter d'opérer des arrestations politiques pour compte des autorités occupantes au moment du débarquement de Normandie et pendant les jours qui suivirent .Il avait arrêté ,le 6 juin dans la soirée ,un certain Mr Franck, propriétaire agriculteur de la banlieue de Bayonne , qu'on dit avoir joué un rôle important dans le parti communiste local jusqu'en 1939.C'est lui également qui avait arrêté alors Me SIMONET* avocat._*Simonet Jacques_

Cet assassinat à soulevé une panique d'autant plus folle chez les dirigeants du P.P.F. que dans l'après-midi du 17 ,on apprenait que les troupes allemandes évacuaient.En réalité, l'évacuation ne me semble porter quant à présent que sur les services administratifs et sur les entreprises de travaux Todt où Moll.Quoi qu'il en soit, le samedi 19 fut une journée de fièvre et j'apprenais hier dimanche vers midi que le groupe de direction du P.P.F. était parti au petit jour sur un bateau pour l'Espagne .

Cette nouvelle a été pour moi un grand soulagement car ,avec la nervosité croissante des esprits, je craignais qu'on ne donna suite à certains bruits d'assassinat nombreux en représailles de la mort de Mr Pialloux .Il apparaît que le P.P.F. malgré l'importance à laquelle il prétendait et qu'on lui croyait,  n'était à Bayonne qu'un groupement sans ramifications sérieuses qui s'est évanoui à la première crise importante.

Pour le parquet,ce départ joint à  celui de la Milice et des services de la sûreté allemande (seule reste la Feldgendarmerie ) semble promettre une période d'accalmie que je voudrais durable ; la direction du Parquet obligé de manœuvrer constamment pour éviter des conflits avec ces divers corps était une charge épuisante.

Mais nous restons dans la crainte de cette masse d'ouvriers brusquement sans travail, masse composée d'un très grand nombre d'Espagnols provenant de camps de concentration et dont tout serait sans doute à redouter si les troubles survenaient.Mr le préfet, qui m'avait fait part de ses préoccupations, a dû rentrer de Bordeaux samedi soir ou dimanche rapportant des instructions et des crédits pour la création d'importants chantiers où les ouvriers seraient employés .Mr le Maire et Mr le Capitaine de gendarmerie avec lesquels je me suis entretenu de ces graves questions ont  d'autant plus d'appréhension qu’il  n'existe pratiquement ici aucune force pour contribuer au maintien de l'ordre en pas de troubles où d'incursions du maquis rouge qui paraît-il ravage la région libre des Basses-Pyrénées.

J'ai l'impression que la population est inquiète de l'absence de toute protection en un moment  où l'agitation et l’égarement des esprits peuvent tourner à tout .

Le procureur de la République .

Source:AD 64 Bayonne 1378 W Art.160 Tribunal de grande instance Bayonne
Pièce N°391


Pour aller plus loin


AD 64 Pau 30 W Cour de justice des Basses-Pyrénées
Le fonds qui totalise plus de 70 cartons comporte des dossiers individuels d'instruction et de jugement pour faits de collaboration,atteinte à la sûreté extérieure de L’État,dénonciation,trahison,intelligence avec l'ennemi etc.

Ce gisement d'archives renferme quelques pièges.Par exemple,on y trouve des listes nominatives d'hommes et de femmes qui auraient appartenu au P.P.F. Bayonne,P.P.F. Biarritz,Milice Bayonne,Anglet,Biarritz..Ces listes ne sont pas datées,l'émetteur n'est pas identifié, les sources écrites ou orales ne sont pas mentionnées .En outre une personne figurant sur ce type de document peut avoir pris ses distances en 1943,1944.Ce renseignement n'est pas précisé.Il convient donc de prendre le temps de vérifier et de recouper les informations. 

