19 décembre 2014

Inventaire des archives militaires de la commune de Bidart versées aux AD 64

Commune de Bidart :affaires militaires

Recrutement 

Site de consultation :Pôle de Bayonne et du Pays Basque -AD 64
39 avenue Duvergier de Hauranne 64100 Bayonne
  
Recensement militaire E Dépôt  BIDART 1 H 1-(1888-1945)

Recensement des Français nés entre 1897 et 1926 . E Dépôt  BIDART 1 H 2 (1944)

Changement de domicile des réservistes . E Dépôt  BIDART 1 H 3.(1913-1935)

Inscription maritime . E Dépôt  BIDART 1 H 4.(1847-1855)

Administration militaire

Recensement des chevaux, juments, mulets, mules et voitures hippomobiles E Dépôt  BIDART 2 H 1
(1912-1944)

Recensement des poids lourds, voitures attelées, automobiles, motocyclettes et bicyclettes
E Dépôt  BIDART 2 H 2 (1913-1943)

Livret du marin Jean Bousquet. E Dépôt BIDART 2 H 3 (1889-1890)

Livrets militaires de soldats de nationalité belge E Dépôt BIDART 2 H 4 (1923-1940)

Commune de Bidart :mesures d'exception et faits de guerre

Site de consultation :Pôle de Bayonne et du Pays Basque -AD 64
39 avenue Duvergier de Hauranne 64100 Bayonne
  

Guerre 1914-1918 - Soldats morts ou disparus E Dépôt BIDART 4 H 1 (1915-1918).Plusieurs feuillets.
Tués ou morts des suites de blessures de guerre
Tués à l'ennemi
Morts à l’hôpital
Disparus 
Liste des militaires morts pour la Patrie
Militaires prisonniers au cours des opérations de guerre
Militaires cités à l'ordre du jour
Guerre 1914-1918 - Réfugiés et rapatriés accueillis à Bidart E Dépôt BIDART 4 H 2 (1918-1919)
Guerre 1914-1918 - Œuvre les Violettes sise à la villa Sachino E Dépôt BIDART 4 H 3.Liste du "Personnel habitant présentement la villa Sachino"  du 27 aout 1918 indiquant Nom Prénom Profession Age classé du plus vieux 81 ans au plus jeune 3 ans



Armes à feu  E Dépôt BIDART 4 H 4 (1938-1945)

Véhicules automobiles  E Dépôt  BIDART 4 H 5 (1940-1946)

Défense passive, organisation E Dépôt BIDART 4 H 6 (1938-1943)

Combattants, prisonniers, déportés et victimes de guerre, E Dépôt  BIDART 4 H 7 (1941-1946)

Résidence des mutilés de guerre « La Roseraie » à Ilbarritz.E Dépôt BIDART 4 H 8 (1939-1940)

Travail obligatoire en Allemagne ou à l'organisation Todt à Biarritz  E Dépôt BIDART 4 H 9 (1941-1944)

Réfugiés français et étrangers  E Dépot BIDART 4 H 10 (1937-1945)

Cartes d'identité des Juifs E Dépôt BIDART 4 H 11(1941).
3 feuillets:
  1. Bayonne,8 octobre 1941 ,lettre du Préfet faisant fonction relayant une demande de la Feldkommandatur de Biarritz.
  1. Commune de Bidart liste des propriétés appartenant à des israélites -9 octobre 1941
  1. Lettre du 13 octobre 1941 du Maire de Bidart au Préfet faisant fonction


Circulation de la population française et étrangère  E Dépôt BIDART 4 H 12 (1939-1944)

Évacuation de la zone côtière interdite des Basses-Pyrénées E Dépot BIDART 4 H 13 (1943)

Logement des réfugiés, réquisition et indemnisation E Dépôt BIDART 4 H 14 (1939-1941)

Logement et cantonnement des troupes d'occupation  E Dépôt BIDART 4 H 15 (1939-1944)

Dommages de guerre  E Dépôt BIDART 4 H 16 (1940-1961)

Dommages de guerre. - Indemnisation E Dépôt BIDART 4 H 17 ( 1941-1955)

Frais entraînés par la présence des troupes allemandes  E Dépôt BIDART 4 H 18 (1939-1944)

Organisation d'un service d'ordre E Dépôt BIDART 4 H 19 (1941-1945)

Emploi de prisonniers de guerre allemands au profit de la commune E Dépôt BIDART 4 H 20
(1945-1946)

Opérations de déminage et désobusage E Dépôt BIDART 4 H 21 (1945-1946)


Source:e-Archives AD 64
Sommaire des fonds /Archives communales /Fonds de la commune de BIDART
Archives postérieures à 1790


La thèse de Jacques Garat Insoumissions et désertions en France pendant la Grande Guerre : le cas des cantons basques 
Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1983. - 53 p. : ill. ; 30 cm. est seulement disponible sur le site de Pau des AD 64 (don de l'auteur en 1984)
Bibliothèque historique
Cote BIB U3606

18 décembre 2014

Déserteurs et insoumis de l'arrondissement de Mauléon au XIXe siècle

Le fonds numérisé de la sous-préfecture de Mauléon  2 Z 173 propose aux généalogistes,aux étudiants en histoire,aux curieux,des listes et des fiches de déserteurs et insoumis 1816;1819-1864.
N'hésitez pas à fouiller dans ces archives en ligne pour compléter vos connaissances sur un ancêtre ,une commune ,une classe d'âge ....Vous trouverez ci-dessous quelques jalons_non rigides_ destinés à faciliter vos recherches.