AD 64 Pau 34 W Comité de Libération

AD 64 Bayonne E Dépôt Bayonne 10 S Art.569 Expertise affaire Gomez c/Pialloux _Construction de la villa Pyrénéa ,quartier St Etienne 

AD 64 Bayonne 3 Q 5 art 1701 Enregistrement:bureau de Bayonne_Succession de Gaston Pialloux 15 juin 1951

Martine Bacqué « Un aspect de la collaboration.La spoliation des juifs de Bayonne » Vichy et la collaboration dans les Basses-Pyrénées sous la Direction de Laurent Jalabert et Stéphane Le Bras Éditions Cairn juillet 2015 _ISBN :978-2-35068-392-8

Archives Nationales Pierreffitte-sur-Seine
Dossiers individuels des administrateurs provisoires
Pialloux Gaston AJ 38 /5458.

AD 64 Bayonne 3 Q 5 Art 944 Enregistrement bureau de Bayonne
11 juin 1943
entre Ader Jean,administrateur provisoire de l'immeuble sis à Bayonne,rue Albert-1 er N°14
et Lxxx P,secrétaire fédéral du Parti Populaire Français
Cxxx Roger secrétaire de section du Parti Populaire Français
Gaston Pialloux,libraire demeurant à Bayonne

L'Assaut
Collection papier
Hebdomadaire du P.P.F imprimé à Bordeaux et diffusé dans les département de Charente, Charente -maritime,Gironde,Landes,et Basses-Pyrénées limitées à la Côte Basque .
Rubrique par intermittence L'Assaut des Basses-Pyrénées
Bibliothèque nationale de France site François-Mitterrand, Bibliothèque de recherche. Sur papier, cote : GR FOL-JO-2743 : a. 1, n° 1 (1940, 15 sept.)-a. 5, n° 183 (1944, 19 août) <inc.> ; lac. : 1941, n° 49

Georges Despaux à Buchenwald-Des dessins pour l'histoire sous la direction de Laurent Jalabert ,professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour
Éditions Cairn novembre 2017_ISBN : 9782350685557
Dans ce livre,pour des raisons inconnues ,les contributions de Despaux publiées en 1942-1943 dans l'hebdomadaire L'Assaut,ont été laissées de coté dans sa biographie.

Blog Retours vers les Basses-Pyrénées
HILH DE GAY nom de plume de Georges Despaux dans l'Assaut (1942-1943) journal du P.P.F.


Le cri du peuple de Paris
Quotidien du P.P.F 19 octobre 1940 - 17 août 1944
Collection numérisée accessible sur RETRONEWS le site de presse de la BnF .
A noter le numéro du 2 juin 1944 ,page 4,qui dresse une liste des morts du P.P.F par année ; Nom,Prénom,Lieu et date de décès

Police des temps noirs France 1939-1945
Jean-Marc Berlière
Voir la partie consacrée au e Parti Populaire Français, pages 674 à 700 avec bibliographie
Perrin Paris septembre 2018
ISBN:978-2-262-03561-7

Histoire du STO
Raphael Spina
Perrin Paris avril 2017
ISBN:978-2-262-04757-3


Polo Beyris Un camp oublié à Bayonne 1939-1947
Préface de Claude Laharie
Collectif pour la Mémoire du Camp de Beyris_Michèle Degorce,Philippe Durut,Claire Frossard et
John Guse
Elkar Histoire 2019
ISBN:978-84-9027-932-8

Remerciements

Mairies de Bayonne et de Ciboure service des cimetières

Nathalie,Caroline,Elisabeth ,présidentes de salle des sites de Bayonne et de Pau des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Cliché Philippe Durut
Cliché Ph Durut

  

11 août 2020

Fête Nationale du 15 Août

Fête Nationale du 15 août 1865


Pau,le 10 aout 1865.

Le Préfet à MM.les Maires du département.

MONSIEUR LE MAIRE,

Dans quelques jours la France va célébrer la fête de l'Empereur.Nos populations dévouées et reconnaissantes associeront,dans leurs prières,au nom de l'Empereur,ceux de notre gracieuse Impératrice et du Prince Impérial.Elles demanderont à Dieu de répandre ses bénédictions sur nos Souverains,et de nous conserver longtemps encore des jours si précieux pour le repos,le bonheur et la gloire de la France.
Vous voudrez bien,Monsieur le Maire,assister comme les années précédentes à la pieuse cérémonie qui sera célébrée le 15 aout.
Un Te Deum sera chanté à l'issue de la grand'messe dans toutes les communes de l'Empire.Veuillez vous concerter à cet effet avec M.le Curé qui a reçu directement des instructions de Mgr.l’Évêque de Bayonne,et vous entendre avec les autorités civiles et militaires pour que cette cérémonie réponde aux sentiments d'affection et de respect que la France porte à son Auguste Souverain.
Rappelez-vous que dans la pensée de l'Empereur,le jour de sa fête doit être principalement consacré au soulagement de ceux qui souffrent.Vous remplirez les intentions de Sa Majesté en affectant la plus large part des fonds votés pour cette solennité à des œuvres de bienfaisance et de charité.
Agréez,Monsieur le Maire,l'assurance de ma considération distinguée.

Le Préfet des Basses-Pyrénées,
G.D'Auribeau

Pour expédition:
Le Secrétaire Général, d'Étigny

Source :
Recueil des actes administratifs de la préfecture des Basses-Pyrénées.
Année 1865.
Pages 285 et 286.
Collection particulière.

01 août 2020

Un site d'archives en ligne:Worms et Cie

Un site d'archives en ligne:Worms et Cie



Worms & Cie _Copie écran



Worms & Cie _Copie écran iconographie les etablissements


Worms & Cie _Copie écran



Annuaire 1930 Havas des Basses et Hautes Pyrénées

Worms et Cie à Bayonne

Armateurs,importation de charbons anglais,agglomérés de houille.
Allées Boufflers,8.
Source: Annuaire 1930 Havas des Basses et Hautes Pyrénées
Collection particulière

22 juillet 2020

Extensions des communications télégraphiques. Procédés nouveaux d'exploitation .

Extensions des communications télégraphiques.

Procédés nouveaux d'exploitation .

Pau,le 28 janvier 1865.

Le préfet à MM.les Maires du département

Messieurs ,

L’administration supérieure se préoccupe depuis quelque temps, des moyens de donner aux communications télégraphiques une extension telle que chaque chef-lieu de canton,et même les localités secondaires d'une moindre importance, puissent être rattachés au réseau général .Elle a, dans cet objet ,expérimenté un nouveau système, qui a été recueilli avec ferveur dans diverses parties de l'Empire et qu'il est utile de vous faire connaître.

Ce système consiste à établir le bureau dans un bâtiment municipal et à confier la transmission des dépêches au secrétaire de la mairie.Cet agent doit déjà son temps à la commune ,dont il reçoit un traitement .On l’indemnise du faible surcroît de travail que lui donne le service télégraphique ,en lui allouant une somme de trente centimes par dépêche privée de départ et de quinze centimes  par dépêche privée d'arrivée .D’un autre côté, la remise des dépêches à domicile est effectuée par le concierge de la mairie quand il y en a un,ou tout autre agent analogue, à qui on donne une indemnité de quinze centimes pour chaque dépêche privée qu'il est chargé de porter.L’établissement du bureau est l'un des plus économique et des plus simples, car il suffit d'affecter au service télégraphique une pièce d'un bâtiment municipal, ou même à proprement parler, une fraction de pièce isolée par une cloison.

Si, dans une commune ,par des raisons particulières, le secrétaire de la mairie ne peut être chargé du service, l'administration accepté à son défaut un autre agent présenté par le maire et qui gère le bureau dans les mêmes conditions.M.le Ministre de l'instruction publique se montre en outre très disposé à ce que l'on confie cette mission aux instituteurs, dont le sort se trouve ainsi amélioré,et entre les mains de qui on peut mettre des appareils semblables à ceux qui sont en usage dans les stations de L’État ;en acceptant au contraire les agents des mairies, on est ordinairement obligé d'adopter l'appareil à cadran dans la manipulation est plus lente et moins sûre.