Année 1816
 militaires insoumis 
Liste non exhaustive de communes de l'arrondissement de Mauléon  
Voir également les listes supplémentaires (vues 44 à 61)
Vue 4
Liste nominative,divisée par commune des militaires de l'arrondissement de Mauléon,provenant des  corps licenciés qui ne se sont pas présentés au conseil d'examen ,ou qui après s'y être présentés et avoir été jugés susceptibles de reprendre du service ,n'ont pas obéi aux ordres qui leur ont été donnés;la dite liste formée en exécution de S. Ex le Ministre de la guerre du 10 aout 1815 et de sa circulaire du 26 janvier 1816
Les Aldudes -Anhaux
Ascarat-Bidarray
Saint-Étienne-de-Baïgorry
Fonderie (Banca)
Irouleguy
Lasse -Ossès
Armendarits - Arros - Arhansus -Asme - Bunus
Hélette - Iholdy
Irissary
Irissary -St Just
Lantabat - Suhescun - Larceveau -Ahaxe - Arneguy
Arneguy - Béhorléguy - Çaro
Jaxu - St Jean le Vieux
St Jean Pied de Port
Lecumberry - St Michel -Uhart
Ainharp - Arrast - Aussurucq
Barcus
Charritte-de-Bas - Chéraute
Chéraute - St E tienne -Gotein - L’Hôpital St Blaise
Licharre - Mauléon
Mauléon - Mendy - Moncayolle -Musculdy - Ordiarp
Ordiarp - Roquiague-Undurein
Biodos - Aïcirits -Amendeuix-Amorots-Arberats-Arbouet-Aroue
Arraute -Beguios -Beyrie -Biscay
Camou - Charrite mixe - Domezain
Etcharry - Gabat - Garris -Ilharre
Labets - Lapiste - Larribar - Lohitzun - Luxe
Masparraute - Orègue -Orsanco - Osserain -Pagolle -St Palais
Sillègue - Suhast -Alçabéhéty - Alçay -Alos -Atherey
Charite de Haut - Cihigue -Etchebar - Sainte Engrâce,
Sainte Engrâce -Haux
Haux -Lacarry - Laguinge
Laguinge - Larreau
Larreau - Lichans - Licq -Montory
Montory
Montory -Ossas -Restoue
Sauguis - Sorholus - Tardets
Vue 44 -Trois Villes et listes supplémentaires 1816
Listes supplémentaires :des vues 44 à 61

Il est recommandé de balayer les pages au delà d'une classe 
État récapitulatif à partir de la vue 65
Classes 1819  .....1824
Classe 1825 à partir de la vue 75 
Classe 1826 à partir de la vue 79
Classe 1827 à partir de la vue 83
Classe 1828 à partir de la vue 87
Classe 1829 à partir de la vue 89
Classe 1830 à partir de la vue 91
Classe 1831 à partir de la vue 95
Classe 1832 à partir de la vue 97
Classe 1833 à partir de la vue 99
Classe 1834 à partir de la vue 101
Classe 1835 à partir de la vue 103
Classe 1836 à partir de la vue 105
Classe 1837 à partir de la vue 107
Classe 1838 à partir de la vue 113
Classe 1839 à partir de la vue 119
Classe 1840 à partir de la vue 131
Classe 1841 à partir de la vue 139
Classe 1842 à partir de la vue 141
Classe 1843 à partir de la vue 145
Classe 1844 à partir de la vue 149
Classe 1845 à partir de la vue 153
Classe 1846 à partir de la vue 157
Classe 1847 à partir de la vue 159
Classe 1848 à partir de la vue 161
Classe 1849 à partir de la vue 165
Classe 1850 à partir de la vue 173



Classe 1851 à partir de la vue 209
Classe 1852 à partir de la vue 213
Classe 1853 à partir de la vue 219
Classe 1854 à partir de la vue 231
Classe 1855 à partir de la vue 245
Classe 1856 à partir de la vue 261
Classe 1857 à partir de la vue 267
Classe 1858 à partir de la vue 275
Classe 1859 à partir de la vue 281
Classe 1860 à partir de la vue 289
Classe 1861 à partir de la vue 295
Classe 1862 à partir de la vue 301
Classe 1863 à partir de la vue 312



Goniz Bernard (Indart) - Aincille

Quittery Arnaud - Beyrie

Opital Bertrand -Ossès

Etchever Dominique -Jaxu

Duhalt Pierre -St Palais

Etcharren Jean Dominique - St Jean Pied de Port

Orpustan Jean-Pierre Christo -Ossès

Etcheverry Dominique Mocossail - Esertine Joseph Léandre

Barhen Simon - Charritte-de-Bas

Dupouy Philippe - St Palais

Etcheverry Gratian - résidant à Valcarlos

Roger Jean-Baptiste -Barcus

Etchebarne Pascal - Baïgorry

Bataille Pierre -St Jean Pied de Port

Tentey Pierre -St Palais

Pau,27 juin 1864 ....Insoumis classe 1862

Darthez Lassalle Jean François -Sibas-Outre mer -1839 

Martino Pierre -Bidarray


Signalement d'un déserteur -Montesquicit François Casimir
Montesquicit Casimir -Espès

Athaquet Jean

Signalement d'un déserteur -Etcheverry François
Etcheverry François -Arneguy

Lardapide Martin
Lardapide Martin -Bidarray
Signalement d'un déserteur - Lardapide Martin -Bidarray

Signalement d'un déserteur -Errécalt Jean-Pierre
Errecalt Jean-Pierre
Errécalt Jean-Pierre -Garindein

Errécart Mathias
Signalement d'un déserteur - Errecart Mathias -Ossès
Errecart Mathias -Ossès

Signalement d'un déserteur -Dupuy Jean - Ostabat
Dupuy Jean -Ostabat

Ilharragorry Jean
Ilharragorry Jean
Signalement d'un déserteur -Ilharragorry Jean -Montpellier 20 janvier 1864
Signalement d'un déserteur -Ilharragorry Jean - Saint-Étienne-de-Baïgorry - Metz 10 janvier 1865 

Bardin Louis - Baïgorry

Signalement d'un déserteur -Baubry René
Baubry René -Vihiers Maine et Loire

Signalement d'un déserteur - Delhotte Jean
Delhotte Jean -St Junien -Hte Vienne
Vue 363 21 juillet 1863 "J'ai l'honneur de vous adresser 139 copies de signalements concernant un nombre égal de jeunes gens de votre arrondissement (...)" 
Vue 364 Pochelutéguy Jean,Cantabré -Ossès

17 décembre 2014

1949:le 70 ème anniversaire de Staline célébré à Hendaye

Les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques , Pôle de Bayonne et du Pays Basque,conservent un tract recto-verso de la section d'Hendaye du Parti communiste français, édité à l'occasion du 70 eme anniversaire de Staline.(Cote:1027 W Art 2 Tribunal de Grande Instance de Bayonne )


Numéro spécial
Chingudy
500 ex N°7 Organe local d'information
Parti communiste français
Section de Hendaye
Recto
l'hommage à Joseph Staline

Cher Camarade Staline,
Femmes,Hommes et Jeunes Communistes d'Hendaye et d'Urrugne,nous vous adressons notre témoignage de profonde reconnaissance et de respectueuse affectation à l'occasion de votre 70 ième anniversaire.
Nous sommes sûrs d'interpréter dans ce message le sentiment de toute la population qui se souvient des 17 millions de glorieux citoyens soviétiques morts dans la guerre des peuples contre la barbarie fasciste.
Aucun de nos concitoyens ,frontaliers de la malheureuse Espagne livrée à la réaction chauvine et sanglante,n'a oublié le rôle génial joué par le généralissime Staline dans la conduite de la victorieuse Armée Rouge du Pays du Socialisme.
Pour fêter votre joyeux anniversaire,nous joignons à notre lettre un des drapeaux de l'Espagne de Franco,hissés par des Français pro-franquiste sur le fronton du jeu de pelote basque,le 14 juillet 1949 à Hendaye ,et arrachés par des patriotes.
Cet emblème "rouge et or" du franquisme,envoyé au dirigeant du Parti Communiste (bolchévik),a pour nous la valeur d'un symbole.
Il est le gage de notre résolution immuable de défendre partout et en toute circonstance l'indépendance et la Souveraineté de notre pays que nous voulons replacer au premier rang des démocraties progressistes;
Il est le gage de notre volonté indéfectible de garder intact et toujours vivace l'héritage de la Grande Révolution française et conserver impérissable la signification de nos trois couleurs.
Il est le gage de notre respect inconditionnel de l’internationalisme prolétarien,au moment où les ennemis du Communisme se déchainent avec la vigueur accrue de la bête aux abois.
1789-1848-1871-Octobre 1917 sont les étapes marquantes d'un même combat.Aucune calomnie,aucune attaque perfide,aucun coup de force n'ont pu travestir l'Histoire.Ces dates ne seront jamais effacées !
Les peuples font ensemble avancer l'humanité.
Notre modeste contribution à cet effort universel est notre honneur et notre fierté.
Vive le Communisme dont l'URSS a posé les plus solides fondements!
Longue vie à vous,cher Camarade Staline.


Verso
Les présents à Staline
Nous avons publié en première page la lettre adressée par les membres de la Section d' Hendaye à notre camarade Joseph Staline.
A CE MESSAGE collectif s'ajoutent de nombreuses épitres individuelles et des présents dont la diversité du contenu et de la signification est la marque authentique de la générosité et de la gratitude populaire.
Parmi les dons déjà offerts,nous donnons ci-dessous une liste incomplète,mais variée:
Un bateau ,fait au couteau,par un marin-pêcheur
Un napperon de dentelle confectionné par une "Bretonne d'Hendaye"
Une lettre de notre camarade Léon Dongaïts,accompagnée de souvenirs de sa carrière de champion du monde de pelote à mains nues
Une petite quille fétiche de l'enfant,prématurément disparu,conservé religieusement par une maman au cœur toujours saignant.
Une lettre écrite par des Parents à leur fils déporté dans "un camp de la mort" portant dans ce lieu maudit,à l'époque des fulgurantes avances de l'invincible Armée Rouge,la certitude du triomphe proche.


Autant de marques de déférente et chaleureuse sympathie,auxquelles s'ajouteront bien d'autres,d'ici les premiers jours de Décembre.
Tous les objets recueillis,en partance pour Moscou,seront exposés Salle de la Musique de la Mairie,le Jeudi 1 er décembre 1949,à partir de 20h45.
Les amis de l' U.R.S.S. sont invités à cette soirée au cours de laquelle sera retracée l’œuvre de "l' HOMME QUE NOUS AIMONS LE PLUS:STALINE"

Toutes les personnes désirant participer ,à titre individuel ou collectif,à cet hommage,sont priés de remettre leur témoignage eux responsables locaux du P.C.F.Les présents pourront être remis à l'exposition.