Grâce à ces procédés économiques d'exploitation, L’État n'est plus obligé, comme par le passé ,de demander aux municipalités de garantir un minimum de recettes.Mais pour établir un service télégraphique ,même dans une ville déjà traversé par une ligne il ne suffit pas, comme on est généralement porté à le croire ,de pourvoir cette ville d'un appareil communiquant avec l'un des fils conducteurs ; chacun de ces fils à son emploi déterminé dont il ne pouvait être détourné sans préjudice pour le service général, et une nouvelle installation est indispensable

L'administration n'a pu faire inscrire à son budget une allocation spéciale pour l'établissement des lignes cantonales.Mais, en utilisant une certaine quantité de matériel disponible, elle peut se prêter, dans la mesure convenable, au développement du réseau, à condition de faire contribuer à la dépense les communes intéressées.Elle  a fait tous ses efforts pour réduire, autant que possible, la part contributive demandée aux municipalités.Dans les conditions actuelles, cette part a été fixée, d’une manière uniforme, à cent vingt francs pour chaque kilomètre de ligne neuve à un fil qu'il est nécessaire d'établir (fil compris),et à soixante francs ,par chaque kilomètre de fil qui peut être placé sur une ligne existante .

Ces chiffres n'ont point toutefois un caractère invariable ;l'administration les a basés sur les ressources actuelles ,et rien en garantit qu'elle ne puisse être obligée de les élever ultérieurement.

Dans tous les cas, l'entretien et l'exploitation du télégraphe n'impose aucune dépense aux budgets municipaux, et vous voyez,Messieurs , que moyennant une participation relativement peu élevée aux frais de premier établissement, les communes que vous administrez peuvent être pourvues d'un précieux moyen de communication

J'engage donc ceux d'entre vous qui croiraient devoir proposer cette amélioration au Conseil municipal ,à réunir cette assemblée et à me faire parvenir immédiatement après, la délibération qui interviendra.Je m’ empresserai de faire étudier le projet d'installation et je leur ferai connaître ensuite quel serait le montant de la cotisation à fournir par la commune

Recevez , Messieurs ,l'assurance de ma considération très distinguée .

Le Préfet des Basses-Pyrénées.

G.d’AURIBEAU


Source :
Recueil des actes administratifs de la préfecture des Basses-Pyrénées.
Année 1865.
Pages 24 à 26.
Collection particulière.

 Pour aller plus loin

http://earchives.le64.fr/archives-en-ligne
Archives privées
Pièces isolées et petits fonds
Sous-série 1J
1 J 1673
Carte en ligne du télégraphe aérien de Bordeaux à Béhobie ayant fonctionné de 1823 à 1853.
Le lien permanent est : http://earchives.le64.fr/archives-en-ligne/ark:/81221/r33743z2jdn7sk/f1


En salle de lecture (Pau et Bayonne)

Fonds des communes
Argagnon E DÉPÔT ARGAGNON 1 M 1_1872-1895
Création d'un bureau de poste et d'un service télégraphique-. Vente du matériel hors service du bureau du télégraphe : correspondance.

Laruns E DÉPÔT LARUNS 3 G 1_1864-1893
Correspondance et conventions sur la réglementation du télégraphe.

Lasseube E DÉPÔT LASSEUBE 2 O 1_1872-1958
Établissement d'un bureau télégraphique, établissement de lignes télégraphiques.

Les Aldudes E DÉPÔT ALDUDES 3 G 2_1842-1945

Saint-Jean-de-Luz E DÉPÔT Saint-Jean-de-Luz 2 O 2_1853-1876
Destruction du télégraphe aérien et remplacement par le télégraphe électrique ; entretien, factures.