INVITATION
La section locale du Parti Communiste Français "CHINGUDY",les amis de l'Union Soviétique,invitent toute la population à:
VISITER l'exposition des présents destinés à STALINE,à l'occasion de son 70ième anniversaire.
ASSISTER à la Soirée organisée en l'honneur du prestigieux édificateur du Socialisme et du Communisme

En raison des difficultés matérielles,aucune invitation personnelle ne sera faite.

Le Gérant:RIVIERE Marcel-Imprimerie :SECTION LOCALE DU P.C.F.

Pour en savoir davantage

Archives du PCF
Ciné-Archives ,fonds audiovisuel du PCF- Mouvement ouvrier et démocratique

Les affiches du fonds du Parti communiste français (PCF) 1945-1962 - AD 93
214 affiches mises en ligne

Voyage dans les archives du PCF
Référence électronique
Alexandre Courban, « Voyage dans les archives du PCF », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 16 décembre 2014.
URL : http://chrhc.revues.org/1723 
Brumes,blog d'un lecteur

Bouquinistes 
Des brochures politiques avant,pendant et après la Seconde guerre mondiale sont parfois disponibles auprès des bouquinistes.










Militantes,militants,journalistes ,
vous possédez tracts,journaux,brochures,affiches,photographies etc 
en relation avec le département des Pyrénées-Atlantiques ?
Archives privées  (http://www.archives.cg64.fr )
" Il existe plusieurs modes de transmission des archives privées aux Archives départementales :

Le don

- Il peut faire l’objet d’un acte notarié.
- Il peut s’agir également d’un don manuel, par simple remise matérielle des archives concernées.
- L’acceptation du don fait l’objet d’une délibération du conseil général.
- Il est exonéré de droit de mutation.
 
Le dépôt

- Le déposant (ou ses ayants droit) reste propriétaire des documents.
- Une convention, révocable à tout moment, est signée entre lui et le conseil général.
- Cette convention précise les modalités de communication et de reproduction desdits documents.

Le legs

- Le donateur fait figurer le legs dans un testament olographe, authentique ou secret.
- L’acceptation du legs fait l’objet d’une délibération du Conseil général.
- Il est exonéré de droit de mutation.

Le prêt pour microfilmage

- Les archives confiées sont classées et microfilmées.
- Les originaux sont ensuite restitués au propriétaire et le microfilm reste la propriété du département.
- La communication du microfilm aux chercheurs et sa reproduction se font selon les modalités établies entre le propriétaire des documents originaux et le conseil général / Archives départementales."



13 décembre 2014

A la recherche d'une copie d'un acte de décès à l'ambassade de France Rio de Janeiro


Fulcran Étienne Balsan  fils de Jean Jacques (Martin ) Auguste Balsan et de Marie Dupuytrem est né le 11 février 1878 à Paris 8e arrondissement.
Consultation des Archives numérisées de Paris acte de naissance, 8e arr., 11/02/1878 VAE 3427
Fulcran Étienne Balsan serait décédé à Rio de Janeiro (Brésil) vers 1953-1954 des suites d'un accident de la circulation.

Je remercie par avance la personne qui me transmettra _ philippe.durut arobase gmail.com _une copie ou photographie  de l'acte  figurant sur le registre des décès de l'ambassade de France à Rio de Janeiro  .

Articles du blog associés à Etienne Balsan



02 décembre 2014

Registres de recrutement militaire des Basses-Pyrénées, Landes et Martinique

Basses-Pyrénées
Les registres du recrutement militaire des classes 1878 à 1921 sont désormais  accessibles depuis le site internet des AD 64
Registres du recrutement militaire 64.
Les conscrits étant recrutés à 20 ans, la recherche par classe doit être faite dans la vingtième année après la naissance de la personne recherchée : une personne née en 1890 appartient à la classe 1910.
Les critères de recherche sont le nom, le prénom et la classe.

Recrutement militaire des Landes
Deux types de documents sont accessibles : les tables (classes 1867 à 1940) et les registres matricules (1867-1921).
Les tables, annuelles et alphabétiques, permettent de retrouver le numéro matricule d’un soldat, celui de sa fiche matricule. Ces fiches sont regroupées en registres, classés par année et par bureau de recrutement. La classe correspond à l’année de recrutement (celle du 20e anniversaire).
Deux bureaux ont existé dans les Landes : Mont-de-Marsan (1867-1940) et pour les cantons de Dax, Peyrehorade, Pouillon, Saint-Martin-de-Seignanx, Saint-Vincent-de-Tyrosse et Soustons, Mont-de-Marsan – Bayonne (1901-1929 ; avant 1901 les registres correspondants sont conservés aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques).

Et une information passée presque inaperçue :Registres matricules de la Martinique 
Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais 
Source:Le blog du CGMA (Cercle Généalogique de Maisons-Alfort 94)

30 novembre 2014

Mémoire d'Hirondelles,mémoire de Mauléon

   




















L'association souletine Ikerzaleak a réédité le livre Mémoires d'hirondelles, écrit en 2001 par Véronique Inchauspé et édité par Uhaitza et Ikerzaleak.
Il est en vente au tarif de 15 € au bureau de l'Office de Tourisme de Soule à Mauléon.
Informations: 05 59 28 02 37
Source:Marie-José de l'association Ikerzaleak


Ce livre  paru en novembre 2001  est une  merveille .Il évoque la vie,difficile, de ces jeunes filles  de Navarre et d'Aragon qui de 1880 à 1930 s'exilèrent à Mauléon  pour s'employer comme ouvrières dans  les usines d'espadrilles."J'ai connu la période ou monsieur Cherbero employait mille ouvriers en pleine saison.Et les jeunes filles espagnoles travaillaient à la tresse ou à la filature"-raconte mademoiselle Jancène. Jeanne Aranburu ajoute:"Chez Cherbero il y avait mille ouvriers et chez Béguerie sept ou huit cents"Et Antonio Iriarte de rectifier :"Il y avait du travail pour tout le monde.Il y avait du travail partout.Tu te rends compte qu'entre Cherbero et chez Béguerie,il y avait cinq cents ouvriers à la rue Victor Hugo" Page 74.
Dans le foisonnement des témoignages recueillis,celui-ci page 25"Ma grand-mère habitait à Mauléon.Il _le grand-père qui était douanier_ venait en permission pour faire un gosse,alors,elle a eu seize gosses,ma grand-mère.Oui" (il rit)"Comme elle disait:"un dans les bras et un autre dans le ventre"
 Et page 62 "on m' a raconté que mon grand-père était venu de Sauguis pour se marier à Trois-Villes.Il était paysan,fils d'une bonne famille et quand il s'est marié,il est arrivé avec le trousseau de brebis et devant un bélier enrubanné.C'était la dot.Il arrivait chez la fiancée avec un troupeau de brebis."Etxesarzea (entrée dans la maison de la famille),tel est le nom qui désigne cette cérémonie.


Sommaire de Mémoire d' "Hirondelles"
Préface
A la rencontre d'un épisode de l'histoire à Mauléon
"Mémoires d'hirondelles"-"Mémoires de Mauléon"
Elles allaient et venaient
Sur les chemins de la mémoire...


 Au pays des "Hirondelles"
La montagne,lieu d'échange
Des hommes et des femmes
Des villages de migrants

Voyage au bout de la nuit,
Voyage au bout de l'enfance
Le chemin des "Hirondelles"
Du coté de Sainte-Engrâce et et de Larrau...
Des baluchons sui se font et se défont

Mauléon,au temps des "Hirondelles"
Une certaine ambiance
Des travaux,des hommes et des femmes
Rites et coutumes
La guerre de 14-18

L'usine
Mythes et récits d'origine
Les "Hirondelles" au sein de l'usine
De l'usine à la maison
A la maison:des "bouts et des talons"
Crise de l'industrie de l'espadrille

La maison des "Hirondelles"
L'accueil
Le repas des "Hirondelles"
Apprentissages
Ecritures
D'"Hirondelle" à "Hirondelle"
Les sorties

Sur le chemin du retour
Le trousseau
Un petit air de contrebande

Racines
Le retour au pays
Souvenirs de jeunesse

Racines II
Sur quelques récits d'origine
Le mariage et l'émergence d'une identité
Les quartiers "espagnols"
La nostalgie des origines

A l'issue du voyage

Bibliographie (pages 165-166) 
Au passage,je relève, A.Bruneton Governatori,B.Moreux,"Un modèle épistolaire populaire.Les lettres d'émigrés béarnais",in D.Fabre (dir.),Par écrit.Ethnologie des écritures quotidiennes,Mision du Patrimoine ethnologique.Collection ethnologie de la France.Cahier 11.Editions de la Maison des Sciences de l'Homme,Paris,1997.

Annexes 
Hirondelles nées en Navarre ou en Aragon,mariés à Mauléon .Pages 167,168,169
Période de mariage:1894-1903;1904-1913;1914-1923;1924-1933

Le Chemin des Hirondelles,un projet du Centre Culturel Uhaitza.
Regards de femmes
Remerciements



Cahier de 54 photographies


Mémoire d'"hirondelles", une histoire de jeunes filles.L'émigration féminine navarro-arogonaise à Mauléon (1880-1930).
Véronique Inchauspé
Editions Uhaitza et Ikherzaleak
Novembre 2001
ISBN2-95177160-6

29 novembre 2014

Nos sénégalais pendant la Grande Guerre .....et la suivante

A la vitrine d'un bouquiniste bayonnais  "Nos sénégalais pendant la Grande Guerre".
Le chapitre IX intitulé Les calomnies aborde la campagne  de propagande raciste contre  l'occupation de la rive gauche du Rhin par des troupes "noires" françaises. 
Cette campagne connue sous le nom  « Honte noire » «Schwarze Schmach» aura des conséquences lors  de la Seconde Guerre mondiale.En effet ,les allemands renvoyèrent  les soldats  africains de l'armée française  dans des camps de prisonniers de la zone occupée appelés Frontstalag.


Achevé d'imprimer le 30 juin 1922 par l'imprimerie spéciale des "Voix Lorraines" 21 rue du Maréchal Franchet d'Esperey à Metz.
196 pages, 6 illustrations










De quoi les boches les accusent-ils?
1°D être un danger de contamination par la tuberculose,la syphilis et la maladie du sommeil;
2°De commettre des attentats de toutes sortes,vols,coups et blessures,viols et assassinats.
Insister sur le premier point serait chose vaine;le professeur Bovrel ayant déclaré (Annales de l'Institut Pasteur,tome mars 1920),que les Européens ne peuvent gagner la tuberculose des noirs.Cette maladie est d'ailleurs combattue avec acharnement.Les noirs sévèrement atteints,sont rapatriés,les autres reçoivent des soins dévoués à l’hôpital 67 (Fréjus).
D'autre part ,la vaccination a réduit à 75 pour cent la mortalité due aux pneumonies;les quelques dysenteries constatées en cours de route ont disparu devant un traitement énergique.
En ce qui concerne la maladie du sommeil et la peste,pas un seul cas n'en fut constaté.
Quant à la syphilis,elle est tellement répandus de l'autre coté de la frontière,que les autorités rhénanes (et nous devons les en remercier)ont,dès le premier jour de notre occupation,mis notre service de santé en garde contre elle.
Bref,les statistiques (basées sur les constatations du médecin inspecteur des troupes coloniales) prouvent qu'en Rhénanie l'état sanitaire des troupes noires s'est montré légèrement supérieur à celui des troupes blanches.
Voici donc le premier point réduit à néant.
Reste le second,infiniment plus important,car c'est en lui que prirent les attaques les plus violentes.
Sa réfutation est aussi facile.
Considérons d'abord les adversaires,ceux qui,par tous les moyens possibles répandent les calomnies contre nous:aux journalistes allemands quelques "alliés" se sont mêlés,observent certains.Soit,mais voyons les garanties qu'ils offrent.Parmi eux,disons le de suite,on ne trouve que ceux-là dont les idées dites "internationales"coïncident toujours,par un étrange hasard,avec les intérêts,les besoins des désidérata allemands.
On trouve parmi eux des hommes comme cet Edwin Emerson,qui depuis 1917,se consacre à la propagande antialliée dans le "Continental Herald",et des français comme Longuet et Barbusse.Il n'y a pas lieu d'insister sur de telles personnalités.
Par contre,les réfutations émanent de personnes les plus dignes de foi.
Les plaintes,d'ailleurs,sont aussi peu nombreuses que leur est exploitation est bruyante;la plupart des accusations sont imprécises,ne donnant ni le lieu,ni la date du prétendu attentat,ce qui ne permet pas l’enquête;de plus elles sont simultanées,ce qui prouve que-comme la plupart des campagnes allemandes-elles tirent leur origine non du fait qu'elles allèguent,mais du mot d'ordre reçu de Berlin.
(C'est d'ailleurs l'avis autorisé de plusieurs bourgmestres rhénans.)
Il arrive même que les soi-disant victimes refusent de porter plainte ou se rétractent.L(affaire n'est pas "classée" pour cela,car,en ce cas,ce sont les autorités allemandes qui se substituent à elles.
Le faible nombre de ces plaintes constitue,malgré tout,une preuve éclatante.
Entre le jour de l'armistice et le 1 er février 1921,sur 227 enquêtes faites,72 plaintes seulement ont été reconnues fondées,5 méritant des sanctions graves,une seule les travaux forcés.Or l'effectif de nos troupes de couleur avait toujours varié entre 20.000 et 35.000 soit une moyenne de 27.500,ce qui met le pourcentage des délits à un peu plus de 3 pour mille hommes et celui des délits graves à 1 pour 5500.
La publicité donnée aux débats,auxquels des journalistes allemands ont toujours été admis,éloigne toute idée d'indulgence.
Quoi qu'il en soit,nos affirmations pourraient sembler insuffisantes,si nos alliés les plus autorisés ne venaient pas les renforcer.
Le sous-secrétaire d’État américain Davis,après avoir reconnu la sévérité des juges français,a stigmatisé dans une note "Le caractère mensonger et calomnieux de la propagande éhontée".
Les autorités américaines en pays rhénans,dit,d'autre part,M.Colby,déclarent "que les prétendues histoires d'atrocités noires n'avaient pas leur origine dans les régions occupées ,mais à Berlin,et semblaient n’être pas autre chose que de la propagande antifrançaise."
Et le chef d'occupation des troupes américaines ,le général Allen,dont nous parlions au début de ces lignes,spécifie dans son rapport:
"L'attitude de certaines classes de femmes allemandes en face des troupes de couleur a été de nature à provoquer des incidents.Par suite d'une situation économique très précaire et pour d'autres raisons,tirent leur origine de la guerre,la prostitution a pris,en Allemagne,un développement anormal et beaucoup de femmes de mœurs légères ont fait des avances aux soldats de couleur,ainsi qu'il ressort de nombreuses lettres d'amour et photographies a eux adressées et classées maintenant dans des dossiers officiels .Il s'est produit plusieurs cas de mariages de femmes allemandes avec des soldats français noirs.....
A Ludwigshafen,lorsque le 7e tirailleurs partit pour Francfort,il a fallu envoyer des patrouilles pour maintenir à distance les femmes allemandes qui envoyaient des baisers aux troupes de couleur à travers les grillages des fenêtres des casernes."
Il déclare,lui aussi,pour conclure,que les accusations,formulées en bloc par la presse allemande,d'atrocités,telles que viols,mutilations,meurtres,etc,sont fausses et n'ont pour but que la propagande politique;que les quelques cas de violences qui se sont produits ont été sévèrement punis par nos autorités militaires,et souhaite,pour sa part,"que tous les corps d'occupation aient toujours la même bonne conduite,modération,courtoisie,que le Français."
Tout autant que l'Amérique,l'Italie avait été vigoureusement travaillée par la propagande allemande,il est donc certain qu'une certaine prévention devait exister,qui n'était pas en notre faveur.
Quoi qu'il en soit,après avoir été amplement documenté par des personnalités compétentes,entre autre le Commandant Cancani et M.Fidel ,délégué du Comité d'assistance aux troupes noires,dont la documentation minutieuses et la dialectique précise sont au -dessus de tous les éloges;après avoir rendu hommage à l'esprit d'égalité de la politique indigène,dont le Parlement est le seul Parlement européen ou siègent des députés et des sénateurs de couleur,le Congrès adopta à l'unanimité un ordre du jour reconnaissant la fausseté des "accusations intéressées par la propagande allemande,en ce qui concerne l'attitude et la situation sanitaire des troupes de couleur" et émit le vœu:
"Que,dans le plus bref délai,sur l'initiative de la compétente Société antiesclavagiste de France ou du Comité d'assistance aux troupes noires,soient réunis,résumés et publiés les résultats définitifs des enquêtes effectuées sur l'emploi des troupes de couleur en Europe,afin d'établir un document définitif et irréfutable,permettant d'éviter la répétition des incidents très graves provoqués par la graduelle et fatale exaspération des haines de races inextinguibles."(1) .
C'est à l'heure actuelle,chose faite:
"La réfutation de la campagne d'accusations contre les troupes françaises de couleur,en territoires rhénans occupés" par M.Camille Fidel,Comité d'assistance aux troupes noires,58 ,rue Saint-Lazare,Paris 1922.
Pas une seule des calomnies ennemies ne saurait tenir contre la netteté d'un tel document.
Ici,la justice nos force à reconnaitre que tous les Allemands n'ont pas trempé dans ce mensonge.Beaucoup,au contraire,ont tenu à ne pas en être cru solidaires.
De hautes personnalités rhénanes ,maire,commissaires de police et autres,ont certifié la bonne tenue de nos Français de couleur ,affirmant,comme nous l'avons dit plus haut,que toutes les plaintes partaient non des provinces occupées,mais de Berlin même,et protestant contre les "exagérations injustes" de la presse allemande,que bien des journaux d'outre-Rhin ont d'ailleurs blâmées.
Le haut clergé catholique rhénan a carrément refusé de s'associer à la campagne calomnieuse.Le "Mannheimer Tageblatt",les "Voelklinger Nachrichten",le "Christliche Pilger",etc,accusent non les noirs,mais les femmes allemandes allemandes qui se "jettent au cou des soldats d'occupation" et reconnaissent que, dans plusieurs localités,il faut défendre contre elles les encirons des casernes.Et la
"Frau in  Stadt"affirme que,ce qu'on a nommé la "honte noire" est,au contraire ,la "honte blanche",la honte des Allemandes!
Maximilien Harden abonde dans le même sens,affirmant dans la "Zukunft" que les noirs n'ont pas besoin de recourir à la violence,ne pouvant suffire à toutes les propositions galantes qui leur sont faites.Il conseille aux "gens trop excités,de se rappeler que la France a souffert sous la domination étrangère,précisément sur le terrain de la violence sexuelle",et il dévoile ,lui aussi,le vrai but de Berlin:faire cesser l'occupation.
Le "Kampf" de Munich,va plus loin encore et voit dans les campagnes contre les noirs une manœuvre pour préparer la revanche.
Les citations de cette nature pourraient se multiplier ainsi que les lettres et témoignages de toutes sortes.Lettres et témoignages de Rhénans récusant les calomnies,reconnaissant loyalement la bonne conduite de nos noirs,disant leur douceur avec les enfants et leur respect de la faiblesse féminine,notamment au service français de la circulation de Francfort,où ils eurent à défendre les femmes allemandes ,même celles qui portaient des enfants dans leur bras,contre la brutalité de leurs concitoyens.
A quoi bon insister davantage ?La cause n'est pas entendue.....du moins par ceux qui veulent bien entendre?Le seul sujet sur lequel nous nous permettons de revenir,c'est notre propre contre-propagande.
Ainsi que le Congrès de Rome l 'a demandé,il était urgent que les documents irréfutables qui ont lavé nos nationaux de couleur des accusations infâmes soient au plus vite réunis.Il sied maintenant de les voir publier dans le monde entier.
En face de notre inaction,de nos lenteurs,la haine allemande se multiplie.Faisons hautement justice de ses calomnies.C'est le seul moyen de conserver l'amitié de nos amis,l'estime de tous ,et d'assurer la paix future,dont les ferments de haine soigneusement entretenus ne tarderont pas à miner la base.
C'est aussi un devoir sacré,un devoir envers ces héroïques calomniés,qui ont tant contribué à la victoire,un devoir,enfin,envers la Patrie elle-même;car si la force,à certaines heures,ne peut être cimentées que par le sang de ses fils ,c'est leur honneur maintenu sans tache qui,plus encore que leur sang et que leur mérite,conserve sa gloire intégrale.


Soldats nés au Sénégal décédés dans les Landes et Basses-Pyrénées 

pendant la Seconde Guerre mondiale


Dicory Bande né en 1917 à Sarigassy
Mort pour la France le 23-11-1940 hôpital complémentaire _hôtel_ continental à Biarritz, 64 
Unité:


Niguecoua
Mort pour la France le 21-03-1941 Bayonne, 64
Cause du décès:


Niguecoua
rue des Gouverneurs,n°8






  1914 à Toubé
Mort pour la France le 17-05-1941 Pau, 64
Unité:Régiment d'artillerie
Cote:


Mamanagou KOUDIABI né en 1918 à Mandega
Mort pour la France le 13-11-1941 Sainte Eulalie, 40 - Landes
:

 
  1914 à Yaudabou
Mort pour la France le 10-12-1941 Bayonne, 64 rue des Gouverneurs,n°7 et 9
Cause du décès:maladie
Unité:



Arlidionna FAE  né en 1914 à Kaolak
Mort pour la France le 20-07-1942 Anglet, 64 ,hôpital militaire du Val Fleuri.Acte de décès N°127
Cause du décès:maladie
Unité:




Ousseynou Baye né en  1907 à Meckle
Mort pour la France le 31-07-1942 à Anglet, 64,hôpital militaire du Val Fleuri.Acte de décès N°135
Cause du décès:
Unité:





Baba Gname né en 1911 à Bokidiave - Cercle Matam  
Mort pour la France le 03-10-1942 à Anglet, 64, hôpital militaire du Val Fleuri.Acte de décès N°171
Cause: du décès:maladie
 
Mort pour la France le 16-03-1941 à  Pau, 64 
Unité:

Labathy Djitte né en 1912 à Bakadadj
Mort pour la France le 27-05-1943 à Anglet, 64,hôpital militaire du Val Fleuri.Acte de décès N°76
Cause du décès:maladie
Unité:




Mort pour la France le 21-06-1943 à Anglet, 64,hôpital militaire du Val Fleuri.Acte de décès N°86






1915 à Ouakadiame
Mort pour la France le 03-09-1943 à Pau, 64
Cause du décès:



1918 à Gnomar
Mort pour la France le 15-05-1944 à Anglet, 64,hôpital militaire du Val Fleuri.Acte de décès N°103
Cause du décès:maladie
Unité:


Gaye Abdou né en 1911 à Tobélou
Mort pour la France le 15-06-1944 à Pau 64-
Cause du décès:maladie
Mousse Gueyeen 1919 à Gaé
Mort pour la France le 09-07-1944 Bayonne, 64 , rue des Gouverneurs,Numéros 7 et 9
Unité:




Décédé(e) le 17-12-1944 à Pau, 64
Mention:Non Mort pour la France 
Cause du décès:maladie
Cote:




Pour en savoir davantage

fichier pdf 10 pages


 
De la rue des Gouverneurs à la crypte du cimetière Saint-Léon de Bayonne

26 novembre 2014

Reconnaissez-vous une ou plusieurs personnes photographiées ?

Les documents  présentés ici , récemment achetés auprès d'un bouquiniste, pourraient être des photographies de presse.
Les deux premières  images  ont pour indication au verso,1er blé 43 à Ahetze.9 juillet.
Le  troisième cliché est "muet".
Je fais appel aux internautes pour obtenir des compléments d'information sur les personnes photographiées.Merci de m'adresser vos propositions par l'intermédiaire du formulaire de contact,situé en haut à droite de l'écran.
Discrétion assurée.




23 novembre 2014

Le coiffeur du 10 rue Ste Catherine,fusillé en 1915,était-il simple d'esprit?

Avant le 2 aout 1914, Mardochée Louis Lévy était coiffeur ,10 rue Sainte-Catherine,quartier Saint-Esprit à Bayonne.Il a été traduit le 14 janvier 1915 devant le Conseil de guerre sous l'accusation d'abandon de poste en présence de l'ennemi .Il sera fusillé le lendemain matin.
Après la guerre, Albert Lévy ,demandera la révision du jugement

Recommandation 

Mémoire des Hommes SGA

"La constitution de la base nominative des fusillés de la Première Guerre mondiale ainsi que la numérisation de leurs dossiers en vue d'une mise en ligne sur le site internet Mémoire des hommes du ministère de la défense, ont fait l'objet d'une délibération de la CNIL en date du 10 juillet 2014. Conformément à cette délibération, toute réutilisation commerciale de la base et des dossiers des fusillés est proscrite."
Le texte de la délibération de la CNIL  accessible sur le lien ci-dessus est également proposé en téléchargement ,voir bas de page du site Légifrance..


L'actuel numéro 10 de la rue Sainte-Catherine,quartier Saint-Esprit à Bayonne

L'acte de naissance de Mardochée Louis Levy sur e-Archives AD64
"L'an mil huit cent quatre-vingt-quatre et le neuf aout à trois heures du soir (...)
est comparu David Lévy,âgé de trente quatre ans,coiffeur domicilié,dans cette ville,quartier Saint-Esprit,rue Ste Catherine N°10
Lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin,né le huit de ce mois à dix heures du matin,dans son dit domicile,de lui déclarant et de Berthe Vaez Olivera, âgée de vingt neuf ans,ménagère son épouse,
et auquel il a déclaré donner les prénoms de Mardochée Louis;les dites déclaration et présentation faites en présence des sieurs Noel Bidonde ,âgé de soixante dix-ans, appariteur,et Isaac Suarez,âgé de trente neuf ans ,marchand,les deux domiciliés dans cette ville etc."

Sa fiche matricule CG 64 1R756

La fiche matricule de son frère André Elgard Lévy,soldat, décédé à l’hôpital de Bayonne le 11 décembre 1914 CG 64 1R789

L'actuel numéro 10 de la rue Sainte-Catherine  côté Arragon bouquiniste


Extraits des minutes de jugement 












Le dossier totalise 174 vues y compris les documents de transmission.Vous trouverez ci-après l'indication des vues qui me semblent les plus intéressantes à lire.

Le fonctionnement de la visionneuse du site Mémoire des Hommes est parfois capricieux,sans doute en raison du poids du fichier images.Le temps de chargement d'une vue requiert plusieurs secondes.
Accès à la base des fusillés -SGA Mémoire des Hommes



























































































L'actuel numéro 10 de la rue Sainte-Catherine, côté crêperie et hôtel.

Pour en savoir davantage









Orientations bibliographiques
Guy Pedroncini ,Les mutineries de 1917,Presses Universitaires de France 1967,publications de la Sorbonne,série "Réimpressions"-4,Université Paris 1.
ISBN 2 13 038 1

André Bach, général,ancien directeur du Service historique de l'Armée de Terre,
Fusillés pour l'exemple - 1914-1915
Tallandier 2003
ISBN : 2-84734-040-8 
et
Justice militaire 1915-1916
Vendémiaire 2013
ISBN:978-2-36358-048-1

Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande Guerre - et la mémoire collective (1914-1999)
Odile Jacob 1999
ISBN : 2738107478